Les champs de Pologne

Changement de pays, changement de culture enfin surtout de structure d’exploitation. Pour le moment, le contraste est frappant. Fini les grosses exploitations Tchèques. En Pologne, les structures sont petites, en tout cas sur la partie que nous visitons (sud et est) Les cultures très diverses.

On distingue les limites des parcelles

 

 

 

Les parcelles de petites taille. Voire, des micro parcelles sur lesquelles poussent des pommes de terre, du maïs, de l’avoine, du blé, du lupin, du triticale..

Lupin

 

 

 

 

 

Une agriculture  vivrière où la vente directe en bord de route, de parcelle semble être monnaie courante. Nous verrons si la suite de notre trajet confirme ces remarques.

Travail des champs avec les chevaux

 

On peut même observer des travaux avec des chevaux et du matériel qui fait partie des musées chez nous.

 

 

 

Un tracteur polonais  en pleine fenaison

Les tracteurs sont également anciens et de faible puissance. Une marque domine : la marque polonaise « Ursus » qui a connu des hauts et des bas au ciurs de son histoire et qui, après modernisation de ses usines de Lublin (pas très loin du lieu où j’écris ces mots) relance ses productions.

En voici un …poum’poum poum

 

Le fameux tracteur Ursus que l’on peut voir et entendre de partout en pologne.

 

 

 

 

 

 

 

Culture de cassis

 

 

 

 

 

 

 

Aprés avoir traversé des zones où la culture légumière domine, nous avons fait pratiquement nos 90 km au milieu d’arbres fruitiers et surtout le plus étonnant de culture de petits fruits rouges : cassis, framboise, groseille et toujours sur de petites surfaces, mais sur des centaines et des centaines d’ha.Les grillotiers sont également très présents.

Bien sûr une question arrive devant autant d’espèces difficilement mėcanisables. Comment se fait la récolte? Et bien à la main ! avec des travailleurs occasionnels souvent Ukrainiens car il est difficile de trouver du personnel en agriculture ici aussi.  cela pose un reel problème. Ces renseignements sont issus d’échanges  avec une personne qui nous à si gentiment hébergés deux nuits.

Nous partons maintenant  plein nord pour rejoindre la Lituanie. Une fois de plus, nous découvrons  aujourd’hui de nouveaux paysages. Les fruits ont presque disparus et surprise : quelques grosses fermes avec des céréales et des porcs que nous ne verrons pas mais l’odeur les ont trahis. On peut également voir de vieux bâtiments agricoles de l’occupation russe dans cette zone.

La pauvreté se confirme dans la campagne en longeant la frontière Biélorusse

Les cultures deviennent de plus en plus extensives sur des sols très sableux où le triticale et le seigle dominent, le tout souvent entouré de forêts.Le seigle que l’on trouve ici dans le pain de tout les jours.

Des villages très reculés deservis par des pistes de sables interminables surtout en vélo où nous avons  découvert une agriculture qui souffre beaucoup et avec très  peu de moyens.

 

 

Des prairies de fauche très pauvres avec des moyens de récolte très  légers. Une des particularités du territoire polonais est le nombre impressionnant de zones non cultivées très souvent marécageuses avec des petits lacs .Vous comprenez pourquoi le moustique est roi et que nous le detestons.

 

Batiment de Vaches

Nous quittons la zone frontalière et rejoignons la région des lacs (et oui nous voulons profiter de cette zone pour faire des plouf dans ces lacs tout en voyageant) et là  surprise :  nous découvrons une agriculture qui ressemble plus à celle de chez nous avec une culture de mais et de triticale qui domine, l’élevage de type industriel avec des centaines de vaches laitières dans d’immense bâtiments, ainsi que de nombreux poulaillers présents dans beaucoup de ferme.

 

Je parle souvent de triticale et certains doivent ce poser des questions sur cette culture. Il s’agit  d’une céréales crée par l’homme. C’est un hybride entre le ble et le seigle  qui s’est développé  dans les années 1960. Cultivé  comme céréale fourragère,  plus productive que le seigle, moins que le blé malgré tout,  mais très rustique.  Elle se cultive dans les zones d’élevages sur des sols peu fertiles. Elle fournit également une quantité de paille intéressante pour l’élevage.

 

 

Il est assez facile de voir et de comprendre la pauvreté  dans lequel se trouve l’agriculture de ce pays. Ceci explique leurs besoins en matériel d’occasion que nous fournissons depuis la France. Au vue de cette agriculture que je découvre il me parait pourtant y avoir du potentiel. Ce pays devrait avoir une carte  à jouer avec l agriculture biologique tourné vers l’exportation bien sûr et devrait aussi dėvelopper la vente directe,ce qui est en train de se faire apparemment.



