Les champs du Vietnam

Les pieds dans l’eau

Enfin un peu de calme. Nous voici en « montagne  »

Au milieu de la nature

 

 

 

 

 

 

 

 

De la verdure en veux-tu en voilà, à perte de vue. Bien sûr parfois ça grimpe un peu trop fort mais ce que nous découvrons est tellement beau.

Toujours des rizières en terrasses dans de petites vallées

 

 

 

 

 

 

 

Des petits ruisseaux descendent des versants pour faire grandir tout ce que l’homme plante pour se nourrir. Du riz bien sûr, un peu de maïs pour les épis cuits sur la braise, et toujours beaucoup de fruits et légumes.

Des petits coins de paradis

 

 

 

 

 

 

 

Toujours et encore des femmes dans les champs qui nous saluent. Après la visite du musée ethnographique  d’Hanoi, il est plus facile de comprendre qu’il est de coutume que les femmes travaillent dans les champs, pendant que les hommes chassent et effectuent les travaux les plus lourds.

Ces dames plantent des pommes de terre.

Allez la censure Chinoise étant finie, notre Google indique que 50% des travailleurs du Vietnam vivent de l’agriculture.

Nous pouvons aussi noter un changement important : l’élevage est de nouveau très présent. Les volailles sont présentes partout dans la campagne et même en pleine ville, où il n’est pas rare d’entendre un coq chanter. Des poules avec leurs poussins le long des routes. On entend le chant des coqs à notre passage dans les maisons aux alentours, même en plein cœur d’Hanoi la capitale. Les petits ruisseaux permettent aux nombreux canards de barboter tranquillement. L’élevage des porcs semble bien présent puisque nous les croisons sur la route !!!

Encore ce matin une vache dans une cariole traînée par une petite moto. Hier c’était une buflonne. Des attelages pour le moins surprenants. Dans les montées, pas de problème une deuxième moto suit, son conducteur pousse avec son pied le premier véhicule…

La voici notre bétaillère. La vache a du être vendue. Peur de rien ces Viet…. 

On transporte de tout avec ces petites motos. Ici deux cochons vivants.

 

Transport en tout genre celui-ci ne bouge plus..

 

 

 

 

 

 

 

 

La sieste est finie.

 

Après notre passage en montagne, nous retrouvons la plaine et ses plantations d’orangers. Elles sont de couleurs vertes mais très mûres, un vrai régal de manger des fruits fraichement cueillis. En nous rapprochant d’Hanoi, les rizières réapparaissent entourées  de beaucoup d’eau. Dans la banlieue, un peu comme en Chine avec le maïs, le riz occupe le pavé.

Débrouillez vous, moi j’ai besoin de place pour sécher …

 

 

 

 

 

 

 

Ben il occupe même le pont !! Je passe où, moi ?

 

 

 

 

 

 

 

moisson du riz

 

 

 

 

 

 

 

les grains de riz bruts après la recolte

 

 

Récolte  du riz à la faucille par nos moissonneuses préférées hi hi.. 😂

 

 

il reste encore de la place pour les scooters !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En nous rapprochant de la mer, les élevages de canards sont de plus en plus nombreux  sur des étangs.

Et vive la liberté

 

 

 

 

 

 

 

Sur l’île de Cat Ba, un petit paradis sur terre ; Enfin  la terre.. Plutôt une multitude de petites iles faites uniquement de rochers ;

 

Pourtant l’agriculture est bien présente. Nous allons parler aquaculture et village flottant. Un petit trésor en fait. Les pêcheurs possèdent des petites plateformes sur lesquelles ils habitent toute l’année. A côté, ils élèvent différents types de poissons dans des bassins en filet. Leur alimentation semble être des petits poissons (20%) péchés au large par des chalutiers. Le mécanisme  semblent fonctionner à  plein régime puisque depuis 5 ans le village sur l’eau est passé  de 400 à 1000 habitants.

une ferme aquacole  flottante. Bon,  pour le footing du dimanche matin il vaut mieux prendre des palmes!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

un aperçu  du village.

 

 

 

 

 

 

 

J’attends tranquillement les consomateurs en bronzant ☺

 

 

 

 

 

 

Revenons sur le continent pour découvrir dans le delta du fleuve rouge de nombreux élevages de coquillages les plus divers ainsi que du poisson. Si mes infos sont bonnes, le Vietnam est classé  4ème producteur mondial. Pas étonnant avec un pays qui dispose de plus de 3260 km de côtes.

un élevage de crustacés sur 30 ha…

 

 

 

Apres un « violent « effort de 15 km au plat nous voici de nouveau entouré par l’eau de mer et ses nombreux parcs à poissons où crustacés. Sur cette presqu’île, un authentique village de pêcheurs qui nous plonge au plus profond de la vie journalière des habitants. Un vrai régal d’être si proche de personnes aussi adorables, des moments de partage inoubliables.

 

Dommages, toutes ces poubelles. Un problème d’éducation, de prise de conscience, de moyens, difficile de savoir.

Allez ma belle, vite filons au marché vendre notre pêche..

 

 

 

 

 

 

 

J’attends pour partir dans la nuit.

Aujourd’hui, changement de décor : plus de pêcheur, des rizières pleines d’eau sur 80 km où s’ébattent des millions de canards que nous retrouverons cuits à la broche dans les rues, sur les marchés journaliers de tous les villages.

pas besoin de chauffage, de l’eau un peu d’ombre et le casse croûte..

 

Mais aussi des vaches qui paissent tranquillement au bord des routes.

Pas besoin  de faucher le talus, les vaches le font parfaitement. Il faut juste accepter de ralentir ou de s’arrêter..

Pour nos buffles il faut beaucoup d’eau pour un bon pâturage.

Allez laisser moi tranquile je déjeune 😊

Comme d’habitude, chaque jour nous amène son lot de changements.

Aujourd’hui j’ai envie de crier Stop. Et de pousser un coup de « gueule » : Nous remontons maintenant le long de la mer en empruntant des petits chemins qui traversent les villages de pêcheurs. Et malheureusement nous découvrons une côte de plus avec de belles plages complètement souillées par les hommes que nous sommes. La mer rejette sur les plages du polystyrène en grande quantité qui sous l’effet du vent envahi les bois, les dunes. Bref, un vrai massacre.

un tout petit aperçu de la pollution..

 

Nous sommes pas trop surpris puisque depuis notre arrivée, nous constatons que dans la campagne, le ramassage d’ordures n’existe pratiquement pas. Hier, devant nous, une femme versait ces ordures dans un fleuve.

Autres problèmes qui devraient tous nous faire réfléchir. Oui bien sûr les crustacés régalent nos papilles mais d’où proviennent elles?  Et bien tout simplement d’élevages industriels situés sur les dunes déboisées que nous avons traversées. Aujourd’hui, au bord de la mer, l’eau de mer est pompée pour alimenter de grands bassins en bâche. Elle est brassée pour l’oxygénation. L’alimentation artificielle, en sacs d’aliments et les gros tonneaux bleus déversant je ne sais trop quels produits (naturel ? ) dans l’eau. Le tout sur  des dizaines de km et ce n’est pas tout : où retrouve t’on les emballages ? et bien de partout.

Bien sur, quelques km plus loin, on retrouve de grands Hôtels avec Golf, tout brille nickel. Le contraste nous interpelle vraiment, « pas vu pas pris » .

quel horreur  quel malheur..

 

inconscience insouscience ou incompétence…

.

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette vache était en train de manger dans ces sacs à notre passage comment lui expliquer. Pas bon pour toi ma belle …

les sacs de ma colère que l’on retrouve sur cette zone.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

les bassins de production par centaines sur les dunes déboisées..

 

 

 

 

 

 

Toujours la même question comment aider ou faire comprendre que notre planète n’est pas une poubelle. La meilleur solution sans doute est de ne pas acheter ces crustacés que l’on retrouve sur nos étalages à des prix parfois très bas. Il y a tant de produits locaux  ou plus « propre » sur nos marchés pour se nourrir de façon plus saine pour l’environnement.

Comme j’aime bien savoir si ce que je ressents n’est pas trop erroné. j’ai trouvé un journal qui annonce les ambitions nationales : Rester le premier producteur mondial de crevettes, améliorer la qualité des rejets en mer, favoriser une production plus propre, et arriver à une surface de bassin de  production de 750 000 ha d’ici 2025. Ce sera sûrement facile de produire plus, puisque l’élevage des crevettes semble être la poule aux œufs d’or pour les producteurs et surtout pour l’équilibre budgétaire du pays. Bizarre on ne parle pas de recyclage des déchets !!!

Maintenant, direction la montagne pour rejoindre le Laos et la voilà cette immensité verte que l’on appelle la forêt subtropicale qui recouvre absolument tout. C’est tout simplement magnifique, ici plus d’habitation donc une nature absolument propre sans déchet. Ouf ça fait du bien et en plus ça grimpe  un vrai bonheur.

un couvert végétal impressionnant.

En fond de vallée, l’élevage occupe une grande partie de l’espace. Des vaches et des buffles avec leur veaux, bien sûr en totale liberté pour une majorité d’entre eux. Nous découvrons également une autre culture : le Manioc. Une plante qui peu atteindre 5 m de haut. On utilise ses racines qui sont plutôt des gros rhizome.

C’est un féculent comme la pomme de terre, la châtaigne etc..  80 % de la production est exportée vers la Chine.

manioc

 

Nous sommes ce soir à quelques km de la frontière avec le Laos. Découvrir un autre pays est toujours un moment de bonheur, d’inquiétude pour passer la frontière, mais aussi de regrets : quitter un si beau pays avec un peuple aussi gentil à notre égard et un moment que l’on voudrait repousser. Nous reviendrons normalement au Vietnam pour passer la Noël dans le delta du Mekong.

11 réponses à Les champs du Vietnam

  1. Isabelle Paris dit :

    Coucou les Baroudeurs
    Tjs un grand plaisir que de lire vos aventures ! On a l’impression d’être avec vous 🙂 !
    De voyager avec vous !
    Figurez vous qu’en ce moment, cela me fait le plus grand bien car je suis en arrêt depuis le 20 octobre et au moins jusqu’au 24/11 car les deux premières semaines avec le retour de mes algies vasculaires de la face et depuis mercredi 30, plâtrée sans appui car je me suis facturée le 5ème métatarse ! Je suis verte de rage tout ça en étant montée sur un tabouret pour ouvrir un velux et ce dernier a ripé !!!!
    Tu disais, Cathy, comme tu allais te souvenir de tout ça, et bien justement grâce à ce blog ! Des bises et à très vite

  2. Olivier dit :

    Super de vous suivre après… vous avoir croisés quelques instants sur Hanoï, avec Jérôme et Tâm Thùy 🙂
    Je vois que nous sommes passés par certaines mêmes routes… Merci de nous « raconter » vos découvertes !
    Ca donnerait presque envie de faire la même chose que vous, un jour !!!
    Prenez soin de vous !
    Olivier

  3. Suzanne Peyron dit :

    Merci beaucoup de tous vos récits.
    C’est magique.
    Bonne route

  4. dd et martine dit :

    et pendant ce temps là dans le Champsaur il a neigé
    au sommet du drouvet 1m20
    mais avant 400mm d’eau plus de sécheresse
    bon courage pour la suite amitiés
    les chamsaurins

  5. Jean Girardet dit :

    Coucou,
    Bon, ici les températures plongent. Encore pas trop froides cette semaine (5 à 10) mais premières gelées dans Grenoble Cette nuit, et à partir de mercredi, autour de 0 degrés la journée. Beaucoup de pluies ces 10 derniers jours et neige sur les montagnes. Peut-être enfin un hiver digne de ce nom ?
    Avec vous goûté les durians ? Ces fruits interdits dans les lieux publics. Mais je pense que ce n’est pas la saison (Plutôt au printemps).
    Très content de lire votre aventure et que ça se passe toujours très bien.
    Bonne route.

  6. C’est toujours aussi agréable de vous accompagner et de tout découvrir après vous ! Merci beaucoup et j’attends la suite !!!
    Amicalement, Danièle.

  7. mathieu françois et christine dit :

    coucou les baroudeurs.
    bon encore une fois je suis au ange a chaque fois que je vous lis. merci encore car je pense que cela doit vous prendre du temps . mais il ressort de vos petits reportage une t’elle joie que l’on a vraiment l’impression d ‘y être.
    bises a vous , et continuer a être fort .

  8. Salut les baroudeurs très contents de vous lire et de regarder les photos toujours aussi intéressantes. Avec ca vous nous faites vivre votre voyage et nos mollets ne ressentent rien. Que du bonheur de vous savoir heureux dans cette aventure au terme du quel vous aurez plein de choses a nous raconter.
    Sommes en bonne santé et avec vous par ces contacts. continuez vous êtes dans le tempo courage, nous ,pensons fort a vous.

  9. THURET vincent dit :

    Merci pour ce merveilleux récit.
    Malheureusement, Moi aussi j’ai été horrifié par la pollution que l’homme inflige à notre planète lorsque j’ai été en Inde en mars dernier en Himalaya et la frontière du Népal.
    C’est tellement grave que je ne crois plus à un retour possible à une nature préservée.
    Je recommande à tous de lire en urgence le livre de Fred VARGAS, « l’humanité en péril ».
    Nous attendons avec impatience votre récit au Laos.
    Amicalement
    Vincent

  10. elise chafki dit :

    coucou vous deux ,merci merci merci de nous faites voyager a travers votre voyage.jespere que vous allez bien et que vous avez la forme.les filles sont toujours très fière de raconter a leurs maitresse que leur tonton et sa chérie sont partis faire le tour du monde a vélo. ..elles vous attendent d ailleurs a votre retour dans leurs classes pour raconter ces beaux moments.. .on pense fort à vous.elise salim et les filles 😘

  11. regine dit :

    hello, toujours en forme nos cyclo trotteur , parti depuis 6 mois avec la neige ! bin nous on est encore sous la neige !!
    on a quand même eu très chaud entre temps rassurez vous .
    bonne route bises à vous deux
    Régine

Répondre à regine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *