La Thaïlande (suite) à vélo 12j 432 km…

Et voilà, 12 mars 20, nous sommes de retour en Thaïlande, cette fois pour découvrir la partie nord du pays. Nous arrivons dans les périodes les plus chaudes, mais dans les montagnes, ça devrait être plus frais normalement. Pourvu que l’on ne croise pas Coronavirus, pas envie de le voir, celui-là😝. Il va pourtant avoir un impact fort sur notre voyage, vous allez le voir.

Malgré le coronavirus, le passage de la frontière fut d’une facilité déconcertante. C’était juste un peu le souk du essentiellement au changement de sens de circulation.

Frontière Thaï

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons eu quelques questions et un contrôle de température côté Birman, et de ce côté, rien. Un formulaire, une adresse à donner, prise de photo et empreintes et circulez, y’a rien à voir. Bon, tant mieux. Depuis hier, Jacques qui n’arrêtait pas de regarder sur les sites officiels les changements de modalités de passage de frontière à cause du virus, commencait à être  inquiet pour le passage de la frontière 🤔 et effectivement, nous sommes passés juste quelques jours avant la mise en quarantaine systématique des étrangers en Thaïlande.

Nous arrivons donc au niveau de Mae Sot. Le changement est radical : des grandes routes, conduite à gauche, plus de gros crachouillou rouge partout par terre, ni de gens qui crachent donc, c’est plus propre, les espaces sont cultivés, par contre plus calme, plus vide, moins d’enfants … Jacques ayant besoin de pédaler, nous continuons donc notre route. Direction le nord. Cette route longe la rivière Moei, frontière avec la Birmanie. Arrêt à Mae Ramât. Petite étape de 45km. Il fait vraiment très chaud.

La journée qui suit sera  mouvementée. On part à la fraîche, comprenez, il fait seulement 20°😉, petites montagnes, monte-descend, on n’a pas eu de petit dej ce matin, et on trouve rien sur la route, on a juste perdu l’habitude de faire des réserves, oups… Je pédale au ralenti..

Tous les bords des routes sont brûlés : feu de forêt ou brulis ??? On ne sait pas.

On traverse un endroit où il y a un camp de réfugiés birmans .. C’est immense au moins 2 ou 3 km de long. C’est quasiment une ville, on y voit des écoles, des magasins, des volailles…. Ce camp, fermé et gardienné, existe depuis plus de 20 ans.😳

Camp de réfugiés

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a énormément de militaires armés 💣 dans le secteur ainsi que des barrages checkpoint sur les routes. Certains paient quelque chose, on ne nous demande rien.

Nous en croisons tous les 5 ou 10 km et les policiers sont à côté, souvent le nez sur leur portable mais parfois, en poste, mitraillette au poignet.. Brrr

À mi parcours, enfin un petit magasin. On englouti un petit pain brioché et un coca. On s’apprête à partir, Mais Jacques trouve que sa sacoche est bien vide… Mince, on a oublié nos chargeurs de téléphone à l’hôtel ce matin. M….! Oh les nuls, y’a plus qu’à y retourner. Pas envie de se retaper le dénivelé… Bon, allez Jacques prend un taxi-bus et fait l’aller retour.

Notre Jacko dans la bétaillère.. Est ce que le conducteur a bien compris la destination ? 🌏

 

J’attends avec les vélos, observant toutes les allées et venues dans le camp, les mouvements des uns et des autres sur la route… Tout ce monde qui s’agite.. moi, j’attends.. Et le voilà qui revient 1h15 après, avec les précieux chargeurs, on peut repartir, mais sous la chaleur… Il doit bien faire 40°.

Maison au toits de feuilles séchées

 

Nous trouvons rapidement un p’tit restau… Ouf, On avait faim. Et là, la serveuse nous pose nos assiettes à 1m de nous et les pousse à peine. Un peu plus tard, dans un village, une femme à moto nous arrête. Je vais vers elle, elle tend son bras et sa main pour dire stop ! .. Elle écrit sur son téléphone dans un anglais approximatif un message relatif au coronavirus, d’utiliser du gel hydroalcoolique… Bla bla, et me tend le téléphone à bout de bras, la main tremblante en détournant sa tête.. Cet acte de rejet m’inquiète pour la suite des événements. Nous sommes en contact avec les amis en France et les news ne sont vraiment pas réjouissantes là-bas… Bazar mondial, on dirait 🤪

Montagnes sous la brume

 

 

 

 

 

 

 

 

Oooooh ça penche !

 

Nous arrivons à Ban Mai, le lendemain à Ban Tha Song Yang, puis à Ban Mae kha Tuan, ca vous parle pas trop tout ça, mais c’est pour André qui dessine les trajets (coucou André 😉) 

 

Nous trouvons de jolis petits bungalows pour la nuit, et il n’y a personne, quel calme ! 

Bungalow juste au dessus des rizières, c’est très paisible

 

 

Nous attaquons les montagnes. Ambiance de brume et extrêmement sec. C’est brûlé partout, d’ailleurs parfois, ça se consume quand nous passons ce qui nous apporte une source de chaleur supplémentaire, presque irrespirable..il doit faire plus de 50 degrés. Le problème, c’est que ça brûle sans arrêt, nuit y compris, on voit les feux ça et là. Des milliers et des milliers d’ha en proie aux flammes. Une forêt en bien triste état. Plus un seul jeune arbre pour le renouvellement. aïe aïe La planète 🙄.

Au feu les pompiers, la forêt brûle !!

 

 

 

 

 

 

On n’a jamais vu un camion de pompier, ni personne s’occuper des feux. Tristesse.

Un après-midi nous passons près d’une rivière… Super, on fait trempette des pieds 👣

Oups, que c’est dur, on avait prévu 70 km aujourd’hui. Trop ambitieux 🤭. Le problème, c’est la verticalité des pentes. D’ailleurs, on ne voit aucun camion ou autobus ici, seulement des 4×4 et  des pick up!

Pied à terre, les pentes sont si difficiles. Dommage ,  la route est belle.

Heureusement, lors de notre pose déjeuner (en 4h, nous n’avions avancé que de 20km) un gentil monsieur, voyant la chaleur et comment nous nous jetons sur l’eau fraîche, nous propose de nous enmener sur 20 km.. Cool 👍, on accepte bien sûr.

Et nous voilà, avec nos p’tits vélos à l’arrière du pick-up, c’est bien aussi le vélo-pickup 🚴

Du coup que 50 km dans la journée, 1452m de dénivelé sur nos vélos , on est raide mort😴. Heureusement on trouve ce soir encore un joli p’tit bungalow.

Basique et suffisant : une pièce, un matelas au sol, un ventilo et une moustiquaire. À côté une pièce avec un WC et un bidon d’eau pour la douche

 

 

 

 

 

 

 

 

Les deux journées de vélo qui suivent seront courtes, on ne va pas se tuer quand même. Pis, on a le temps, nous ne voulons pas prendre un avion trop tôt pour le khazastan, il y fait froid.. Bon, cela dit, avec le coronavirus, si ça continue, on pourra aller nulle part. Pfff… essayons de ne pas y penser,  30 km pour aller à Mae Sariang, le long d’une rivière. C’est vert, cultivé : ail et maïs (cf les champs de Thaïlande suite).

En dehors des villes, beaucoup de déchets sur les bords des routes.

 

On arrive tranquilou le midi. Il devrait y avoir plein de touristes, normalement.. On en voit 2, c’est très étrange….repos au frais, il fait si chaud 🔥

Puis  50 km monte-descend, pour aller à Ban Mae la luang. Ce matin, lors d’un arrêt boisson, la police est venue nous voir, elle voulait savoir depuis combien de temps nous étions en Thaïlande, où on était avant… Ils nous informent que la frontière avec la Malaisie est fermée et que Bangkok aussi, lieux touristiques fermés, bars etc..

Oups mais on voulait s’y rendre pour prendre un avion.. Finalement, ils ne savent pas trop, ils nous conseillent de bien suivre ce qui se passe sur internet… Nous trouvons, enfin plutôt on nous emmène avec gentillesse vers une guesthouse en début d’après midi, ça ira très bien. Avec cette chaleur (40 °) il vaut mieux y aller doucement. On a de la chance, dans cette partie de pays touristique, il y a des hébergements tous les 20 ou 30km. Facile pour nous 👍😃.

J’ai regardé sur internet, à Bangkok, certains lieux touristiques, bars sont effectivement fermés. La Thaïlande se ferme petit à petit.

Nous suivons bien entendu les informations à propos du Coronavirus. De pire en pire, toutes les frontières du monde entier se ferment… Les voyageurs français sont invités à rentrer en France tant qu’il y a des vols. Ces derniers s’annulent de plus en plus… C’est la panique partout. Rentrer ou ne pas rentrer, telle est la question😳. C’est de plus en plus anxiogène… On passe beaucoup de temps sur internet à chercher les infos.

En attendant de prendre une décision, on avance tout doucement. La Région est très montagneuse, mais comme ça brûle de partout, c’est un peu un spectacle de désolation, heureusement quand nous nous rapprochons d’une rivière, c’est plus vert, ça bosse dur dans les champs.

Bel abri, non ??

