Chine (1) 30 jours, 1 180 Km

1,4 milliards de chinois, et nous, et nous, et nous..🎶.. Une incroyable fourmilière… Dans un très beau pays. Nous y sommes rentrés par le nord (la Mongolie intérieure) puis cap sur Datong en bus, Pékin à vélo , train jusqu’à Guilin et vélo direction est-sud-pest jusqu’au Vietnam.

Une fois débarqués de la voiture qui nous a permis de passer la frontière,

Au loin, l’arc en ciel du poste frontière

Nous commençons à en avoir l’habitude maintenant, c’est une superbe 2×2 voies avec piste cyclable qui nous accueille… Le contraste est saisissant :

Parterres de fleurs…aah

des arbres, des fleurs dans la ville d’Erenhot .. Euh pourtant nous sommes encore dans la partie désertique, en « Mongolie intérieure chinoise »! à seulement 5km des voisins mongols, et de l’autre côté, y’a rien… on sent qu’il y a plus de moyens ici !

Éventail géant

des statues et objets d’arts disséminés un peu partout, des hotels, des magasins partout,

Des magasins, des scooters électriques, ça brasse

Ca bosse partout ici : le commerce, l’entretien et le nettoyage des rues, (à ce niveau, on déchantera quand on sortira des villes). Il y a tout plein de vélos électriques avec de toutes petites roues, des scooters électriques de toutes les couleurs, des triporteurs, ça bouge. 

Mini voiture électrique

des groupes d’hommes qui jouent aux cartes dans les rues😄, c’est terriblement vivant. 

Un gros bémol : ils n’arrêtent pas de racler la gorge et de cracher par terre😕et le bruit des klaxons..

Nous achetons notre carte Sim locale « China mobile » mais le hic est que notre moteur de recherche Google ne fonctionne pas en chine…mince, on n’y a pas pensé avant, il aurait fallu installer des VPN (ne me demandez pas ce que c’est mais cela permet de contourner les filtres Chinois). Du coup, impossible de faire nos recherches d’hôtels, sites à visiter, infos transport… WhatsApp sans photo, maps-me (parce que les cartes ont été téléchargées avant) et les mails fonctionnent. L’accès au blog est très lent… 😢. J’ai du embeter Véro, juang (dit Monsieur Fleuve, notre contact en chine – merci Micheline de Suisse) et plusieurs agences de téléphonie chinoises pour trouver une solution. On nous a installé « Baidu », moteur de recherche Chinois, mais c’est écrit en Chinois.,🤔😟💣 faut utiliser le traducteur à chaque info trouvėe…ingérable. Bien plus tard un touriste allemand rencontré nous montre « Bing.com » et ça fonctionne à peu près 😀bien que limité.

 

Bon, tant pis, tout cela nous ouvre l’appétit 🥢, trouvé le p’tit restau, il y en a partout. Nous nous jetons sur une nourriture variée, goûteuse, avec plein de légumes… mais épicée 😛

Pas facile de manger avec les baguettes, pas vrai Jacques ?

.. Oups, on aurait peut-être pas du manger du poisson pimenté quand même… La nuit fut rythmée par des alle-retour aux toilettes.. Aïe, ouille. 😨

Jacques malade, du coup, nous reportons notre départ en bus d’une journée.

Le lendemain, nous voulons changer notre argent mongol restant. Deux banques, dont la banque de Chine, n’ont pas pu nous changer nos turiks. On nous oriente vers un lieu spécifique et, en demandant notre route, on nous amène dans une petite camionnette bien étrange et nous repartons avec des Yuans.. Pas tout compris, là… En fait, il y a tout un quartier où les Mongols viennent faire du shopping et remplir leurs voitures avant de repartir en Mongolie.. et voilà aussi pourquoi nous avons fait 2h de queue à la frontière.. Tout s’explique 😁.

L’argent, ce n’est pas simple en Chine. Quasiment aucun établissement n’accepte les cartes de crédit étrangères et beaucoup de banques ne permettent pas non plus de retirer de l’argent avec nos cartes et parfois, avec un plafond bas…certains touristes rencontrés plus tard nous disent avoir 4 cartes différentes pour y arriver.

Bon maintenant, l’idée c’est de faire 400 km vers le sud en évitant de refaire à vélo toute la partie désertique identique à celle que l’on a traversée en Mongolie et de rentrer un peu dans l’intérieur de la Chine. Nous allons à Datong où se trouvent de superbes grottes et temples et ensuite nous remonterons sur nos montures direction Pékin.

Notre malade allant mieux, on peut partir. C’est parti pour 7h de bus « Erenhot Datong » : sportive la conduite. Notre chauffeur use davantage son klaxon 🔊que ses freins ! parfois, ça passe de justesse😥. Mais que se passe t il, nous sommes contrôlés 4 fois pendant le trajet. Pour tout le monde, présentation d’une pièce d’identité et nous avons même le privilège de descendre du bus une fois, pour faire un scan de nos passeports et répondre à 2 questions : où allons-nous et pourquoi faire… Aux postes de péage, on remarque que la police contrôle tous les véhicules, les coffres… La police est omni-présente, en Chine.

Le voyage en bus est intéressant, d’abord le désert, puis plus montagneux, plus vert, (voir §des champs de Chine), des éoliennes, des villages. Étranges ces petits villages, tout est bien carré, bien aligné, les maisons toutes identiques. Dommage, le chauffeur fume, d’ailleurs on verra des gens fumer dans les restaurants, les chambres d’hôtel, les trains. On fume partout en Chine et surtout les hommes. Autre comportement étrange, beaucoup de gens téléphonent dans le bus, parlent super fort, écoutent la musique et tout le monde « en profite » . Nous arrivons à l’heure annoncée, 16h..Pas mal ! 7h pour faire 450 km, par contre il nous faudra 3h pour trouver un hôtel.. Il y a ceux qui ne sont pas pour les touristes étrangers, ceux qui sont complets, les trop chers et ceux qui disent non, on ne sait pas pourquoi… Heureusement, on rencontre Yang

À l’hôtel après 3h de recherche

Qui va nous aider à nous y retrouver dans cette grande ville.

 

 

c’est parti pour la visite des grottes de yungang classées  Unesco, 5ème siècle,  à 16km a l’ouest de datung.

 

Nous y sommes allés en bus pour seulement 70 cts à deux, la gare routière étant en face de notre hôtel.

Un vrai havre de paix, tous ces arbres pourtant sur une zone très aride, musique douce sur tout le site, 45 grottes principales, 209 subsidiaires, et près de 51000 statues de pierre. Sculptėes en 460 (apres JC) puis agrandies et améliorées pendant plus de 1300 ans sur une 10aine de dynasties.. Fierté  chinoise pour « ses  ouvriers habiles et talentueux avec burin et marteau comme seuls outils » (merci Juang, pour ces informations. Juang, habite pres de Shanghaï mais il  nous aide à distance pour toutes les questions que nous nous posons en chine, dans un Francais impeccable .. bravo et bravo à son ancienne professeur Micheline👏 !)     

La gare by night, on la trouvait jolie..

Le soir nous assistons à une drôle de scène, sur un grand trottoir, près d’un centre commercial, des groupes de personnes dansent sur des musiques variées : c’est décomplexé, inattendu, bon enfant. Et ça, on le verra dans toutes les villes sur notre parcours, avec un petit poste, 2 enceintes, ça danse sur des chorégraphies guidées par une personne. Essentiellement des femmes. J’irai bien les rejoindre, mais je n’ose pas.. 

Danse danse danse

.

Nous visiteront également : le mur des 9 dragons

Ses 8m de haut, 2 de large, 45,5 de long construit au 14ème siècle sous la dynastie des Ming ; le temple de Shanhua

Temple de huayan

de Huayan, le mur de fortification

Mur d’enceintes vieille ville

qui entourre la vieille ville.

Étonnant de voir ces monuments et jardins au pied de ces buildings. Ils sont très bien entretenus.

