République Tchèque a velo: 705 Km, 14 jours

Frontière Tchèque

Changement de décor. Après l’Autriche et l’Allemagne, le contraste est clair. A tous les niveaux.

La langue est un peu compliquée, il faut prononcer un mot avec un c un y, un z, un k… Ou qui commence par 3 ou 4 consonnes… Dur dur.

Pour la monnaie, faut diviser par 24 ..mince, faut rebrancher le cerveau. oui, on sait, le tel fait ça aussi..encore faut il l’avoir dans la main.

Nous sommes arrivés en « bohème du sud ». Avant de cibler Prague, nous avons visé des lacs au sud.. Petite station touristique fort agréable,

 

 

 

 

 

Surprenant, mais à quelques km de la frontière, énormément de voitures Autrichiennes qui envahissent les magasins free et les restaurants

Puis, on sort de la grand route, et de la station et on voit une autre Tchequie:

 

 

 

 

 

Et

 

Un peu abîmé, désertique.

Sinon,  nous  trouvons beaucoup de campings au bord de l’eau. la saison n’ayant pas encore débuté, nous sommes souvent les seuls sous tente. Du coup, nous utilisons les équipements, par exemple ici

Barbecue du restau

Le restau n’étant pas ouvert, nous avons utilisé la Table, le barbecue pour installer notre rechaud biolite. Ouf, pas besoin de se mettre à 4 pattes.

Et comme il s’est mis à pleuvoir, c’était le top

 

 

 

 

 

 

Ensuite, nous avons continué à longer des rivières pour « monter » jusqu’à Prague

 

Euh, pas que des rivières

On est vraiment aux pieds.. Impressionnant et effrayant également. Comme des champignons sortis de terre.

Et puis arrive Prague..impressionnant cette ville. Comme dirait Christine, on est vite sous le charme, il suffit d’ouvrir les yeux. Chaque bâtiment, immeuble porte des petites statuettes ou décorations très travaillées. c’est une capitale, et pourtant assez petite, le centre historique est accessible facilement. C’est vivant, chaleureux…C’est très beau, on s’y sent bien. Dommage qu’il y avait autant de monde. De véritables marées humaines.

 

 

 

L’horloge

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

By night

 

 

 

Saint Nicolas

 

 

 

 

 

 

Coucou !

Trop fatiguant de faire les touristes

 

Bon.. Prague, c’est bien joli, mais il y a vraiment beaucoup de monde. Et pis, faut bien repartir.. allez, c’est reparti, Direction plein Est.

Des champs à  perte de vue (voir rubrique des champs)

...des cerisiers aussi. Pris en flagrant délire..

 

 

 

 

Il y a des jours qu’on oublie pas. Grâce à Bernard (collègue de Cathy) nous avons passé un dimanche après midi avec Pavel, Alema et leur 2 enfants.

qui nous ont chaleureusement  accueillis et fait visiter leur ville « Olomouc » ils nous ont guidés, nous ont emmené en voiture voir une basilique et un joli point de vue sur toute la ville. Un grand merci à eux.

Classe Unesco

 

 

 

 

 

 

 

 

Et des soirs si sympa comme ces cyclistes Australiens (hello Janette!). Que nous avons rencontré  en camping. Malheureusement pas de photo.

Vers personnes qui veulent nous aider à trouver notre route ou nous parler. mais nous pas parler tchèque et eux souvent pas l’anglais .Alors ça fini en rigolade.

Nous y avons passé 14 jours très très agréables. Nous avons eu assez chaud 32 degrés mi juin, c’est pas mal. K

Climat continental, il y fait très froid en hiver paraît-il.

Miam les glaces

 

 

 

C’est un pays qui bouge, qui travaille,il y a des travaux partout . On peut voir de partout le logo de financement de l’Europe. On nous dit qu’il n’y a quasi pas de chômage. Ils ont besoin de main d’oeuvre étrangère dans beaucoup de domaines.  Faut juste parler cette langue difficile.

Sbohem à brzy se uvidime..



11 commentaires

Les champs Tchèques

On passe la frontière. Le changement est brutal mais tellement intéressant à  découvrir. Une  agriculture d’une autre dimension. Une agricuture que je qualifierait de » derrière « les grilles. Allez,  petite explication :  les fermes, si on peut les appeller ainsi, sont grillagées, un peu à  l’abri des regards, des visites, semble- t-il. En fait, je pense qu’il sagit plus de cooperatives qui exploitent tout un territoire. Fini l’ exploitation de l’ espace en plusieurs petites parcelles. La parcelle est uniquement délimitée par l’espace cultivable disponible : entre les forêts, les routes, les maisons.

Certaines fermes  de l’ancien régime ont survecues,  d’autres pas.. voici ce qu’il en reste

 

Blé à perte de vue

Trèfle du roussillon

Ce qui donne des champs d’une dimension incroyablement variée, de quelques ha. à plusieurs centaines d’ha. Mais si mais si, des vallons entiers recouverts de seigle ou de colza, de blé, de pavot, ou encore de luzerne. Bref, un peu de gigantisme que je n’attendais pas dans ce pays. Sans doute, des restes de l’époque communiste qu’à vécu ce pays. Les bâtiments qui restent en sont les témoins.

Il en résulte qu’ il y a peu d’agriculteurs dans le pays mais ils travaillent beaucoup de surface et fort bien, au regard de l’état des cultures et des vaches que l’on peu entrevoir.

Je ne connais pas le niveau économique de compétitivité de telles structures.  Je pense qu’il doit être performant et que notre agriculture régionale doit faire attention en trouvant des voies de diversification pour  perdurer face à nos voisins finalement très proches. Imaginez ! C’est  à  seulement un mois de vélo chez nous.😉

Personnellement ça me conforte dans les choix que j’ai fait en créant l’exploitation qui est maintenant aux mains de mes enfants.

Culture de houblon pour la fabrication de la bière, très consommée ici. Il amène l ‘amertume. Son Goût varie en fonction du terroir comme pour le vin.

 

 

 

 

 

 

 

En résumé de ce que nous avons vu : une agriculture intensive sur de grandes parcelles, à savoir des plaines ou collines entières où la culture du blé (ci-dessous) et du colza dominent.



2 commentaires