 

 

 

Nous arrivons a Khun yuam. Nous sentons qu’à l’hôtel où nous nous présentons, la dame est inquiète, nous demande d’où on vient, est-ce qu’on a eu des test sur la route…  Ça devient vraiment inquiétant. Il n’y a personne… Br

Petite pause glacée en haut d’une super côte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lendemain nous arrivons à Mae Hong son, jolie petite ville calme et paisible, un petit lac. Nous décidons de nous arrêter une journée. La tête préoccupée par toutes les nouvelles de France et de Thaïlande, les compagnies annoncent l’arrêt des lignes aériennes pour la fin du mois, le gouvernement appelle les français en voyage à rentrer dès que possible. Tous les pays où nous devions aller ont fermé leurs frontières, cette fois c’est certain. La mort dans l’âme, nous décidons de rentrer. Notre Christine😀, pro du voyage et des situations d’urgence ✈️y travaille d’arrache-pied, elle sera en contact au quotidien avec nous pour nous trouver une solution. De notre côté nous trouvons un moyen pour aller le plus vite possible à bangkok, pour être prêts.

En attendant nous essayons de garder le moral et de profiter de ce que nous offre cet endroit

Mangues et bananes

 

 

 

 

 

 

 

Rôti : petite galette à la banane… Tu te rappelles Laetitia ??

 

 

 

 

 

 

 

Petite grimpette sur la colline pour visiter un temple

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Temple au bord du petit lac

 

 

Voilà nous partons en bus, 16h de bus pour rejoindre Bangkok.

on garde le sourire mais c’est dur…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivée masquée à bangkok, ce sera les derniers km que nous ferons avec nos p’tits vélos

 

 

 

Si c’est pas malheureux de finir ce voyage dans un carton !!

Nous trouvons un magasin vélo pour emballer nos compagnons de voyage, ils vont nous manquer, terriblement 😭

Vélo sur tuk tuk direction l’hôtel, on leur avait pas fait ça encore, les pauv’

On ne réalise pas encore. Notre dernier jour a Bangkok sera d’une tristesse absolue, on ne veut pas aller dans des endroits touristiques, on marche un peu et on attend, on prépare notre départ, réserver un taxi… on cherche des p’tits restau mais, le soir, on ne trouve que des plats à emporter,🥢 on ne degustera pas non plus la bonne cuisine thaï. On en profite pour finir nos quelques réserves histoire d’alléger nos sacs. Nous savons que nous allons être en limite de poids. 23kg pour le vélo et 23kg pour les bagages en soute.

On a vu juste, le vélo de Jacques, emballé, pèse 22,7 kg et le mien 21 kg. Les bagages de Jacques pèsent 22kg et 18kg pour les miens. Ça passe, ouf !

Même si, on se dit qu’on en a bien profité, même si on se dit qu’on repartira, même s’il y a bien pire dans la vie que juste arrêter un voyage… L’émotion de tristesse nous envahie

Difficile de trouver une fin d’article très gaie. À cet instant, nous sommes arrivés en France, nous avons passé la nuit en zone en transit, car nous devons attendre notre correspondance pour Lyon. Nous trouvons un endroit calme pour la nuit, pas trop de courants d’air, moquette, j’avais emporté un matelas de bivouac. Nous ne sommes pas les seuls. Chaque petit recoin est utilisé comme abris par des voyageurs en transit. Vision étonnante d’un grand aéroport. C’est pas le moment d’aller discuter, chacun doit respecter les distances de sécurité autant que possible. La police fait des rondes, tout le monde est calme. Certains hôtels sont fermés et d’autres, nous dit-on ont été pris d’assaut. On bivouaque à roissy, pas banal, ça !!

Notre lit sur moquette à Roissy /France

Au dessus de ma tête, des affiches relatives aux epidemies, covid 19, mais pas que !! C’est pas une ambiance de fête à roissy. Dans la nuit, on nous a déposé une bouteille d’eau, un monsieur nous a aussi donné un sandwich hier soir et un ce matin x il en avait assez pour lui, c’est sympa, non??   Le personnel de l’aéroport fait ce qu’il peut pour orienter le plus gentillement possible… C’est rassurant quand même….

Voilà, reste plus qu’à voler pour Lyon, récupérer ma p’tite voiture, et regagner nos montagnes, trouver un logement car le notre est occupé. Ça s’organise.

Pas de fête de retour pour le moment, donc, certains avaient prévus de nous retrouver sur la route pour rentrer avec nous… On annule pas, on reporte😀. L’idée étant de repartir dès que ce sera possible, à programmer en fonction de la météo. À nous de réfléchir sur l’endroit où nous redémarrerons le voyage..🌍. Du travail agréable en perspective ! 😃

En tout cas, j’adresse un dernier gros merci à Christine pour nous avoir trouvé une solution de retour 👍et un grand merci à tous ceux qui nous ont suivis, écrits, accueillis, accompagnés tout au long de ces  10 mois et demi d’aventure. ❤️et 15009 km parcourus.

15059 km parcourus en 10,5 mois et des millions de sourires reçus sur nos vélos.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maintenant, Hauts les cœurs pour cette période de confinement mondial. Nous allons avoir un monde à reconstruire…



24 commentaires

Les champs de Thaïlande

 Ah bon, il y a des champs en Thaïlande du Sud !

Moi, pour le moment je ne vois  que des forêts. Mais que dis-tu, ce sont des plantations d’arbres fruitiers. C’est donc possible autant de vergers ? !!

Et bien oui : des manguiers, des ramboutans, etc.. A perte de vue. Tu as vu tous ces camions de fruits qui nous doublent. Oui c’est rassurant, on pourra faire le plein de vitamines. ☺️

Des collines d’arbres fruitiers avec l’irrigation..

 

 

 

 

 

 

 

Les fameux jacquier. Très bon malgré une très mauvaise odeur avant préparation

 

 

 

 

 

 

 

Oh, regarde les collines sont parties et voilà déjà la mer. Je ne la vois pas moi. Mais comment sais tu ?

De chaque côté de nous : des bassins, des bassins. 😉

Ah oui j’avais oublié qu’on élevait les crustacés avec l’eau de mer.

Depuis deux jours, nous longeons effectivement la mer au milieu des élevages, dès que nous quittons le bord rebelotte les vergers sont là.

Tu as vu ils ont perdu la tête. Mais non regarde ils nous ont mis à l’ombre. Tu crois qu’on va se baigner nous aussi  ? Alors toi,  tu imagines que le sel c’est bon pour tes articulations. 😋

 

Quand les champs se transforment en plage tous les jours, c’est pas mal aussi.

Cool la retraite des paysans au milieu des champs, non ?  👍

 

 

Nous rentrons de nouveau un peu dans la campagne pour découvrir d’immenses zones où les ananas sont partout.

Comme les céréales chez nous des cultures d’ananas  ici.

 

 

 

 

 

 

 

une fleur d’ananas

 

 

 

 

 

 

 

Un champ de bâton ? ! Mais non, ce sont des tiges de manioc  qui servent de boutures pour former une nouvelle plante.

 

 

 

 

 

Décidément  les champs de Thailande sont très particuliers. Encore une ville en bord de mer. Nous sommes à Pattaya capitale mondiale des « dames de compagnies ». 🤔Autant vous dire que les champs d’ici s’animent beaucoup à la tombée de nuit. 😋

Après un séjour très agréable chez Corinne et Antoine, nous reprenons la route pour Bangkok. Oh mon dieu, les champs ont disparu. Nous empruntons une petite route. Regardez plutôt !!!

Autoroute à 3 voies dessus  et dessous 5 voies plus une  voie pour les deux roues soit 9 voies x 2  = 18 voies, nous sommes un peu sourds ce soir… Avec toutes ces voix !!! 80 km comme ça aujourd’hui. Pauvre nature… Ou allons nous😢

 

 

 

 

Fini la plaisanterie. Après un séjour pour Visas  et famille à Bangkok, l’aventure du grand sud nous attend avec notre transporteur.

Oh Krabi  !! ville sympa, touristique au bord de mer entourée de culture de palmiers, d’héveas.

Plage de krabi

 

 

 

 

 

 

 

 

Après avoir laissé avec un petit pincement au cœur la famille de Cathy, nous retrouvons nos montures avec grand plaisir.

Et c’est parti comme des fusées qui attendaient sur leurs pas de tir. Nous avalons les km au milieu de petits massifs. Et déjà, nous comprenons que notre bonhomme Michelin ne manquera pas de matière première avec tous ces hectares d’héveas  qui nous entourent.

Impossible de voir au loin. des arbres partout. 😎

 

 

Ah vous croyez vous  en sortir comme ça ? et bien non, vous avez de nouveau droit au chapitre palmier (huile) qui partage avec son copain l’hévea la quasi totalité des surfaces cultivables le long des 85 km de notre journée.

Même la maison est envahie par ces monstres..

 

 

 

 

 

 

 

Culture intercalaire d’ananas dans une jeune plantation de palmiers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les fruits sous forme de grappe.

 

 

 

 

 

 

 

 

La recolte a commencé dans la région nous croisons des pleins camions de cholestérol !!!  😄

 

 

 

 

 

 

 

 

 

oh là là,  ils sont pénibles encore sur la « Beach » ces deux là.

Pas mal non ? les champs en Thailande finalement..

 

 

Nous avons longé la côte sur de magnifiques routes où je me suis vraiment fait plaisir. Pour ce qui est de l’agriculture, à part les palmiers, les hévéas, les bassins d’élevages de crevettes sur notre fin de parcours,  il n’y a rien d’autre.   On trouve ça un peu triste et on comprend un peu plus les problèmes liés à la biodiversité dans ces pays. Après notre visite en Birmanie nous devrions revenir par le nord de la Thaïlande pour prendre un avion à Bangkok , (le coronavirus nous interdit la Chine) les paysages seront sans aucun doute plus montagneux et plus variés.

Ah suivre si vous le voulez bien. 👀



5 commentaires

Thailande à vélo 29 jours 960 Km

Nous voici en Thaïlande. Arrivés par la frontière terrestre de Ban Phakkat située au sud est

Frontière Cambodge/Thaïlande

Nous n’avons rien eu à payer cette fois, pas de photo à donner, pour nos visas d’un mois. Facile et rapide. Il faut juste penser à prendre l’adresse & téléphone d’un hôtel sinon, ça passe pas, on a du revoir nos copies (formulaires) une fois, en trouvant des coordonnées d’hotel.

Oh, mais pourquoi nous foncent-elles dessus les voitures ? Hey, n’importe quoi, la Cath, on roule à gauche ici ! Oups, on change de file, oufffff ça va mieux…

Nous croisons deux jeunes cyclistes Français – Violette et Charlie- qui nous donnent quelques infos sympa. Peut-être les retrouverons nous sur la route de la soie, en mai.

Que de changements !

Côté route : des grandes routes, des doubles voies, voire des triples voies, des panneaux indicateurs (et oui en Asie du Sud est c’est pas si fréquent😉) , plein de voitures, des pistes cyclables, nous allons croiser beaucoup de cyclistes avec ou sans sacoches.

C’est beaucoup plus propre, il y a des poubelles partout et surtout un système de ramassage👍. Ça semble plus calme, plus riche que chez les voisins Cambodgiens, un peu plus cher également …. nous perdons les p’tits « hello hello » et les sourires spontanés par contre, au début. Il faut aller les chercher.

Nous ne ferons pas beaucoup de vélo en Thaïlande. Arrivant du Cambodge, nous allons descendre sur la côte sud-est puis la longer jusqu’à Pattaya où nous serons accueilli par Corinne et Antoine, des amis de Manue (la fille de Jacques), puis la Capitale Bangkok où nous allons rester plus d’une semaine pour faire nos visas chinois et aussi pour y retrouver Laetitia, ma nièce et sa p’tite famille Guillaume et Eléa. Ensemble nous irons dans le sud ouest à krabi, puis nous remonterons sur nos vélos vers la Birmanie.

Petit déjeuner sur le marché Pong Nam Ron

Nous descendons donc vers le sud, d’abord sur une double voie, que nous quittons rapidement, ce qui nous vaut un peu de dénivelé au cœur des montagnes.. Hey hey, c’est notre montagnard Jacko qui est tout content . Par contre, c’est de la piste et va falloir pousser !!

Belle petite route de montagne

 

 

 

 

 

 

Ca grimpe fort, ho hisse !! Allez Cathounette le sommet est juste là. Enfin pour la première montée 😴

Nous passons à Chanthabury assez rapidement

Chanthabury

 

 

Drôlement câblée la ville !! Comme d’ailleurs toutes les villes de ce pays.. On nous précise qu’ici, en Thaïlande, il ne faut jamais habiter au 1er étage pour cette raison là

Pour notre deuxième nuit en Thaïlande, nous allons bivouaquer sur une petite plage derrière une zone de Parc, youpiii, ça faisait trop longtemps ⛱️. C’est un p’tit coin qui a été aménagé pour la baignade et le camping est autorisé. On a même des sanitaires. Chouette, par cette chaleur et après un bain de mer salée, on apprécie la douche

Aahhh, des singes comme voisins, hum, 🤔 on aura intérêt à planquer nos affaires 🦍

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre bivouac sur la plage déserte, fabuleux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oooh, le coucher de soleil sur la plage, c’est royal, non ? Quelle chance nous avons !!

Nous longeons les bords de mer jusqu’à Rayong. Vraiment très sympa. C’est incroyable, il y a toute l’infrastructure hôtelière et très peu de touristes. On nous confirme que la fréquentation a beaucoup baissé par ici. C’est à la fois tranquille mais aussi un peu triste de voir tous ces hôtels et restaurants vides.. Bon, on en profite en tout cas et la mer est chaude, na !

Au milieu de tous les grands hôtels et resorts, nous réussissons quand même à trouver des p’tits hébergements.

Notre déco de lessive quotidienne…

 

 

 

Et de beaux couchers de soleil

Il y a également beaucoup de temples, tous très beaux,

Celui-là est tout doré

 

 

 

 

 

 

 

 

Celui-ci  est bien coloré

 

 

 

 

 

 

 

Surprenant également les publicités qui bordent les routes, ici, on vend un mode d’hébergement de type occidental. Mouais, pas sur que ce soit bien adapté et accessible à tous… 🤔

Bof

 

 

 

 

 

 

 

 

Un peu froid comme style, non !?

 

 

 

Et nous arrivons à Pattaya. Ville tristement célèbre pour son tourisme bien spécial (tourisme sexuel) , ses « ladyboys », sa vie de nuit et la bière. Nous ne serons pas dans cette mouvance, je vous rassure. 😉

Petite Pause, près d’une statue de bouteilles de bière mais nous préfèrons un bon jus de mangue glacé, slurp

Colonne de bière

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a bien les plages, mais envahies par les bateaux à moteur et beaucoup de monde, on aime moyen-pas du tout.

Nous sommes accueillis et chouchoutés par Corinne, Antoine et leurs deux enfants Lucie et Nicolas (Merci à Manue, de nous avoir mis en relation😀) Dans leur superbe appartement situé au 17ème étage d’un bel immeuble qui surplombe la baie.

Vue de jour

 

 

 

 

 

 

 

Vue de nuit, Oooh !

 

 

 

 

 

 

 

Et tout en bas, la vie de nuit… La « walking street » et son ambiance très « sexy » dirons-nous

 

Pendant 4 jours et 5 nuits, nous vivons la vie d’expatriés de Pattaya. Nous allons y rencontrer de nombreux Français, faire une petite randonnée, restaurants italiens, français. Merci Corinne, ça fait du bien … Et même une séance kinésithérapeute pour tenter de soigner cette sciatique qui ne me quitte pas. Nous passons également pas mal de temps à préparer nos dossiers de demande de visas chinois et Birmans. Hum, encore une fois avec l’aide de Christine de Lyon qui m’a aidée, à distance.. Merci Chistinette 👍 Je n’y serai pas arrivée sans toi et J’ai pu utiliser PC et Imprimante de corinne … Super, les amis….

Soirée crêpes… Miam… Allez nico, et qu’ça saute !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sans oublier le petit plouf de fin de journée

Coucher de soleil de la piscine de la résidence… Juste splendide !

Toute la famille réunie.. Merci à eux tous pour leur accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

Bon, il est temps de reprendre la route. Aïe, outre cette sciatique qui me gâche la vie, ces deux journées de vélo sont à mettre dans le top 10 des journées à oublier. Routes à très grande circulation, la nôtre est à 2 ou parfois 3 voies, borde une autoroute qui elle-même est doublée par une autre autoroute au-dessus. Dingue !  on compte 2×9 voies en tout. Ce n’est pas dangereux car nous avons de la place, mais c’est très bruyant et très laid.

Nous entrons à Bangkok, immense capitale, avec comme premier objectif : nos visas Chinois. Cela dit, la propagation du Coronavirus nous embête un peu… Nous devrions rentrer en Chine dans 3 mois, et nous pouvons imaginer que ça va prendre de l’ampleur… Que faire ?  Voyons ce que dit l’ambassade. Rien, zéro info. Nous déposons nos dossiers après quelques petites sueurs : photo non acceptées, problème car comme je ne travaille plus, pas de revenu, les visas thaï qui ne seront plus valables quand on veut partir en Chine, bref, il a fallu expliquer, convaincre, faire une déclaration sur papier en anglais… J’vous explique pas la tête du Jacko quand je lui ai dit qu’il fallait écrire en Anglais, mais il l’a fait.. Bravo.. Bon, on les récupérera dans 6 jours.

Nous en profitons pour changer  les chaînes de nos vélos et visiter la ville.

Vertigineux, non ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Étrange bangkok, des grandes routes et des buildings, mais aussi des micro villages, des canaux et des p’tits restau de rue partout. A ce propos, en achetant un ananas à une vendeuse ambulante, brusquement, on la voit plier son stand en 5 secondes, même pas le temps de la payer, elle s’est sauvée, la police arrivait… Ça doit pas être autorisé ! On attend, elle est revenue 3 minutes après, on a pu lui payer notre du, la pauv’. Beaucoup de vendeurs de billets de loto… Ils ont tous décampé.. On ne rigole pas avec la police dans ce pays…et s’ils font cela, c’est que la vie ne doit pas être facile pour eux 🤔.

Un Trievois à Bangkok

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis, nous changeons d’hôtel pour nous rapprocher du Bangkok touristique…. Wouaouh.. Circuler dans Bangkok à vélo, faut s’accrocher !! Même si, nous sommes de vieux cyclo-routards, maintenant.

Et en se baladant, sur les canaux où Ben… ça sent pas le parfum, et on a vu un p’tit varan, déjà une belle bête pour être dans une ville/capitale, quand même !

Varan à Bangkok dans les p’tits canaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit tour au quartier Chinois, « Chinatown ». Avec ses innombrables ruelles, bondées de monde, de tout petits magasins, qui vendent de tout… des petites « chinoiseries » quoi !

Et voilà, on récupère la p’ tite famille de « Tours » à l’aéroport pour passer 4j avec eux à Bangkok, chouette 😀

Temples : wat Pho, wat Arun.  Roooh!

War Arun de jour

 

 

 

 

 

 

 

 

Marché flottant de Damnoen Saduak… et marché sur la voie ferrée de Mae Klong

Très peu de place pour le train.. Mais c’est juste pour les touristes, du folklore quoi ! Cela dit, pour que le train passe, les commerçants doivent se pousser…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Idem pour le marché flottant. Les barques et bateaux ne fonctionnent que pour les touristes..

Y’a plus rien dans les barques ?

Plus rien d’authentique la dedans mais ça a existé et ç’est animé à côté sur les stands des commerces. Nous passons une belle journée tous ensemble. Et maintenant, piscine à  l’hotel des Jeunes 😉

Eléa se régale dans l’eau. Chaque jour !

 

 

 

 

 

 

Et nous aussi, nous en profitons bien ainsi que de la cuisine thaï, on se régale de Pad thaï, et « roti banane chocolat « , n’est pas Laetitia ?

Miam, rôti banane chocolat, y’a bon !

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis, dans leur valises, en plus de quelques petits équipements pour le vélo (cale-pied, serre-pantalon, autocollants « F » européens pour décorer nos p’tits bolides, un bouquin, des journaux, des médocs, ils nous ont aussi ramené du fromage et du chocolat… Ooh

 

 

Des fleurs d’orchidées, une explosion de couleurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marché aux fleurs : des parfums et de magnifiques couleurs, ça bosse dur ici et toute la nuit, semble-t-il. La beauté a ses exigences.

Bangkok by night, sur la Chao Phraya River

Wat Arun by night : magnifique

 

 

 

 

 

 

 

 

Ici de grandes marques de luxe éblouissement de leurs lumières

 

 

 

 

 

 

Ce jour, le 4 fev, ça fait 9 mois que nous sommes partis. On réalise à peine. C’est franchement une expérience magnifique et surtout à vélo qui donne une autre dimension à la découverte, au rythme lent, qui nous permet de découvrir le pays authentique, de magnifiques rencontres et des lieux touristiques aussi bien sur .. Pour illustrer les 9 mois autrement, ça représente :

16 pays visités

13 440 km

948 heures de vélo

60 750 m de dénivelé

Et surtout des millions de plaisir 😀

 

Revenons sur terre. Entre temps, nous avons récupéré nos visas chinois. Mais nous lisons que toutes les frontières des pays environnants ferment. Du coup, nous commençons à Hésiter. Nous avons 5 semaines pour nous décider : passer par la chine ou prendre un avion de Bangkok au Kazakhstan ou autre, à trouver. À suivre

Aller, c’est le départ pour Krabi, le sud.

Les vélos sont dans la soute, c’est parti pour une nuit dans le bus

 

 

 

 

 

 

 

Aïe, l’agence que nous avons prise n’est pas sérieuse. Dès qu’ils ont vu les vélos, ils ont réclamé des sous supplémentaires, puis ce fut le tour du chauffeur, pour installer les vélos dans la soute, nous  résistons, ça passe. Puis, nous avons eu la bonne surprise d’être « descendus » à 7h du mat à 150km de Krabi. Ils nous disent qu’il faut changer de bus et repayer. Cette fois, pas le choix, sinon, ils nous laisseront là. Une fois arrivés vers 11h, snif, c’est mon p’tit vélo qui a été abîmé pendant le voyage : câble de passage de vitesse coupé. Heureusement, il y a des magasins vélo à krabi qui nous font le changement des deux câbles + gaines (qui étaient déjà fatigués avant le départ) le midi et nous pouvons partir vers notre hébergement, près de la plage.

Ah, ça fait du bien de rouler un peu (Hum, juste 20km) après ces 8 jours passés à Bangkok.

Notre petit bungalow à 1km de la mer

 

 

Ben, nous voilà à Ao nang beach à coté de krabi, le point le plus au sud de notre parcours. Maintenant, y’a plus qu’à rentrer, quoi !! Soit à peu près 9 mois de velo !?. Oups, pour préparer ça, il nous faut bien 3j d’arrêt plage 😉⛱️ avec la p’tite famille ouiiiiii.!

coucher de soleil Ao nang beach

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous faisons une magnifique excursion d’une journée où nous alternons bateau, baignade, plage, baignade avec masque tuba… Vraiment sympa ! Laetitia et moi revenons avec de sérieux coups de soleil

Visez un peu la couleur de l’eau.. Et en plus, elle est chaude

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le bateau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pique nique sur la plage

 

 

 

 

 

 

 

Oooh, un autre coucher de soleil. C’est différent chaque soir, c’est très bô !

 

 

 

 

 

 

 

Après 11j sans vélo, nous rééquipons nos p’tits bolides endormis.

Séquence émotion séparation. Ils sont venus pour notre départ d’ao nang beach à 7h15 du mat’.. Ils sont courageux, non ?

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes bien reposés, les vélos aussi et avec leurs Chaînes neuves, leurs nouveaux cale-pieds, câbles neufs, ça va filer!

Oui, mais nous repartons quand même  le cœur gros, la larme a l’œil.😢. Nous avons vraiment partagé de très bons moments ensemble…😀 Rdv à Noël prochain en France.

Allez, direction la Birmanie, heureusement, La petite route que nous empruntons est vraiment très belle. Fleurie, au milieu de petites montagnes karstiques, de petits villages, des mosquées car nous sommes dans une région où il y a beaucoup de musulmans. Les femmes sont d’ailleurs voilées.

La tête dans les fleurs, comme c’est romantique

De Jolies maisons

 

 

 

 

 

 

 

Autre type de maison, plus basique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les gens sont très souriants ici. Il règne une atmosphère calme, détendue

Notre pause du matin : cette femme nous découpe soigneusement un ananas🍍… On se dit que ça va nous manquer après

Un petit stop à Phang nga, et un marché de nuit, et un de plus ! 

Marché de nuit

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis khao lak, avec ses belles plages. En cherchant des infos sur la Birmanie, on a vu qu’il nous manquait un document. Il y a également le mémorial du tsunami à voir ! On reste donc une journée ici pour faire ça + une petite réparation vélo : changement des patins de freins, mon pauv’ petit bolide ne freinait plus du tout depuis un bon bout de temps. 

Mémorial du tsunami
Triste souvenir du 26 12 2004

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À titre d’exemple, ce bateau ci-dessous à été transporté de 2km à l’intérieur des terres par les vagues du Tsunami. Les photos qui sont exposées sont impressionnantes, très dures aussi, ça donne des frissons .. Ça a du être l’horeur

Derrière le mur, le bateau

 

 

Pad thaï du marché de nuit, miam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous continuons notre route jusqu’à Kura buri. De belles routes, bordées d’arbres fleuris, de palmiers, bananiers, et de belles rencontres sur la route.

Orun (suisse) avec qui nous avons roulé quelques km.. Sympa !!

 

 

 

 

 

 

 

C’est qui k’a les plus belles gambettes ??

 

Et là,

Les bords de route sont souvent bordés d’arbustes fleuris

Il était mort de rire, ce Thaï en se comparant à Jacques

 

Petite rivière

 

 

 

Rencontre d’un anglais, notre voisin de bungalow et avec qui nous prenons notre petit déjeuner

 

Décidément, nous croisons beaucoup de cyclistes depuis 2j. Nous ferons quelques km et notre repas de midi avec Jacky, cycliste français de Gap. Nous nous reverrons dans 2j près de la frontière.

Jacky, de Gap

 

 

 

 

 

 

 

Rencontre de Joël, suédois parti depuis 21 mois. Tout à vélo, 0 train, 0 bus…il dort dans les temples où chez l’habitant. Trop fort, le garçon

 

 

Vraiment beaucoup de mosquées dans le secteur

 

Nous arrivons à hat bang Ben, beach petit coin perdu, après avoir traversé une zone de mangrove

Mangrove

plage déserte, petit bungalow sympa

Plage déserte.. Nous devons être, ohh, disons au plus 3 sur la plage ⛱️. Ces arbres ont été plantés après le Tsunami

 

 

 

 

 

 

 

Joli, le coucher de soleil

 

 

 

 

 

 

Un vrai petit coin de Paradis, un petit bungalow tranquille avec terrasse, plage deserte, port de pêche, petit village, un peu isolé donc quelques rares touristes, très authentique,…fabuleux … Un petit coin qui a été pourtant sévèrement frappé par le Tsunami de 2004, tout à donc été reconstruit.

OH mais c’est quoi ces vélos ?? Oui, on a emprunté ceux de l’hôtel, très rigolo

 

Allez, faut pas traîner, il nous reste 2 jours avant la fin du visa Thaï. Nous nous rendons à Ranong, ville frontière.

Petit dej sur la route : riz, légumes et poulet

Sur la route ce matin là, nous rencontrons 2 British, 5 Thaïlandais

Petit groupe Thai. 5 gaillards super bien équipés

 

 

 

 

 

 

 

Arrêtez, la voiture est déjà très chargée. Ça n’a pas l’air de les déranger, regardez ! no stress!!!

 

 

 

 

 

 

 

Port et poste frontière côté Thaïlande

 

Dès que nous nous sommes approchés, nous nous sommes fait alpagués par les « passeurs » pour nous faire traverser la rivière et aller en Birmanie. Pas de chance les gars ! on passera demain seulement🤭. On sait ce qui nous attend.

Nous retrouvons Jacky (de Gap) pour la soirée. Il fait un joli tour de 2 mois en Thaïlande. Nous avons passé une bonne soirée avec un presque voisin Français, mais à l’autre bout du monde.. C’est drôle, non ?

Dernier Repas en Thaïlande

 

 

 

 

Voilà, Bye bye, la Thaïlande et à très bientôt, car nous y reviendrons dans 28j pour visiter le nord, avant de redescendre sur Bangkok pour prendre un avion pour almaty au khazastan. Le Coronavirus sévit toujours en Chine. On va donc passer par dessus, dommage !!



11 commentaires