2 commentaires

La Pologne a velo : 20 Jours 1 242 km

Majoritairement plat, le pays devrait plaire aux cyclistes seniors que nous sommes. Voyons ça …

Nous sommes arrivés par le sud.

Comme chez son voisin Tchèque, la langue reste très compliquée. Pas d’euro, ici, on paye en zloty (on divise par 4,20).

Un pays attachant, au rythme lent, qui nous émeut, nous surprend pourtant pas épargné par une histoire dont les occupations germaniques ou russes ont séparé bien des familles.

Et pour les gourmands, on trouve toujours de bons desserts…hein, quoi devinez qui k’est visé ?

 

 

 

 

 

Sympa, mais gare aux moustiques !

 

Nous avons eu notre lot de galères le premier jour (une chute pour Cathy, mais sans gravité, et casse du cale-pied du vélo de Jacques) .

Il y a beaucoup de pistes cyclabes un peu partout, en forêt, le long des rivières, en ville..

Des grandes places,

De belles maisons, mais aussi beaucoup en construction et ….en dehors des grands axes : des petites fermes, en brique, parfois en bois, vers l’est notamment.

Camping sauvage au bord d’un lac

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis, Nous nous sommes dirigés vers Auschwitz (oswiecim) pour visiter le camp de concentration,brrr…

« juste effrayant »
« Jews are à race that must je total exterminated »

 

 

 

 

 

 

 

Fin de piste…Nous sommes attaqués par des armées de moustiques

 

Puis, piste cyclabe jusqu’a Cracovie, enfin presque, car brusquement la piste s’arrête..

 

Les petits villages sont assez souvent très étendus. Des maisons se suivent, et à l’arrière, des bandes de terre cultivées. Un jardin, quelques poules, pour la consommation de la famille. De ce fait, sur cette partie de la Pologne, nous avons parfois du mal à trouver une forêt pour camper en toute discrétion.

Des P’tits villages un peu partout

 

 

 

 

 

 

Petit dej  sous haute protection

 

La nuit précédente, ‘il y avait tellement de moustiques que nous nous sommes jetés sous la tente, nous avons grignoté ce qu’on pouvait sans utiliser notre rechaud  en attendant le lendemain.

Puis pliage de tente en 4eme vitesse et nous avons petit déjeuné où c’était possible, Moustiquement parlant …si on peut dire.

 

Petite réparation de tente, car dans la précipitation de la veille, un arceau à souffert.

 

 

 

Arrivée à Cracovie… très belle ville, spacieuse, vivante, touristique mais un tourisme très supportable.

Cracovie

 

 

 

 

Au sud, à environ 15km, visite de la mine de sel et son incroyable chapelle Ste Cunegonde situee  100m sous terre. Quel sens du culte dans ce pays.

Nous avons fait les fainéants et avons utilisés les services d’un tour operator venu nous chercher au camping’ puis visite guidee….

un peu de shopping également cet après-midi là : Nous avons trouvé un support pour le téléphone qui nous sert de GPS. Jusqu’à présent, il était posé sur la sacoche de Jacques, sous le plastique,la où il y a la carte mais avec la chaleur ‘, il  commençait à souffrir le pauv’.

Nous voilà équipés comme les jeunes. Hum, on maîtrise pas tout quand même.

Puis piste cyclable le long de la Wista (vis-tu le)

Point de gonflage, outils…. Le long une piste

Avec ses aires de gonflage..

C’est plat, peu de vent, nous enchaînons les km : 70, 75, 80 par jour.

 

Mais un soir, ne trouvant pas d’endroit pour camper, Jacques décide de demander dans une ferme. Surpris, ils nous disent rapidement OK puis reviennent 10 minutes après, nous proposer une douche chaude, puis une bière, une  soupe… Et le matin un p’tit dej(café, tartine pâté+tomate+cornichons, pain.. Que d’émotions cette famille avec les 3 générations sous le même toit.

Et toujours l’émotion du depart

 

 

 

 

 

 

 

 

Au s’cours, Ça gratte

Nous partons avec la feuille d’une plante dont on ignore le nom, mais qui sert à calmer la démangeaison des moustiques. Trop bien et Efficace, en plus.

 

 

 

 

 

Le lendemain est férié, les églises sont bondées, 4 ou 5 messes ce jour-là. Les gens y viennent de partout. Tous bien habillés, c’est émouvant tous ces rassemblements, dans le calme et le recueillement.

Ce jour là, Les fleurs jetées lors des processions. Nous traversons plusieurs fois la wista. Un autre temps.