Vue du mur…

Et, tout autour, plus ou moins loin, des buildings, tous très hauts et vides,  beaucoup d’autres en constructions..ça nous le verrons partout. Les chinois bâtissent beaucoup mais les bâtiments sont souvent inoccupés… Alors pourquoi faire ?

Nos estomacs et intestins vont mieux : depuis 2 jours, nous précisons « sans piment » dans les p’tits restau. 3 nuits dans un bon hotel, et voilà, nous sommes reposés prêts à remonter sur nos p’tits bolides qui s’ennuient dans un garage entourés de p’tites motos et scooters électriques.

Aah, tout va mieux. circuler à vélo en Chine est facile mais il y a beaucoup de doubles voies, triples voies où circulent de nombreux camions, qui klaxonnent tout le temps, c’est poussiéreux et fatiguant. Heureusement, Notre « maps-me » nous propose des petites routes…

« petite » route en beton

 

Parfait, après quelques km de route très très droite en béton , nous entrons dans la Chine rurale agricole. Du maïs, des serres de légumes, que dis-je, des milliers de serres (cf rubrique les champs de Chine) . C’est simple, tout est gigantesque ici,  à l’échelle du pays.. Euh, sauf les chinois, qui sont plutôt petits 😁

Les villages sont un peu plus pauvres, plus sales, ça c’est vraiment dommage tous ces plastiques, boîtes, sacs, poubelles en vrac ..au bord des routes ou des maisons.

Porte de villages….jolie, mais à côté, beaucoup de poubelles.. ☹️

 

 

 

 

 

 

 

 

Maisons en terre battue, celle ci est abandonnée, mais d’autres sont habitées et pas loin de ça

 

petites rues de village aux murs en terre battue

on est dans une autre Chine

 

 

 

 

 

Vaches devant les maisons, de douces odeurs de cochons également, voyez-vous..

 

Dans certains petits villages, on peut admirer de belles fresques, c’est surprenant et très agréable

 

Jolies fresques de tout petits villages

 

 

 

 

 

 

 

Revenons aux portes : tous les villages ont leur belles portes, les maisons également

Portes de village

 

 

 

 

 

 

Porte de maison

Elles sont le Symbole du  » bonheur accueillant » nous dit yiang .

Notre 1er bivouac au milieu de champs de maïs (qui ont pris la grêle )

Bivouac dans les maïs

 

 

… Sans commentaire

 

Chaque fois que nous revenons sur un axe principal, nous sommes sous la poussière et vapeurs de camions….la Chine : une gigantesque usine à ciel ouvert. On voit de nombreuses industries, ça s’active beaucoup dans les champs, les camions n’arrêtent pas, ça bosse de partout..bref nous sommes bien au coeur de notre fourmilière

 

 

Pas de salut d’automobilistes ici, ou très peu, les chinois dont plus réservés que leurs voisins mongols. Ils ralentissent, regardent , »parfois levent le pouce 👍 et rigolent puis d’en vont. Une fois, un véhicule s’arrête et nous donne deux petites bouteilles de thé froid 🥰, sympa, non !?

Nous avons également traversé une zone de réparation de camions, longue de plusieurs km de chaque côté de la route. Des  garages les uns à côté des autres, une boîte  de vitesse par terre ou un moteur, tout ceci dans la crasse, l’huile et la poussière  😎mais ça repart de plus belle. on se sentait un peu fragile là au milieu.

On transporte de tout ici, mais beaucoup de charbon

Rhoooh… tout ce charbon

 

Des milliers de camions sur les routes avec certains passages obligatoires sur des bascules automatiques sous les yeux de la police. mais là où les contrôles sont absents, le graviers ou sable forme des sommets impressionnants dans les bennes et ça déborde très largement sur les routes qui ressemblent parfois à des entrepôt de matériaux divers. Encore aujourd’hui juste devant nous, un camion chargé de déchets de bois, 1,5m plus haut que les côtés, a perdu une partie de son chargement mais peu importe, il continu tranquille. Tout le monde contourne, un autre passera sûrement dessus, le réduisant en poussière qui bordera ainsi la route..

On essaie de prendre des petites routes entre Datong et Pékin, mais parfois, on tombe sur ça :

Une 2 x3 voies, mais déserte. C’était un dimanche… Cool, non?

 

 

 

Et sinon on prend des petites routes,

Moitié terre, moitié béton au milieu du maïs

 

 

 

 

Panneaux solaires

 

 

 

 

 

Pourquoi faire petit, toute une montagne couverte de panneaux photo voltaïques… Incroyable !

Des magasins de toute sorte

 

 

Et des villages, des villes qui s’activent, ça bosse dur en Chine.

Un atelier au boulot… Un dimanche !

 

 

 

 

 

 

Triporteur transportant…..les triporteurs transportent tout en Chine. 

Triporteur et ses tubes….

 

 

 

Un marché

 

 

ça peut être aussi des vendeurs de légumes, de fruits ou autres produits

On achète du raisin.. Super bon Il y a des dizaines et des dizaines de vendeurs le long des routes de cette région des raisins

 

 

 

 

 

 

 

Et puis commence la galère des transports avec les vélos. Nous préférons rentrer à Pékin en transport en commun car entrer dans cette mégalopole de 30 millions d’habitants nous prendrait 2 jours juste pour y rentrer… On nous indique le numéro d’un bus, nous y allons mais il y avait 2 lignes qui portaient le même numéro : une de la station du bus qui emprunte les autoroutes, etc. et l’autre ! , on est pas arrivé à la bonne,(c’est tellement compliqué de comprendre les consignes et de faire comprendre nos demandes) : le bus ne voulait pas nous prendre, plus exactement s’est arrêté 10m avant et à fait semblant de ne pas nous voir.. On ne comprenait pas et on attendait attendait et on demandait encore. Il a bien fallu demander  à une dizaine de personnes pour qu’une fille qui parlait anglais vienne nous voir. Elle nous dirige vers une arrière cour et essaye avec d’autres personnes de trouver des solutions, et ils appelent, discutent… Bingo c’est OK, ils prennent un petit véhicule pour nos vélos, une voiture pour nous et nous enmènent 15km plus loin au terminal de la station de bus, rien que ça

Hop hop, vélos dans la soute

Ils nous font passer devant tout le monde et hop, les vélos sont embarqués dans la soute, quelques photos..

Un grand merci à tous ceux qui nous  ont aidés… On serait encore en train d’attendre😂

Elle nous remet même un petit cadeau une petite boîte de thé, quelle délicate attention.  C’est juste magnifique, émouvant efficace..

 

Le bus nous dépose à Pékin…. Euh enfin, ça veut dire à 26 km du centre, quand-même 🤔. Bon en fait, circuler à vélo à Pékin est extrêmement facile. C’est carré, il y a des voies réservées aux 2 roues (électriques ou pas). Il faut juste être dans le flux, jacques devant avec le GPS fonce : ça passe à droite, à gauche…au feu rouge. C’est pas forcément normal, voir interdit mais pas controlé…. Enfin presque… Moi, ça m’amuse, j’adore.

Notre auberge de jeunesse se situe plein centre, dans les fameux « hutongs » , ces vieux quartiers de Pékin, un peu détruits au moment des J.O. De Pékin en 2008 : un enchevêtrement de venelles bordées de petites maisons basses. Certaines sont très étroites. Au milieu de ça, certaines ruelles plus larges, commerçantes et chargées d’hôtel et auberges de jeunesse… Parfait, nous allons prendre la température, l’ambiance est fourmillante, c’est éclairé, des p’tit restaurants partout, à vous faire tourner la tête.. Excitant, très touristique aussi.. Et une présence policière un peu… Comment dire… Un peu beaucoup presente. Il faut dire que dans 1sem c’est la fête nationale des 70 ans de la république… Ils sont tous sur les dents.

Rue piétonne à côté des « hutongs »

 

 

On teste un petit restau de rue… Euh.. Special

On sait pas trop ce que c’est : du foie, des tripes… on a eu du mal cette fois.

 

 

 

Globalement, nous mangeons super bien en Chine, dans tous ces petits restau de rue, c’est pas cher et bon. Ils y a beaucoup de légumes toujours ajoutés au riz ou nouilles, et quelques morceaux de viande et des tas d’autres petites choses ajoutées (cacahuètes, herbes, et autres font on  ne connaît pas le nom. De temps en temps on demande « no spicy » car notre Jacko à un peu de mal.

En revanche si nous allons dans des petites épiceries pour nos piques niques ou bivouacs,  c’est difficile. Peu ou pas de pain ici, des mini pâtes de poulet ou canard emballés sous vide. Du coup, comme il y a des villes partout. Pas de conserves, il vaut mieux s’arrêter dans des p’tits restau de rue, c’est rapide, pas cher, plus équilibré. Pour les quelques bivouacs, pareil, il vaut mieux et emporter un plat et le faire réchauffer plutôt que de cuisiner. On ajoute quelques gâteaux. Dans le sud nous allons trouver des fruits super bons et énormes..

 

On ne peut pas être à Pékin sans visiter, L’incontournable, c’est bien sur la muraille de Chine… 21 000 km d’après le guide, 3 millions de personnes seraient mortes pour sa construction qui aurait commencé il y a plus de 2000 ans.. Il y avait peu de monde sur une partie du tronçon nommé « badaling » que nous avons vu, situé à 70km de Pékin… C’est impressionnant, ce serpent qui s’enroule autour des montagnes, construit pour se protéger des Mongoles… Complètement fou..

Nous avons cheminés 3km sur cet immense serpent de pierres avec 500 m de dénivelé.

 

 

 

 

 

 

Ça tire sur les mollets et les gambettes pas habituées à cet exercice là 😅. Rigolez pas, j’ai eu mal pendant 4j

 

 

 

 

 

 

 

Des tours positionnées tout au long de La muraille

 

 

 

 

Partie non rénovée

C’est encore un travail gigantesque d’entretien, de rénovations de toutes les parties non encore accessibles

regardez le nombre de truelles et de sceaux qui servent à la rénovation !!!

Jacques dans le métro… Top moderne ce métro,  et très facile de s’y repérer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous navigons en métro,

Le parc près de la cite interdite

 

 

 

 

Nous n’avons pas pu visiter la cité interdite fermée à cause de la fête nationale.

Ce qui est particulièrement éprouvant, ce sont tous ces contrôles d’identité, contrôles de bagages, en permanence : pour prendre le métro, pour entrer dans le parc…et cette présence policière et militaire , partout, partout ! Quelle pression.

Nous sommes allés voir le palais d’été… Magnifique

En bas du palais, au pied d’un magnifique parc, petite musique d’ambiance, c’est reposant

Nous ne sommes pas restés longtemps à Pekin, beaucoup de monde, nous avons passé beaucoup de temps et d’énergie à la gare pour prendre nos billets de train pour aller vers le sud à Guilin, surtout pour l’envoi de nos vélos.. La chine est immense, impossible de traverser à vélo dans le temps de notre visa.

Aux guichets et aux points infos, ils ne savent pas et disent « no » … Plusieurs heures 2 jours de suite..😢 Heureusement qu’on savait que c’était possible, et qu’il fallait les envoyer séparément (merci Christine et vero pour les infos envoyées-comme nous n’avons pas accès à internet)… Bref, on a réussi. Les vélos sont partis un jour avant nous… On espère que ça passera.. Les couteaux et objets métalliques interdits, il a fallu ruser : un dans le tube de selle, l’autre enfoui dans la trousse à outils … Petit stress. Un touriste rencontré hier s’est fait confisqué le sien dans une gare, ils nous ont fait déballer plusieurs sacoches, ils voyaient bien quelque chose mais pas ça..Ouf, c’est passé … À voir à la réception..Ira-t-on en prison ? 😨

Du coup, çes problèmes de transport, la fourmilière, ces contrôles, la durée de nos visas, les prix de la capitale … On préfère partir et descendre vers le sud (28h de train) pour aller sur un endroit plus montagneux, certes touristique également, et reprendre nos vélos pour rejoindre la frontière.

couchette dite « dure » (cabines ouverte de 6 personnes) et nous avions celles du haut. Oups. C’était très bien en fait, et vraiment pas cher.

On a voyagé avec des chinois, et comme on nous observe beaucoup dans ces cas là, on leur a montré nos photos de la ferme, maison, poulets..🐓.etc qu’est ce qu’ils ont rigolé !

Guilin : génial  nos vélos sont arrivés et livrės à l’hôtel👍. Le comble pour des cyclistes, nous avons été obligés de prendre un taxi avec nos sacoches..Mais nous sommes contents et soulagés. Guilin, Nous sommes dans la région du Guangxi . Cet endroit est connu pour la beauté de ses sites : très  verdoyant, ses rivière lacs, collines, la proximité des rizières en terrasse …regardez plutot

Quel arbre magnifique

Vue du » pic de la beauté solitaire »

 

Tous leurs jardins, bords de rivières sont fleuris, des plantes magnifiques, petite musique …Le soir sous les lumières de toutes les couleurs

., c’est un endroit très prisé des chinois ,très romantique. Faut voir comment ils se photographier, sous toutes les coutures, en prenant des postures de stars. Les chinoises, très joliment habillées de petites robes et jupes légères,  des voiles et mousselines sur des corps sveltes…très rigolos. Nous avions vu les magnifiques barbies Estoniennes, maintenant ce sont de très belles poupées chinoises, chut ne dite rien.!!à Cathy. Il y a aussi des groupes de personnes qui dansent ou qui font de la gym (qi gong ?) en musique. Incroyable.

Nous sommes allés faire une petite croisière sur la « Li river », très tendance ici.. Au cœur des pics karstiques.

Bâteau croisière

Nous nous y attendions pas, Des centaines de bateaux les uns derrière les autres.. Ça gâche un peu la balade, mais comme c’était joli, passons sur ce tourisme de masse.

Le pire était à venir, nous avons prolongé le tour avec un tour en bateau de pêcheur et villages d’etnies minoritaires

Horreur malheur, on avait l’impression d’être dans un zoo, ces gens costumés qui se lèvent pour danser, chanter ou jouer de la musique dès qu’un bateau passe, leur yeux étaient tristes et leur regard vide.. Sans doute n’ont ils pas le choix… Ce tourisme de masse est un peu « trop » , nous étions très mal d’avoir contribué à ça.. Plus jamais..

A 70 km au nord, les terrasses de Longji titan (épine dorsale du Dragon) qui s’étalent sur un chapelet de pics hauts de 800m.

oooh

Quelques marches à monter et la récompense en vaut l’effort. l’accès au site, extrêmement touristique également , tout est payant,  les petits villages sont une succession de restaurants,  vendeurs de fruits, bibelots, hôtels et ça construit de partout… Bon, le succès de cette région a des effets indésirables 😏

Tenues traditionnelles des tribus

La Chine est tellement vaste que nous n’avons pas le temps d’aller à Hong Kong comme nous l’avions prévu ..Il faudrait encore jongler  avec les bus…et on a pas trop envie de faire tout ça avec nos vélos , et de plonger dans la foule, les buildings.. on va reprendre la route et essayer de gagner la frontière vietnamienne à vélo sur des petites routes. Il y a encore près de 800km. Et on a besoin de sortir de ces énormes villes  touristiques.

Nous sommes enchantés de cette decision. Nous partons vers le sud en direction de Nanning, puis du vietnam. Des montagnes au départ, toujours ces pics karstiques, des petits villages et petites villes. Que c’est agréable !  il fait également très chaud, nous avons  37 degrés à l’ombre 😎

 

Soir de bivouac près d’une rivière

 

 

 

 

 

 

 

 

Trop bien, ce petit bain de fin de journée, rafraîchissant 😀

 

 

 

 

 

 

Radeau de pêcheur en bambou

 

 

Même les papillons sont grands ici.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Allez, on rentre à la maison. Les buffles travaillent beaucoup ici.

Les villages et villes traversées sont extrêmement vivants, ça bosse, ça commerce… Impressionnants ces chinois avec leur chapeaux pointus.

On se régale des nombreux fruits que nous trouvons dans cette région : mandarines, pamplemousse, bananes, raisins et autres plus exotiques dont nous ignorons le nom.. Ainsi que ces petits pains vapeur fourrés salés ou sucrés.

Miam, petit déjeuner

 

Vente de poulets à gauche et canards à droite

Des commerces partout

 

 

Maisons de village

Très souvent, les bas de maisons sont ouverts, on y voit un canapé et/ou des chaises, une télé, un ventilo, un p’tit coin pour la cuisine, c’est-à-dire un feu au gaz, une petite table. Le scooter, et pis c’est tout, une cloison et on devine un lit à l’arrière. C’est souvent assez gris, sombre, avec pas mal de bazar. Le soir, les familles dînent sur une table, des petits tabourets de couleur, sur le trottoir. Ou bien, ils discutent à plusieurs, toujours sur le trottoir ou bien encore jouent aux cartes, d’autres sont devant la télé, tous avec le tel portable d’une main et ça tout à côté du trottoir et de la rue.

Bon allez, on repart.

Y’a bon bananier

 

On attend que le train passe

 

La file d’attente commence à s’allonger, nous sommes rapidement entourés de scooters

Et toujours des gens charmants, près à nous aider. Ce soir, notre GPS était complètement perdu, nous ne trouvions pas la route de l’hôtel, une jeune nous a proposé de nous guider et de la suivre soit plus de 5km.. Trop cool… Une p’tite photo et hop, elle est répartie, trop sympa les chinois.👍 Nous avons souvent dû demander pour trouver des hôtels, car certains indiqués sur notre application n’acceptent pas les étrangers.. Alors on cherche des jeunes qui parlent 3 mots d’anglais, et sur leurs appli chinoises, ils appellent des hôtels et nous enmènent, carrément .. Quel accueil !!

Nous continuons tranquillement notre descente. Nos visas Vietnamiens électroniques sont faits (merci Christine et Bernard) car nos accès internet limités nous rendaient l’opération difficile. Il nous reste 9 jours en Chine. Nous voyons maintenant  des champs de canne à sucre, beaucoup d’élevages de canard

Parfois des centaines autour de petits lacs..

, en plein air, sur des bords de petits lacs et puis des bananiers, on commence à voir des papayiers.

Il fait très chaud..on trouve des hibiscus. Allez, petite séquence fleurs :

Bougainvilliers

On se rafraichi comme on peut.. Hein Jacko?

 

 

 

 

 

 

 

 

Parfois, dans des jardins publics ou chantiers, il y a des tuyaux d’eau , on se rafraichit.

Dentiste sur la rue

Dans cette région le Guangxi  ..Nous croisons quelques cyclistes chinois sur des vtt, ils sont très couverts des pieds à la tête, portent des masques, pas mal de femmes, des sportifs, ils doivent avoir chaud.. On se salue, c’est sympa…

Des gros légumes verts qu’on mange souvent frits avec du riz, c’est un peu amer mais bon

Visez un peu la taille des haricots

OH les beaux légumes

 

 

Du cochon… Euh, elle est où la chaîne du froid ?

 

 

 

Nanning et ses scooters

En arrivant à Nanning on se fait doubler par un scooter qui transportait un cochon coupé en deux en guise de passager. Sans protection bien sûr !  si, en fait, un malheureux tendeur pour éviter qu’il ne traîne par terre. Nous étions sûrement pas loin d’un abattoir puisque qu’il y en aura d’autres.

