Les champs du Cambodge

Les voici les voilà nos champs du Cambodge.

Mais où sont donc passées nos rizières 😴 ? Disparues, elles laissent place à une immense plantation de bananiers que nous longeons sur plusieurs km.

miam miam enfin un peu dégoûté à force d’en manger…

 

Cette zone est également occupée par des plantations d’hevea à perte de vue, dont on récupère le latex en faisant une saignée sur le tronc  pour la fabrication du caoutchouc de nos pneumatiques.

 

récuperation du fameux trésor..

 

 

 

 

 

 

 

 

jeune plantation de pneumatiques hi hi…

 

Allez ne rigolez pas ; au même titre que les palmiers, ces plantations provoquent un gigantesque déséquilibre dans la nature. Nous sommes conscients des dégâts des palmiers avec les « fameuses » huiles. Mais beaucoup moins avec les hevéas qui nous permettent de rouler sans se soucier des dégâts que nous causons !! Le Cambodge est le huitième producteur mondiale de latex. Les plantations Cambodgiennes sont très performantes, le sol et le climat sont très favorables et permettent d’être les plus productives du monde.

 

De très grandes plantations de manguiers également. Premier constat : les structures d’exploitations agricoles sont imposantes dans ce secteur. Nous croisons des tracteurs Russes. Tiens tiens y aurait il un rapprochement à faire avec la politique du pays ? Pour les novices en mécanique agricole, les russes ne possèdent pas de matériels très sophistiqués, c’est du très rustique je dirai.

sur ces manguiers les fruits sont protégés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous nous rapprochons une fois de plus du Mekong et, surprise surprise, le riz est de retour. Je ne suis pas expert en riziculture, dans le Trieves c’est un peu frais voyez vous. 🤔 Mais il me semble que l’on doit faire ici deux récoltes par an. Les plantations sont pour la plupart encore très vertes.

 

De la chaleur de l’eau je grandis pour vous je « ris »….

 

Oh  les oreilles des bovidés sont bien longues ici, et pourquoi une bosse, une robe toute blanche aussi. Ce sont tout simplement des grands zébus. Ils sont pour la plupart logés sous les maisons où très proche.

Imposants par la taille mais pas par le poids, un peu maigres ces bestiaux ..

 

 

 

En arrière plan une maison Cambodgienne

 

 

 

 

 

 

 

une bête de concours, impressionnant de par la taille. Pas trop d’accord pour la photo…

 

 

 

Nous sommes très proche des berges du fleuve qui est à sont niveau le plus bas libérant ainsi  de grandes surfaces mise en culture avant la nouvelle remontée des eaux. Beaucoup de légumes haricots etc… Du maïs récolté tous les jours pour manger les épis cuis à la braise ou à la vapeur et le reste de la plante pour nos zébus. Bien sûr le transport se fait avec nos petites motos favorites.

légumes : ici des haricots.

 

 

 

 

Oh OH regardez un peu comment on transporte les objets ou matériaux les plus divers dans ce pays.

Non ce n’est pas un montage photo, mais une petite moto qui tire un bon chargement.

 

 

 

 

 

 

 

Incroyable non ?

 

 

ici, nous croisons un convoi de charbonniers, Direction Phnom phen 150km plus loin..

 

 

Intéressons nous un peu à ces engins remarquables

La base : une petite moto renforcée. La selle  coupée pour fixer l’attelage. Les suspensions arrière doublées voir triplées. Les rayons de la roue arrière remplacés par des rayons fabriqués dans du fer à béton de 8 millimètres. Bref, un vrai chef œuvre d’ingéniosité.

Un peu plus en détail pour les amateurs.

 

 

 

ici l’articulation..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pour les longues distances comme ci-dessus, on rajoute des réservoirs à essence sur la remorque et encore plus étonnant des réservoirs d’eau qui vont servir à refroidir le moteur via un goutte à goutte sur les ailettes du moteur, le système D quoi !!! 😇. Tous les 20 km, nous doublons notre convoi, en panne sèche. Le réservoir du chauffeur étant vide, cette fois il faut remettre une petite bière, manger une soupe et ça repart..🤭

incroyable. Regarder un peu le chargement de manges. Plusieurs centaines de kg +le poids de la remorque.

 

Et  voici le système de refroidissement rudimentaire mais semble il efficace 😇

 

 

Dépêchez vous un marteau, un peu de fer, de la soudure, une petite moto, un essieu de vieille voiture. Quelques heures de travail et vous allez pouvoir construire vous même un nouveau modèle de camping-car pour venir nous rejoindre.. Vous avez toutes les astuces… On vous attend😴AAh n’oubliez pas le hamac..

 

 

Il est temps que je vous parle des BAMBOUS. Vous savez ! ces grandes plantes qui peuvent atteindre 10 m de haut qui poussent très vite et le long des cours d’eau. Elles sont sous nos yeux tout le long du Mekong et ont de multiples utilisations. Barrière pour protéger les cultures, les maisons, les chantiers, échafaudages des maçons, radeaux, ponts, contenant pour la cuissons etc etc..

Je monte dans le ciel, je m’appelle bambou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien sûr aussi des corbeilles. Comment peut on faire une corbeille avec un bambou de 10 m de long et 20 cm de circonférence ?

Facile mais avec de la patience.. On partage le bambou en long sur une extrémité avec un outil tranchant, puis on le pousse sur un coin en bois pour le fendre en deux tout le long, et on recommence cette opération sur la moitié  et ainsi de suite jusqu’à obtenir des petites lanières de quelques millimètres d’épaisseur. Et maintenant on confectionne nos paniers.

Partage préparation des bambous.

 

 

 

 

 

 

Et voilà regardez monsieur ce que je fais..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Garantie made in Cambodgia 😊

 

 

 

 

 

 

 

 

Joli non !?

 

 

 

 

 

 

 

Je vous glisse un petit secret. Certains confectionnent même des vélos en bambou  qui sont paraît-il très bien.

 

Mekong ici Mekong là. Une véritable richesse pour les pays qu’il traverse. Tout le long de ses berges l’homme s’est installé. Dans chaque village, plus on descend, plus la pêche occupe une place importante. Une véritable économie qui occupe beaucoup de monde. Les hommes sur leurs barques jettent des filets sans relâche dans l’eau de ce grand fleuve en quête de poissons que les femmes vendront par la suite sur les marchés au alentours.

Oh hisse OH hisse il est lourd ce filet..

 

 

 

 

Va et vient  des pêcheurs vers le village provisoire installé sur la berge..

 

 

Tout frais..

 

 

 

Comment finir sans vous parler des cocotiers qui sont sous nos yeux tous les jours au bord de notre route, ils fournissent de magnifiques noix de coco qui remplissent les étalages.

Un belle arbre dans un décor de rêve.

 

Au revoir campagne Cambodgienne, nous reviendrons te voir le long de la côte, dans une quinzaine de jours après notre 2ème passage au Vietnam.

 

4 réponses à Les champs du Cambodge

  1. THURET dit :

    Merci pour l’explication sur la confection des paniers.
    Dit, Jacques, vu le succés du bio, de l’écologie et du vélo en France, on devrait lancer la mode du vélo en bambou en France.
    Le vélo écolo à 100 %.
    Une sacrée leçon aux toujours plus modernes, toujours plus de technologie.
    Bises.
    Vincent

  2. mathieu françois dit :

    super impressionnant ses chargements

  3. delory dit :

    Bravo !!! Ca me rappelle mon périple au Laos a moto avec coco et Agnès et Yves !!
    Qui des deux redige ce beau texte?
    Vive l Asie !!
    Bises
    Mino

  4. Famille BAUP dit :

    C’est toujours un plaisir de vous lire.
    Je constate même que la rubrique « du côté des champs » se développe vers la mécanique et l’artisanat local.
    Bravo, quel récit complet.

    On attend avec impatience le prochain billet.

    Bises à tous les deux

    Manue

Répondre à mathieu françois Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *