Les routards au quotidien après 1,5 mois et 2000 km

Bien que nous soyons  en Europe et que les modes de vie des pays traversés ne soient pas franchement différents de ceux de la France, C’est plutôt notre mode de vie qui a changé.

Notre rythme boulot, dodo, we, a laissé la place à d’autres……et etrangement,  petit à petit, des rituels s’installent.

Les 2 premières semaines, on avait la sensation de devoir se dépêcher tout le temps, de courir après notre objectif de devoir être à tel endroit…il faut dire qu’on avait programmé de voir des amis ou  des hotes du reseau « warmshowers » sur notre route. Maintenant, si on veut réserver une nuit avec warmshowers, on demande la veille ou le matin même..tant pis si c’est trop tard et qu’on a pas de réponse, on fait autrement, sinon, ça met trop de pression.

De même, au début, la tenue du blog,  les messages de réponses au  mails et WhatsApp étaient trop chronophages et mettaient trop de pression..on gère mieux maintenant.

Côte organisation : chaque chose commence à trouver sa place, même si ce qu’on cherche, c’est bien connu est toujours au fond du sac.. Enfin, ça c’est pour les mecs.. Les filles, no problèm évidemment 😉

Chacun semble aussi trouver ses marques sur qui fait quoi. Bien sûr pour communiquer en anglais, prevoir les visites, faire des résa,commencer les articles du blog ..le bla bla quoi, les courses et les repas, c’est cathy qui s’y colle mais pour l’entretien du vélo, le feu, faire cuire le repas, trouver le bivouac, consolider la tente c’est plutôt Jacques. Le reste est partagé.

Côte équipement :

Les vélos : Nous avons déjà du procéder a 2 bons nettoyages : chaine, cassette, derailleur. Après les pluies, la boue commencait à s’agglutiner.  Une crevaison également en autriche heureusement en fin de journée, ça tombait bien, on avait envie de s’arrêter . Un p’tit contrôle à permis de détecter que le câble de lumière frottait sur la roue et aurait cassé si pas vu. Les roues et chambres à air du vélo de cathy ne sont pas neufs, il faudra les changer avant d’arriver en Russie.

Nos selles prennent la forme de nos postérieurs.. euh, à moins que ce soit le contraire. C’est surprenant de voir le cuir de la selle s’adapter ainsi  et du coup, plus de douleur voire du confort, si si!  La béquille du vélo de Jacques donne des signes de fatigue et ne tient pas bien. Faut dire que son vélo est très haut et lourd, elle ne va pas tenir très longtemps, l’option j’appuie mon vélo contre un support est donc indispensable.

La tente est étanche mais un peu petite quand même surtout pour les grandes pâtes de Monsieur. les matelas autogonflants pas très épais mais  on s’y habitue. Le petit  oreiller gonflable est top !

Cathy ne regrette pas le petit siège qui s’adapte sur le matelas pour être

Sur le petit siège :toile légère qui s’adapte sur le matelas

assise lors des bivouacs.

Parfois les campings sont équipés de tables et chaises ou bancs. super pour les cyclistes. Mais pas les bivouacs, alors, une souche d’arbre satisfait Monsieur.

Aspects électroniques :

La tablette ne nous sert pas beaucoup car on se sait pas la connecter au téléphone. Dommage, car pour nos doigts de pianistes c’est pratique un clavier plus gros. Tant pis, c’est jacques qui « porte ».

Nous utilisons souvent nos téléphones, pour le blog, pour les messages et nous guider en route avec « maps me » ou « maps ». Nous arrivons toujours à les charger : soit le soir dans les campings ou hôtels ou bien, photo ci dessous, super efficace avec le réchaud à bois lors des bivouac. L’adaptation du chargeur branché sur la dynamo du velo s’avére OK également. petit bémol il faut rouler à 15km/h sinon pas de charge.

Seul pb du rechaud : avec les jours de pluie à répétition, difficile de trouver du bois sec, il a fallu se débrouiller. Maintenant on fait une petite réserve pour être autonome 1 soir.

Sinon le matin, on met le réveil du tel vers 6h30, le temps de plier la tente, de déjeuner, un rapide brossage de dent et hop !à cheval…vers 8h au début du voyage et plutôt 9 ou 9h30 après et 8h00 maintenant qu’il fait plus chaud .. »ç’est pas si pire »..

Très dure la vie

La p’tite sieste si la météo le permet.

La route

Parlons de nos déplacements au quotidien : Des pistes cyclables qui peuvent être  très droites et plates le long des cours d’eau avec un peu de monotonie. Suivre les trajets proposés par notre application « maps me », nous fait visiter des endroits complètement inattendus que seuls les vélos peuvent emprunter et encore ! Parfois, faut pousser pour franchir les arbres, ruisseaux, ou descendre et  monter des escaliers. Mais souvent des paysages magnifiques, des odeurs de fleurs, des haies, de blé en fleur et aussi la découverte de la vie dans les petits villages.

Vélos décorés selon ce que trouve le prince charmant

Et  toujours la rencontre avec des gens qui nous aident à trouver notre chemin que nous même n’avons parfois pas trop défini à l avance.

Les rencontres avec d’autre voyageurs en vélo sont inattendues et fort agréables. la dernière en date : un couple d’australiens vraiment très  sympas. Dommage que nos chemins n’étaient pas les mêmes, nous aurions bien aimé rouler avec eux. Nous avons échangé nos adresses blog.

Nous essayons de faire un mix : des grandes routes pour avancer un peu plus vite. La, c’est autre chose : Nous sommes un peu crampones à nos guidons même si les semi remorques  font très attention, enfin surtout pour madame, le déplacement d’air a tendance à nous pousser un peu dans le fossé ce que tout cyliste connaît. Depuis que nous sommes en Tchéquie, un autre constat celui là moins drôle : c’est de voir beaucoup d’animaux sauvages écrasés par les véhicules. Des hérissons, chevreuils, oiseaux et oui, des oiseaux (grives ,merles, etc..) même des oies en bordure de lac.

Côté miam miam (important ça! pour des cyclistes et Français de surcroît😃

En milieu de matinée, le ventre de Jacques gronde, il est temps de s’arrêter pour un p’tit gâteau, il essaie toutes les spécialités du pays) et un café pour Madame qui grignote un peu dans l’assiette de son voisin..chut

Un petit camping ou on pouvait déguster une sorte de fromage épicé avec des oignons, de l’huile..très bon et…la bière

Nous n’avons pas de réserve de nourriture ce qui fait qu’il faut s’arrêter plusieurs fois par jour pour faire des courses pour le moment. C’est un peu contraignant mais ça fait aussi une pause et le quotidien des habitants.

Pas toujours si simple de s’alimenter en itinérance. Nous trouvons des petites supérettes des « lidl ». Mince, moi qui refusait d’y mettre les pieds en France…,bon, faut pas faire les difficiles et pis il faut un peu d’imagination pour ne pas manger tous les jours la même chose.

Enfin, faut penser aux dimanches où tout est fermé. On s’est  laissé surprendre par l’ascension qu’on avait complètement oublié. On ne comprenait pas pourquoi tout était fermé ..

Chaque jour, il faut faire une petite lessive, car nous avons peu de vêtements. Ca sèche le soir et le lendemain sur le vélo.

Vêtements : merci Francine pour les casquettes, elles ont été très bien pour les pluies du mois de mai et le seront aussi par les grandes chaleurs qui nous attendent. Cathy a rangé ses grosses baskets au fond du sac contre les sandales…

Sans commentaire

ça respire, par contre côté bronzage, c’est plutôt rigolo

 

 

 

 

 

Voilà, somme toute, rien d’exceptionnel. Les fondamentaux : se loger, se nourrir,  se vêtir. Pas de grand confort mais, on est un peu rustiques,tout le monde le savait. On apprécie avec grand plaisir de trouver table, chaise,un bon lit, un repas chaud, l’électricité mais nous sommes bien équipés et après 1 mois tout va bien. Un peu les copines qui manquent à Madame. Heureusement il y a les p’tits messages…

Une vie qui passe au rythme que nous choisissons et ça, c’est du pur bonheur.Bien sûr, il faut quand même appuyer un peu fort sur les pédales pour avancer surtout

Au milieu de nulle part

quand notre GPS de tel avec « Maps me » nous fait passer dans la campagne ou forêt profonde. Mais quel plaisir de sortir des chemins battus et de la foule de touristes des grandes villes que nous rencontrons ça et là.

Allez Cathy, pousse plus fort !

Petit désagrément hier. Nous avions laissé notre popote et un peu de nourriture dans la cuisine du camping, comme souvent, car nous sommes peu nombreux. Oui mais ce camping là étant ouvert à tout le monde..ce matin, il manquait du matériel et un peu de bouffe..pas les fruits, notre voleur à sélectionné..La prochaine fois, nous serons plus prudents.

Bye bye ..prochain feuilleton du quotidien des routards, avant de rentrer en Asie.

6 réponses à Les routards au quotidien après 1,5 mois et 2000 km

  1. Nathalie dit :

    Bonjour,
    Je vois que tout se passe bien. Tu vas avoir une super condition physique. Quelle sera la prochaine ville ?
    Bisous

  2. Servant dit :

    Super ce long débriefing. On vous suit et on a l impression un peu d y être ! Vous avez vraiment l air d avoir trouvé « vos marques «  . Et vous avancez bien !!👣🚴🏼‍♀️. Allez à bientôt pour vos nouvelles aventures. Bisous d une copine !!!!

  3. Fromagerie moro dit :

    Bravo les jeunes !!
    Bonjour du marché la mure 😀

  4. christian dit :

    coté equipement vous n ‘êtes pas passé a coté de grand chose. si besoin de guide ou dans certains cas n’hésitez pas a demander de l aide

  5. veronneau dit :

    c est très bien continuez le plus intéressant est devant vous mais prenez votre temps la route est longue courage

  6. dd et martine dit :

    content de voir la photo du réchaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *