République Tchèque : 705 Km, 14 jours

Frontière Tchèque

Changement de décor. Après l’Autriche et l’Allemagne, le contraste est clair. A tous les niveaux.

La langue est un peu compliquée, il faut prononcer un mot avec un c un y, un z, un k… Ou qui commence par 3 ou 4 consonnes… Dur dur.

Pour la monnaie, faut diviser par 24 ..mince, faut rebrancher le cerveau. oui, on sait, le tel fait ça aussi..encore faut il l’avoir dans la main.

Nous sommes arrivés en « bohème du sud ». Avant de cibler Prague, nous avons visé des lacs au sud.. Petite station touristique fort agréable,

 

 

 

 

 

Surprenant, mais à quelques km de la frontière, énormément de voitures Autrichiennes qui envahissent les magasins free et les restaurants

Puis, on sort de la grand route, et de la station et on voit une autre Tchequie:

 

 

 

 

 

Et

 

Un peu abîmé, désertique.

Sinon,  nous  trouvons beaucoup de campings au bord de l’eau. la saison n’ayant pas encore débuté, nous sommes souvent les seuls sous tente. Du coup, nous utilisons les équipements, par exemple ici

Barbecue du restau

Le restau n’étant pas ouvert, nous avons utilisé la Table, le barbecue pour installer notre rechaud biolite. Ouf, pas besoin de se mettre à 4 pattes.

Et comme il s’est mis à pleuvoir, c’était le top

 

 

 

 

 

 

Ensuite, nous avons continué à longer des rivières pour « monter » jusqu’à Prague

 

Euh, pas que des rivières

On est vraiment aux pieds.. Impressionnant et effrayant également. Comme des champignons sortis de terre.

Et puis arrive Prague..impressionnant cette ville. Comme dirait Christine, on est vite sous le charme, il suffit d’ouvrir les yeux. Chaque bâtiment, immeuble porte des petites statuettes ou décorations très travaillées. c’est une capitale, et pourtant assez petite, le centre historique est accessible facilement. C’est vivant, chaleureux…C’est très beau, on s’y sent bien. Dommage qu’il y avait autant de monde. De véritables marées humaines.

 

 

 

L’horloge

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

By night

 

 

 

Saint Nicolas

 

 

 

 

 

 

Coucou !

Trop fatiguant de faire les touristes

 

Bon.. Prague, c’est bien joli, mais il y a vraiment beaucoup de monde. Et pis, faut bien repartir.. allez, c’est reparti, Direction plein Est.

Des champs à  perte de vue (voir rubrique des champs)

...des cerisiers aussi. Pris en flagrant délire..

 

 

 

 

Il y a des jours qu’on oublie pas. Grâce à Bernard (collègue de Cathy) nous avons passé un dimanche après midi avec Pavel, Alema et leur 2 enfants.

qui nous ont chaleureusement  accueillis et fait visiter leur ville « Olomouc » ils nous ont guidés, nous ont emmené en voiture voir une basilique et un joli point de vue sur toute la ville. Un grand merci à eux.

Classe Unesco

 

 

 

 

 

 

 

 

Et des soirs si sympa comme ces cyclistes Australiens (hello Janette!). Que nous avons rencontré  en camping. Malheureusement pas de photo.

Vers ostrava

Nous remontons vers la frontiere le long d’une riviere à la recherche d’un camping ou d’un lac. Car il fait plus de 30 degrés..et là, un magnifique camping nous attendait avec un lac et tenez vous bien l’eau doit être à 24 degrés du coup c’est décidé nous restons un jour pour nous baigner et profiter de la wifi du camping.

 

 

 

 

 

 

 

Voilà,  nous quittons le rep tchèque où Il a fait bon rouler à vélo. Des particularités :

Les routes sont bordées  d’arbre fruitiers  anciens  ou nouveaux  plantés récemment.

Dans les villages et les villes, il y a souvent une très très grande place, pietonne,  entourée de petites immeubles ou grandes maisons aux architectures travaillées, colorées, des pavés…

De bonnes saucisses et des bières,

Une ruralité bien différente de la nôtre (voir ch. Les champs de tchequie),

Prague, bien à part du reste du pays, comme toutes les capitales, direz-vous

Des gens tres gentils, de belles rencontres. comme ce policier qui, voyant Jacques dormir dans la forêt le réveille, pensant qu’il avait besoin d’un « docktor ». Et souvent des personnes qui veulent nous aider à trouver notre route ou nous parler. mais nous pas parler tchèque et eux souvent pas l’anglais .Alors ça fini en rigolade.

Nous y avons passé 14 jours très très agréables. Nous avons eu assez chaud 32 degrés mi juin, c’est pas mal. K

Climat continental, il y fait très froid en hiver paraît-il.

Miam les glaces

 

 

 

C’est un pays qui bouge, qui travaille,il y a des travaux partout . On peut voir de partout le logo de financement de l’Europe. On nous dit qu’il n’y a quasi pas de chômage. Ils ont besoin de main d’oeuvre étrangère dans beaucoup de domaines.  Faut juste parler cette langue difficile.

Sbohem à brzy se uvidime..

10 commentaires

Les routards au quotidien après 1,5 mois et 2000 km

Bien que nous soyons  en Europe et que les modes de vie des pays traversés ne soient pas franchement différents de ceux de la France, C’est plutôt notre mode de vie qui a changé.

Notre rythme boulot, dodo, we, a laissé la place à d’autres……et etrangement,  petit à petit, des rituels s’installent.

Les 2 premières semaines, on avait la sensation de devoir se dépêcher tout le temps, de courir après notre objectif de devoir être à tel endroit…il faut dire qu’on avait programmé de voir des amis ou  des hotes du reseau « warmshowers » sur notre route. Maintenant, si on veut réserver une nuit avec warmshowers, on demande la veille ou le matin même..tant pis si c’est trop tard et qu’on a pas de réponse, on fait autrement, sinon, ça met trop de pression.

De même, au début, la tenue du blog,  les messages de réponses au  mails et WhatsApp étaient trop chronophages et mettaient trop de pression..on gère mieux maintenant.

Côte organisation : chaque chose commence à trouver sa place, même si ce qu’on cherche, c’est bien connu est toujours au fond du sac.. Enfin, ça c’est pour les mecs.. Les filles, no problèm évidemment 😉

Chacun semble aussi trouver ses marques sur qui fait quoi. Bien sûr pour communiquer en anglais, prevoir les visites, faire des résa,commencer les articles du blog ..le bla bla quoi, les courses et les repas, c’est cathy qui s’y colle mais pour l’entretien du vélo, le feu, faire cuire le repas, trouver le bivouac, consolider la tente c’est plutôt Jacques. Le reste est partagé.

Côte équipement :

Les vélos : Nous avons déjà du procéder a 2 bons nettoyages : chaine, cassette, derailleur. Après les pluies, la boue commencait à s’agglutiner.  Une crevaison également en autriche heureusement en fin de journée, ça tombait bien, on avait envie de s’arrêter . Un p’tit contrôle à permis de détecter que le câble de lumière frottait sur la roue et aurait cassé si pas vu. Les roues et chambres à air du vélo de cathy ne sont pas neufs, il faudra les changer avant d’arriver en Russie.

Nos selles prennent la forme de nos postérieurs.. euh, à moins que ce soit le contraire. C’est surprenant de voir le cuir de la selle s’adapter ainsi  et du coup, plus de douleur voire du confort, si si!  La béquille du vélo de Jacques donne des signes de fatigue et ne tient pas bien. Faut dire que son vélo est très haut et lourd, elle ne va pas tenir très longtemps, l’option j’appuie mon vélo contre un support est donc indispensable.

La tente est étanche mais un peu petite quand même surtout pour les grandes pâtes de Monsieur. les matelas autogonflants pas très épais mais  on s’y habitue. Le petit  oreiller gonflable est top !

Cathy ne regrette pas le petit siège qui s’adapte sur le matelas pour être

Sur le petit siège :toile légère qui s’adapte sur le matelas

assise lors des bivouacs.

Parfois les campings sont équipés de tables et chaises ou bancs. super pour les cyclistes. Mais pas les bivouacs, alors, une souche d’arbre satisfait Monsieur.

Aspects électroniques :

La tablette ne nous sert pas beaucoup car on se sait pas la connecter au téléphone. Dommage, car pour nos doigts de pianistes c’est pratique un clavier plus gros. Tant pis, c’est jacques qui « porte ».

Nous utilisons souvent nos téléphones, pour le blog, pour les messages et nous guider en route avec « maps me » ou « maps ». Nous arrivons toujours à les charger : soit le soir dans les campings ou hôtels ou bien, photo ci dessous, super efficace avec le réchaud à bois lors des bivouac. L’adaptation du chargeur branché sur la dynamo du velo s’avére OK également. petit bémol il faut rouler à 15km/h sinon pas de charge.

Seul pb du rechaud : avec les jours de pluie à répétition, difficile de trouver du bois sec, il a fallu se débrouiller. Maintenant on fait une petite réserve pour être autonome 1 soir.

Sinon le matin, on met le réveil du tel vers 6h30, le temps de plier la tente, de déjeuner, un rapide brossage de dent et hop !à cheval…vers 8h au début du voyage et plutôt 9 ou 9h30 après et 8h00 maintenant qu’il fait plus chaud .. »ç’est pas si pire »..

Très dure la vie

La p’tite sieste si la météo le permet.

La route

Parlons de nos déplacements au quotidien : Des pistes cyclables qui peuvent être  très droites et plates le long des cours d’eau avec un peu de monotonie. Suivre les trajets proposés par notre application « maps me », nous fait visiter des endroits complètement inattendus que seuls les vélos peuvent emprunter et encore ! Parfois, faut pousser pour franchir les arbres, ruisseaux, ou descendre et  monter des escaliers. Mais souvent des paysages magnifiques, des odeurs de fleurs, des haies, de blé en fleur et aussi la découverte de la vie dans les petits villages.

Vélos décorés selon ce que trouve le prince charmant

Et  toujours la rencontre avec des gens qui nous aident à trouver notre chemin que nous même n’avons parfois pas trop défini à l avance.

Les rencontres avec d’autre voyageurs en vélo sont inattendues et fort agréables. la dernière en date : un couple d’australiens vraiment très  sympas. Dommage que nos chemins n’étaient pas les mêmes, nous aurions bien aimé rouler avec eux. Nous avons échangé nos adresses blog.

Nous essayons de faire un mix : des grandes routes pour avancer un peu plus vite. La, c’est autre chose : Nous sommes un peu crampones à nos guidons même si les semi remorques  font très attention, enfin surtout pour madame, le déplacement d’air a tendance à nous pousser un peu dans le fossé ce que tout cyliste connaît. Depuis que nous sommes en Tchéquie, un autre constat celui là moins drôle : c’est de voir beaucoup d’animaux sauvages écrasés par les véhicules. Des hérissons, chevreuils, oiseaux et oui, des oiseaux (grives ,merles, etc..) même des oies en bordure de lac.

Côté miam miam (important ça! pour des cyclistes et Français de surcroît😃

En milieu de matinée, le ventre de Jacques gronde, il est temps de s’arrêter pour un p’tit gâteau, il essaie toutes les spécialités du pays) et un café pour Madame qui grignote un peu dans l’assiette de son voisin..chut

Un petit camping ou on pouvait déguster une sorte de fromage épicé avec des oignons, de l’huile..très bon et…la bière

Nous n’avons pas de réserve de nourriture ce qui fait qu’il faut s’arrêter plusieurs fois par jour pour faire des courses pour le moment. C’est un peu contraignant mais ça fait aussi une pause et le quotidien des habitants.

Pas toujours si simple de s’alimenter en itinérance. Nous trouvons des petites supérettes des « lidl ». Mince, moi qui refusait d’y mettre les pieds en France…,bon, faut pas faire les difficiles et pis il faut un peu d’imagination pour ne pas manger tous les jours la même chose.

Enfin, faut penser aux dimanches où tout est fermé. On s’est  laissé surprendre par l’ascension qu’on avait complètement oublié. On ne comprenait pas pourquoi tout était fermé ..

Chaque jour, il faut faire une petite lessive, car nous avons peu de vêtements. Ca sèche le soir et le lendemain sur le vélo.

Vêtements : merci Francine pour les casquettes, elles ont été très bien pour les pluies du mois de mai et le seront aussi par les grandes chaleurs qui nous attendent. Cathy a rangé ses grosses baskets au fond du sac contre les sandales…

Sans commentaire

ça respire, par contre côté bronzage, c’est plutôt rigolo

 

 

 

 

 

Voilà, somme toute, rien d’exceptionnel. Les fondamentaux : se loger, se nourrir,  se vêtir. Pas de grand confort mais, on est un peu rustiques,tout le monde le savait. On apprécie avec grand plaisir de trouver table, chaise,un bon lit, un repas chaud, l’électricité mais nous sommes bien équipés et après 1 mois tout va bien. Un peu les copines qui manquent à Madame. Heureusement il y a les p’tits messages…

Une vie qui passe au rythme que nous choisissons et ça, c’est du pur bonheur.Bien sûr, il faut quand même appuyer un peu fort sur les pédales pour avancer surtout

Au milieu de nulle part

quand notre GPS de tel avec « Maps me » nous fait passer dans la campagne ou forêt profonde. Mais quel plaisir de sortir des chemins battus et de la foule de touristes des grandes villes que nous rencontrons ça et là.

Allez Cathy, pousse plus fort !

Petit désagrément hier. Nous avions laissé notre popote et un peu de nourriture dans la cuisine du camping, comme souvent, car nous sommes peu nombreux. Oui mais ce camping là étant ouvert à tout le monde..ce matin, il manquait du matériel et un peu de bouffe..pas les fruits, notre voleur à sélectionné..La prochaine fois, nous serons plus prudents.

Bye bye ..prochain feuilleton du quotidien des routards, avant de rentrer en Asie.

6 commentaires

Sejour en Autriche (4j) 253 km

Visite éclair en Autriche. Nous avons suivi le canal de l’INN pour rejoindre le Danube jusqu’à Linz, puis remontee par la haute Autriche (euh, ça porte bien son nom, parole de cycliste)

 

Architecture bien typée et de la couleur, n’est-ce pas ?

Nous cheminons tranquillement le long de l’eau. Les chemins sont souvent en terre/gravier, mais c’est plat, il n’y a pas de vent, facile quoi.

Passau (Allemagne)

 

 

 

 

 

 

Nous passons régulièrement D’un côté à l autre de l’INN soit en Autriche, soit en  allemagne.

Puis le Danube, un peu tourmenté, l’eau n’est pas très claire. ça déborde sur les bords.

Mince, 1ere crevaison pour cathy

 

 

Squence réparation suite crevaison.. Heureureusement en fin de journée. Allez, Jacques, au boulot ! Il faut dire que cathy est un peu étourdie et ne fait pas trop attention où elle roule. Enfin, elle est toujours vivante malgré les nombreux automobilistes qui la klaxone. Toujours au milieu la fille !

Pff, même pas vrai, C’est pas pour ça qu’ils klaxonnent !

Pause bronzage au bord du Danube. Trop dure la vie..

 

 

 

 

 

 

 

En haute Autriche

Voilà juste quelques photos pour illustrer un court séjour dans un pays où tout est super clean, super entretenu, super vert… Mais comment parler d’un pays quand on y reste 4 jours, on se tromperait forcément. 

Petite rubrique

santé de maître Jacques :

POLYPODE.. Miam !

 

 

 

 

 

 

 

 

On arrache la plante avec ses rhyzomes qu’il faut nettoyer de la terre et de la mousse, puis on le mache par petit bout ou on le garde au coin des levres. Ça donne un Petit goût de réglisse rafraîchissante très agréable.

On retrouve cette plante bien sur chez nous dans les endroits ombragés un peu humides, sur les rochers en général, dans les bois. Plein de vertues pour notre santé.

Ca fait environ 1400 km que l’on roule, on avance bien. Tout va bien. Les routines commencent à s’installer, les affaires trouvent leur place, les rythmes ralentissent.

Nous passerons beaucoup plus de temps en République Tchèque (15 jours) et là, il y aura plus de changements : la langue, la monnaie, le niveau de vie… À suivre et donc à bientôt (environ 15 jours)

11 commentaires

Gruss Gott de Bavière (Allemagne) : 445 km, 8 jours

8 jours en Allemagne.. Plus précisément en Bavière. Hyper confortable à faire en vélo avec toutes les pistes ou voies réservées pour les cyclistes. Les quelques souvenirs des lointains cours d’allemand ont été forts utiles surtout dans les p’tits villages.

Nous sommes arrivés par le lac de Konstanz, direction est vers l’Autriche

Belle déco de maison

Et visez donc celle là !

 

 

 

 

Traversée lac de Konstanz

 

 

 

 

 

 

Meersburg

 

Allez, Bye bye le lac et ses touristes et les seniors qui s’y promenent… Euh, pas nous évidemment.. Pff

Rattrappés par la pluie en fin de journée

Notre tente est à l’abri

, nous avons demandé à poser notre tente chez des particuliers, on nous propose devant le garage. Puis, notre hôte revient, nous propose de mettre nos affaires à l’abri (photo ci contre) et de venir manger un morceau avec eux.. Ce que nous acceptons, Bien sûr et nous dormons au chaud ce soir. .ouf

Schnaps bière et vin blanc..notre hôte à un peu abusé, il ne s’est pas levé le lendemain.. Il se rappellera des 2 français.

Les 2 jours qui suivent seront sous la pluie non stop. Avec la casquette et les vêtements de pluie, on a un peu la tête dans le guidon. Dommage, les paysages sont beaux. Le seul défi de la journée consiste à éviter les escargots, limaces et vers de terre… Vous voyez l’genre.

Et pour dormir, ce sera hôtel.. Tant pis pour le budget.

Et Pause dej en abri-bus

 

 

 

 

 

 

 

Fanfare Bavaroise dans un petit village

Landsberg : une des portes du chateau

Landsberg : ca va déborder !!

Landsberg : lmpressionnant le niveau de l’eau!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lac d’Ammersee.

Pas de pluie aujourd’hui. On en profite
pour faire une pause déjeuner, et quelques étirements..très bien le tronc pour les dorsales un peu plus dur qu un bolster mais super efficace à condition d’enlever le casque bien sûr!!

2 jours à Munchen : Merci à Jérôme de nous avoir accueilli et de nous avoir conseillé sur ce qu’il y a à voir.. C’est une ville vraiment très agréable.

Marienplatz vue de l’église St Pierre

 

 

 

On y trouve énormément de petits kiosque de fruits et légumes avec en ce moment : des asperges (les allemands adorent apparemment) , des fraises.. Et autres fruits.. Mais qui viennent d’Espagne, bof)

Existe aussi dans le centre, un marché permanent de fruits légumes, des cafés & restaurants , mais aussi des boucheries les unes à côté des autres, on peut y manger sur des petites tables hautes, debout. Ou sinon, on achète ce qu’on veut, on amène son pique nique, on prend une bière et on s’assoit sur bancs et chaises à disposition.. Très convivial et familial.

Plus étonnant, on y surf ! en pleine ville. Une dizaine de surfeurs traversent l’isaar en essayant de faire des figures. Très connu, un vrai spectacle.

 

 

Sur l’Isar

 

On y cherche l’équilibre

Et comme partout en Allemagne, on déguste des gâteaux..

Oh le gourmand !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Allez, il est temps de partir, Bye bye Jérôme

 

 

 

 

 

 

 

Nous empruntons une route très sympa, la  » panoramique weg Isaar-Inn » qui relie les 2 rivières des noms cités.. Très beau

et partout des p’tites chapelles, même dans les bois nous sommes bien protégé.

Wasserburg.. Sur l’inn

 

 

 

 

 

 

Et un bivouac, ça nous manquait

Petite toilette de chat

 

 

 

 

 

 

 

Totem…??

On voit ça de partout.. Si qs’un sait à quoi ça sert… Nath, Andreas, Jérôme ?

 

 

 

 

Ce que nous percevons du pays sur ces quelques jours, et en Bavière. 

– Respect, propreté et discipline

– on se déplace beaucoup à vélo
– Bien sur, le pays de la bière, la charcuterie, des saucisses (Wurst), des gateaux (Jacques se régale …petite pensée aux copains gourmands qui se reconnaitront)
– La nourriture est moins chère qu’en France, l’essence aussi.

– Des habitants toujours prêts à nous aider à trouver notre route
– De nombreuses pistes cyclables dans tout le pays à côté de routes remarquablement entretenues
– la Bavière est rurale, magnifique en cette saison. Les paysages très verts et fleuris, ses petits villages aux couleurs vives, des clochers des maisons décorées et très entretenues. Pas toujours des barrières ou clôtures.. Auraient-ils moins de chiens qu’en france.

 

 

 

13 commentaires

Suisse : 9 jours (490 km)

Un grand classique : l’horloge de Genève

Toujours à Genève

Pour l’instant, il pleut…

Puis une Journee de repos à cote de Lauzanne. Grâce à Suzanne et Philippe nos amis campingcariste. Quel accueil. Et ca fait du bien apres cette journee de pluie d’hier.

Notre guide Suzanne nous montre ce site magnifique classé au patrimoine de l Unesco… cf photo du dessous bien sûr !

Lavaux patrimoine unesco

Ca fait des années que je voulais voir ce musée : souvenir des jeux de 92 à Albertville. Si seulement ces valeurs pouvaient prévaloir sur le modèle financier des jeux d’aujourd’hui,
Bref…
On  peut même retrouver la mascotte « shuss » des jeux olympique de grenoble.

Lauzanne

 

 

Il parait que Lauzanne est la ville ou les filles ont les plus belles gambettes, tellement tout n’est que montee et descente…

 

 

Au revoir Suzanne et Philippe

 

 

Allez, séquence émotion

 

 

 

 

et maintenant, c est Micheline et Luc qui nous accueillent au bord du lac de Neuchâtel.. C’est pas beau l’accueil suisse ?

Découpe oeuf ..malin, non ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Bern

 

Rapide passage a Bern…

tres belle la vieille ville, …mais nous avons de la route à faire

Vieille ville

 

 

 

 

 

 

 

 

Le long de l’Aar

Ca monte ! allez pousse Cath

Séance Yoga..étirement des dorsales et crac! en voilà 2, de nouveau en place

 

Toute la journée et celle qui suivra, nous suivons cette rivière sur des chemins et pistes de vélo..

Les dessous d’une autoroute, pour une pause

Bivouac en forêt

 

Apres 3 jours de route et 3 nuits en camping sauvage en compagnie des chevreuils.

Nous n’attendons qu’une chose une douche chaude et un bon lit.

C’est ce que nous trouvons ä Zurich chez Harald et Beatrice qui nous accueillent très gentiment et nous proposent en plus de rester le lendemain. Merci infinment à eux pour leur accueil et d’avoir répondu à notre appel sur le fameux réseau « warmshower ». Nous passons notre journee a la lessive un petit entretien de nos vélos et une ballade dans la ville et au bord du lac.

Harald et Béatrice de Zurich…..

 

 

 

 

 

 

 

 

Après 2 bonnes nuits, nous repartons frais et dispo vers konstanz en Allemagne.

Bon, on a pas vraiment tenu l’itinéraire prévu.. Normal. Nous nous sommes laissés guidés par les conseils de nos amis et nous avons bien fait. Nous avons fait une très belle traversée.

Quelques mots sur ce pays :
Très beau pays.Des paysages verts et magnifiques : (ça veut dire aussi qu’il pleut içi) mais à cette période de l’année, c’est quand même un peu exceptionnel, disent-ils.

Des forêts bien entretenues.. (on a testé en bivouac) 

Des fontaines, des routes pour les vélos.. pas toujours goudronnées mais tranquiles, et notamment la 5 qui traverse le pays et la 8 qui longe la rivière de l’Aar, soit une grande partie du pays
Pas un papier par terre, c’est super clean partout
On traverse sur les passages pour piéton et gare à celui qui ne respecte pas (Hum, en bon Français, nous nous faisons remonter les bretelles plusieurs fois…oups
Quel respect et  confiance. Dans les campagnes, sur les chemins,  on peut laisser de l’argent pour acheter des oeufs, du jus de pommes etc..qui sont en libre service .(voir photos dans l’art. « les champs de suisse »).. incroyable
A l’ouest, très souriants : « légers » disent les Suisses allemands

par contre, c’est vraiment cher 

Et dans la série  « Tamalou », on note
– des p’tites douleurs aux cervicales,
– les fesses se rafermissent mais parfois quand on remonte sur la selle apres un arrêt, je vous dis pas la grimace

10 commentaires

4 jours en France (213 km)

Si la météo n’a pas vraiment été au rdv, ces 4 jours ont été très agréables.

 

Petite photo du départ chez Monique et André..et cette fois on part tous les 2.

Monique nous donne du muguet pour nous porter bonheur..très touchant. C’est ça le savoir vivre à la française ..

 

 

 

Et voila ce que ça donne après 40 km

Un joli vent de face pour cette première journée en quittant Grenoble.
Heureusement, le soleil était là.

Nous arrivons au Bourget du lac, chez Isa et Nico..un peu tard .. itinéraire du jour un peu trop ambitieux pour notre début de voyage. Délicieuse soirée même si un peu courte avec la copine.

 

Puis le lac..très beau le matin de bonne heure.

Nous devions aller jusqu’à st julien en genevois. Mais notre itinéraire était trop long: nous étions déjà fatigués et il restait 30 km et de belles montées.
On capitule et on s arrête à Frangy (74) dans un camping plutôt….rustique,  

mais c’est pas grave. On s’endormira comme des bébés. Et là surprise : les hôtes (réseau warmshower) qui nous attendaient hier soir nous proposent de venir le lendemain matin et de rester chez eux car la météo s’annonce capricieuse.
Elle est pas belle l’hospitalité à la française pour les cyclistes ?

Regardez bien cet abribus. A priori normal, non ?  et pourtant à l’intérieur se trouvent des bouteilles de bières et un tire-bouchon..rigolos ces hauts-savoyards, non ?<

Arrivée à St Julien vers 11h30, chez Philippe et Myriam (merci à tous les deux). Superbe accueil. Il pleut trop, on accepte leur invitation et on se ressource avant de partir en direction de la Suisse

Et voilà 4 jours et France, de très belles rencontres et 213 km au compteur

 

 

15 commentaires

J-zéro – c’est parti !

Quelle surprise  en se levant ce matin : il neige !!!
Alors ça, c’était pas tout à fait prévu au programme. Bon, si c’est un test pour notre motivation.. même pas peur, on y va quand même.
On fouille au fond du sac : écharpe, gants, bonnet, doudoune coupe vent, pantalon par dessus le cycliste, pantalon de pluie…

Allez, on sort les vélos de la maison

 

 

 

10h12 : on est prêt,  Petite photo de départ Une dizaine de vélos en tout.

Et tout le monde était au rendez-vous. Famille et Amis ! De gauche à droite : Même les petits enfants n’hésitent pas à braver le froid pour nous accompagner en ce début de journée pour notre premier tour. Bravo à Lilou, Mélys, Maël et même Elio sur le tandem de ses parents. Nous partons tous ensemble direction Col des Accarias, puis le col de Cornillon.

Après une belle descente, nous arrivons sur le pont de Brion

 

Hum, bon, sur ce dernier col on a un peu triché avec les sacoches..merci les camions suiveurs qui nous les ont amenées

 

 

 

 

Petite pause chez Frédéric ( Merci Fred) pour nous avoir inviter le midi pour notre pique-nique :  on était tous un peu frigorifiés. Nous continuons ensuite la route à 3 avec André qui nous accompagne jusqu’à Varces ou nous attend Monique. Et voilà, fin de notre première journée de vélo.

Merci à Monique et André de nous accueillir ce premier soir

Repos bien mérité…
On est morts, on a lutté contre le vent du nord glacé..même  en descente, il fallait pédaler.

10 commentaires

J – 1 : La fête avant le départ : que du bonheur

Mais enfin JD, elles te plaisent pas nos bouteilles d’eau ?

Certains sont venus de très loin..Madrid, Poitiers, Paris, Montpellier, Lyon, la matheysine…ça fait chaud au coeur.

Nouveau tee-shirt, écharpe, casquette…nous voilà habillés  pour partir..merci les amis

Rigolerons moins demain ces 2 là….              petite démo du réchaud biolite

Quelle belle journée malgré  le froid.

Que d’émotions, que de jolis messages reçus  !

Un commentaire

J – 2 : Derniers préparatifs avant de faire chauffer les pneus !

Allez, allez , On les monte les cartons.. Il faut laisser la place pour Béranger (fils de Jacques) qui va occuper la maison pendant notre absence.

 

 

 

 

 

Derniers réglages numériques :
pour être bien connectés, pour  stocker les photos, mettre à jour le blog …On verra si si la leçon a été bien assimilée !

Merci Amine
Merci Véro

 

Et enfin.. les vélos :

 

Mais que fait-il donc ???
Fils de fer ?
Lacets de chaussures ?

Et bien non, il installe les rayons de rechange
dans la tige de selle.
Astucieux, non ?

 

 

 

 

Les sacoches sont chargées.
Aïe, aïe, aïe…

22 kg de bagages pour Jacques
– 20 kg de bagages pour Cathy

Les premiers cols vont être difficiles !

 

Et un très très grand Merci à tous ceux qui sont venus nous aider à préparer notre petite fête de départ de J-1 : Véronique, Lætitia et Guillaume,  Jocelyne et Hugues et , Florence et Alain , Béranger, Monique et André…

Nous faisons de la place pour faire la fête avant le départ

 

 

9 commentaires

J – 30

Eh eh eh ….. nous voici dans la dernière ligne droite.

Fin du boulot pour Cathy  ..Ouf, débrancher le cerveau professionnel et se mettre en mode vacances ‘enfin presque, faut préparer le départ quand même et faire les dernières mises au point du blog.

 

Le compte à rebours défile de plus en plus vite.

Après avoir rempli les dernières formalités pour nos visas, nous croisons les doigts pour retrouver nos passeports quelque part  en Estonie dans l’été avec les visas validés pour rentrer en Russie, Mongolie et Chine.

Côté équipement, quelques achats complémentaires :

  • un récipient de 10 l pliable pour faire la lessive etc..,
  • un « poët-poët » pour le vélo de Madame histoire de rigoler ou alerter en cas de danger.
  • Une paire de lunette de soleil de vue de marque Cébé, pour Monsieur afin de pouvoir lire les cartes sans sortir les lunettes de vues (ben oui, c’est ça les séniors). Lunettes achetée Chez  les opticiens Atol  Espace Comboire à Echirolles où l’accueil, les conseils sont excellents et les prix très corrects, une adresse à retenir (on leur doit bien cette séquence pub).
  • Changement des plateaux des vélos : après quelques recherches sur des blogs de voyageurs et conscients de nos limites, il s’avère qu’un plateau 22 30 40.serait plus adapté aux longs trajets et forts dénivelés qui nous attendent. Allez, un 2ème tour à l’atelier de Christian G. pour une petite leçon de mécanique (Merci Christian)

 

Col de St Sébastien

 

L’arrivée du printemps et du soleil réveille dame nature et l’envie de faire quelques km et dénivelés en vélo de course dans notre Trièves aux sommets encore enneigés.

 

 

 

Semis de luzerne

 

C’est également la période propice pour faire un petit tour de manège dans les champs afin d’implanter les cultures d’été.

 

 

 

Et bien sûr c’est aussi le moment de faire notre cure bienfaitrice de sève de bouleau recueillie pas très loin de la ferme, histoire d’éliminer les toxines d’hiver accumulées dans le corps, mais aussi faire le plein de minéraux avant le départ. Bref, un vrai moment de plaisir pour l’organisme.

A ce jour, vous êtes 90 abonnés au blog à souhaiter avoir des nouvelles régulièrement via nos newsletters. Nous ferons le maximum pour vous faire  plaisir en partageant notre voyage.

Plusieurs d’entre vous ont exprimés l’envie de venir nous rejoindre dans un pays lointain pour passer quelques jours  avec nous. Nous en sommes ravis, retrouver famille ou amis nous fera surement du bien. Nous calerons tout ceci après notre départ.

Nous vivons cette dernière ligne droite avec bonheur, un peu d’émotion, des doutes, des questionnements.

Nous allons vivre une grande aventure et languissons  le moment de partage entre amis du 4 Mai, avant le départ fixé le lendemain 5 Mai 2019 à 10h 12 !!! de la ferme.

8 commentaires