Cela dit, les autres dimanches, nous voyons également les églises remplies. même celles de petits villages. C’est sérieux ici.

 

Nous traversons plusieurs fois la Wista (vistule) parfois c’est payant, parfois pas.

 

Et sur cette partie de la Pologne, toujours un agriculture très morcelée et vivrière (cf les champs de Pologne) beaucoup de fruitiers (Miam) . On voit beaucoup de faisans, chevreuils et lièvres, ici.

Puis, nous sommes encore une fois accueillis par des habitants à kazimierz dln, via  le réseau warmshowers dans une villa de famille. La grand mère parle 4 langues, le petit fils Aleksander aussi (dont le francais). Il nous éclaire beaucoup sur la vie en pologne.

Cimetière juif : les pierres des tombes avaient été enlevées sous l’occupation germanique pour « recouvrir les routes ». Malins, les polonais avaient mis la face inscrite côté terre pour les concerver. elles ont été récupérées et occupent maintenant un mur de recueillement

Kazimierz, Ville très touristique, romantique, mais aussi connue pour ses « canyons »

Voie crée par érosion.

..nous sommes sous le charme un fois de plus.

 

Aleksander nous invite à  rester une journée,  prend sa voiture pour nous montrer plusieurs points de vue, un cimetière juif, un cimetière de militaires russes et nous expliquer aussi l’histoire de ce pays qui n’a pas été épargné par les invasions et les guerres.

 

 

 

 

 

Vue sur la vista, vraiment un endroit charmant.  C’est l’heure du départ. Après un super petit déjeuner préparé par Aleksander.

Séquence reparation

Oh surprise une des sacoches du vélo de Jacques semble avoir un problème. Il faut dire que nous venons de faire 10 km sur une route où nous ne touchions pas souvent la selle tellement le revêtement est endommagé. En fait, une vis de fixation est partie. Comment faire , nous n’en  avons pas de rechange. Solution : en prendre une qui ne sert pas et l’échanger nous permet de repartir après une pause. Malin le garçon !

 

 

 

Green velo 2800 km de routes velo

 

 

 

 

Nous continuons notre route, direction le nord est ďe la pologne en essayant de récupérer une voie cyclable qui ce nomme « green velo ». Elle devrait nous enmener en limite avec la biello Russie où nous devrions voir une magnifique forêt primaire et peut être des bisons.?

Trop de sable. Allez Jacques pousse plus fort

Sur le papier, cette route vélo est super chouette, il est vrai qu’elle passe toujours dans des endroits très intéressants. En revanche, elle se divise souvent, il n’y a pas les directions, et parfois, sur la partie est nord est, la route vélo se transforme en piste de sable et cailloux. Là, on se fait méchamment secoués, on dérape, on patine. Bref il faut rester calme se détendre et continuer tout fini par s’arranger. Vive le yoga du soir!

C’est beau, sauvage mais pas adapté à nos velo-sacoches.

 

 

 

Toujours des églises très belles, très bien entretenues, fleuries, et très fréquentées

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Styles très différents, n’est-ce pas ?

Arrêt hôtel classé… 28 euros avec pdj..

 

Une fois n’est pas coutume mais il faisait chaud, on avait la flemme de monter la tente n’importe où et pour ce prix là, on a voulu tenter « l’aventure » . Les vélos dans le couloir, pas de problème pour eux.

 

 

 

 

Miam.. Les myrtilles polonaises

 

Nous passons maintenant le plus  à l’est possible à quelques km de la frontière Biélorussie.. Zone beaucoup plus sèche, du sable et des pins, c’est étonnant. Sur un de nos bivouac, nous trouvons des myrtilles et fraises des bois.. Un vrai régal et si inattendu.

 

On est prévenu,. Ici territoire des pmbisons… Plus futés que nous en tout cas, on a vu que des bisons ….de bois dans la ville. Il aurait fallu prendre un guide, se lever à 2h du matin et payer un bon prix pour ça.

 

 

 

 

 

 

 

Rencontre de Claude et Michel au camping, ça fait du bien de discuter avec des français qui connaissent bien les pays baltes et nous donnent plein d’infos pour la suite de notre parcours

Puis départ vers le nord..

 

 

7 km de camions qui attendent de passer en Biélorussie

Sur un poste de frontière pour la Biélorussie, des km de camions qui attendent de passer. C’est dingue, nous abons compté 7 km. Il peut leur arriver d’attendre 36h nous dit-on.

C’est plat, sec et chaud

Bivouac en forêt… Pas de rencontre de bison

 

 

 

 

 

 

 

Ici, on fait traversée la barge avec la force des bras. Une sorte de bâton taillé  agrippé un câble et on tire..c’est drôle, rustique, ils ont bien rigolé en voyant la petite Frenchie s’activer.

 

Des cigognes

 

 

On a jamais vu autant de cigognes. Elles sont presentes sur toute la partie Est du pays, et suivent les travaux des champs avec attention pour leur pique-nique

 

 

Des barrières pour les trains un peu partout

Typique. Petite maison clôturée. Beaucoup de chiens en Pologne un peu partout, mais heureusement pas sur les routes, car c’est bien connu, ils n’aiment pas les vélos

Et les trains près d’une fabrique de traverse de chemin de fer. oups une odeur forte plane sur le village!

 

 

 

 

 

 

 

 

Et voilà , 3 000 km dans les pattes depuis notre départ.  C’est un peu plus que prévu à ce stade du voyage. Il faut dire que prendre les itinéraires velo rallonge pas mal. Sans compter les fois où on se perd un peu… hein? mais non j’l’ai pas dit

 

Mince, la béquille à encore cassé

 

 

Vraiment pas solides ces bequilles du commerce. Cette fois, on change pas. Un morceau de ferraille acheté à Leroy merlin, du bon scotch bien solide, un peu de savoir-faire et hop, on verra si ça tient cette fois, non mais !

 

Arceau de tente réparé, yessss plus solide que du neuf.

Idem pour l’arceau de la tente, Jacques à déniché un tube de rideau… en aluminium qu’il a fait découper toujours dans ce même magasin et notre arceau est réparé.  En voyage, vaut mieux être bricoleur et inventif !

 

 

 

Puis nous arrivons au nord est vers la région des lacs. Il fait chaud, quel bonheur de s’y détendre un peu le midi.

 

 

Puis, au hazar d’un chemin, alors que nous hésitons sur la direction à prendre, Nous sommes abordés par quelqu’un un  qui nous propose de l’aide. Il nous entend, il parle le français pour avoir vécu il est même né en France. Il est en week-end avec son père au coeur du parc naturel biebrzanski .On peut se baigner il nous invite à le suivre.

Son père 87 ans, parle également français ayant travaillé au consulat en France. Mais quel plaisir de s’être baignés ensemble parmi les poissons, d’avoir partagé le repas, d’avoir pu parler de la politique de la pologne.

 

 

 

 

 

Paisible

Dernier jour en Pologne magnifique région des lacs et des forêts de pins (pins écossais et épicéas) avec des sols tapissés de myrtilles et fraises des bois.. On ne résiste pas. C’est beau et en plus, la forêt nous coupe le vent

Et voilà,  nous avons passé une vingtaine de jours en pologne, un peu plus que prévu. Un pays tranquille, accueillant. Bon, ils boivent un peu beaucoup de bière dans ce pays. Dommage également qu’il y ait pas mal de canettes et bouteilles plastiques au bord des routes. Faut dire que pour trouver des poubelles, c’est difficile.

Sur cette dernière partie, les gens que l’on croise ne sourient pas au premier abord, ni dans les commerces, Mais dès que le contact est établi, alors tout change. Nous y avons fait de superbes rencontres. Étonnant également : ils connaissent bien la situation sociale en France et ont suivi avec intérêt l’arrivée de notre dernier président, intéressés de savoir ce que ça allait changer. on serait bien incapable de citer le nom de leur président.

Comme  dit Cathy, Beaucoup de choses pourraient encore être écrites sur ce pays très  attachant que je vous invite à découvrir pour vos vacances. Je voudrai aussi dire un grand bonjour à toutes celles et ceux qui nous suivent et nous rejoignent en cours de voyage au travers de ce blog. Bienvenue dans le monde du voyage tranquille qui nous habite maintenant.

Jour 58 : nous sommes en forme et contents de continuer notre chemin pour d’autres decouvertes. Demain, les pays Baltes, à commencer par la Lituanie.  

Pendant ce temps, à Lyon, les copines s’activent : merci Christine qui  suit de près nos visas russe,chinois et mongoles, puisqu’il a fallu refaire les dossiers. C’est bon pour les 2 premiers, mongolie en cours. C’est bon nous devrions les avoir à temps.

Merci Véro qui a débloqué la carte bancaire, va nous la renvoyer avec quelques bricoles et qui assure des opérations que l’on ne peut pas faire sur le blog avec le tel ou la tablette.

Grâce à Serge et chantal, nous pouvons utiliser notre tablette en lien avec le réseau du téléphone.

Et enfin, merci à tous ceux qui nous envoient des p’tits messages et qui ne nous oublient pas. Ça rend le voyage encore plus agréable..

J + 57 : tout va bien !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



13 commentaires