Nanning la rivière yujiang… Où l’on se baigne

Dans cette ville, il y a une rivière et on découvre trop tard, en partant, qu’ils se baignent. Mince, on a raté ça. Et puis tout le long de cette rivière, ils font de la gym en musique, chantent en karaoke, dansent,…

On emprunte des petites routes qui font notre bonheur

Au milieu de la canne à sucre et des pics montagneux

 

Petits villages

Portage classique ici

Puis nous ralentissons l’allure qui n’était déjà pas trop stressante, car nos visas Vietnamiens commencent le 15 et même si nous pédalons tranquillement, si on ne s’arrête pas, on arrivera trop tôt, il nous faudra attendre 3j à la frontière.

Eh hop, le cap des 8000 km

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors, on se balade.. Ici une tour

Un jardin, une grotte.

C’est bô, non ?

Pas toujours évident car le personnel des petits hôtels ne savent pas toujours nous guider. Il faut vraiment chercher sur internet et leur montrer. Si on demande ce qu’il y a à visiter, ils disent que ce n’est pas une ville touristique et pourtant.. Ci dessus, c’est beau.

On aurait aussi nos chaînes et cassettes à changer sur nos vélos mais on nous dit qu’il n’y a pas de magasins de vélos, et oui, ils ont tous des scooters.. Bon on attendra le Vietnam, on trouvera bien ca à Hanoï, espérons-le !

Ça bosse, le long d’une rivière.. Et des femmes pliées en deux les pauvres 

📵A notre arrivée, nous avions remarqué que tout le monde avait son téléphone portable à la main et ça s’est vérifié tout au long de notre séjour. On trouvait que cette portable attitude  était en train de bouleverser notre vie en France , mais ici c’est pire. Le cuisinier qui s’arrête toutes les minutes pour prendre son tel, la réceptioniste qui ne lâche pas son tel même en nous parlant, même en dansant dans la rue, certains ont leur tel… Etc. Le mal est mondial🆘. En même temps, s’il fallait faire ce voyage sans notre tel, ça serait beaucoup moins facile 😕

Nous approchons de la frontière, c’est montagneux et très beau..

Petit village de montagne

 

 

 

 

 

 

 

 

une belle plante non !!

 

Nous sommes vite l’attraction de quartier quand on s’arrête

 

Jacko a parfois l’impression d’être un peu trop grand…ici à l’hôtel avec Alita (manager de l’hotel)

 

 

 

 

 

 

 

Comme nous arrivons un peu en avance près de la frontière, nous nous arrêtons à Pingxiang pour une dernière journée chinoise. Nous arpentons un immense marché gorgé de fruits, légumes, viande… À vous donner le tournis, la Chine quoi 😃

Tomates, carottes, poivrons, et tellement de legumes, racines et herbes que nous ne connaissons pas. Leur alimentation est extrêmement riche et variée

Vente de canards

Ici fabrication artisanale d’huile d’arachide. Tout est Manuel les femmes manipulent des sacs d’arachide qu’elles déversent dans une broyeuse…. Nettoient les filtres, récupèrent les copeaux…. Zéro masque, zéro protection..

 

 

 

 

Et pour finir une séquence gym, allez on bouge 💃

Tout en musique, C’est harmonieux

 

 

 

 

 

Comme il n’est pas possible de changer nos yuans contre des duongs vietnamiens en chine, on nous indique que ça se pratique à la frontière.. Alors, on a le temps, on y va et ça se vérifie. Nous changeons nos yuans restants. Et on clôture le tout par une petite fondue chinoise ce soir. Cool 🥢

Oh Chine mystérieuse ! après  un mois à tes côtés nous avons de la peine à te comprendre. Hommes et femmes, vous nous avez aceuilli avec votre grand coeur généreux. Un pays qui bouge, qui travaille, qui avance ; duquel il se dégage une puissance phénoménale à la fois remarquable mais aussi très inquiétante. Parfois jacques éprouve des frissons devant autant de chantiers entrepris de partout qui détruisent à tout jamais une si belle nature, aujourd’hui ce pays semble trop petit, pourquoi, pour qui construit-on des immeubles par milliers ? Ce qui m’interpelle le plus, moi, ce sont les conditions de travail. Jiang nous précise que ce qui se pratique ici en dehors des cadres, fonctionnaires et certaines professions, c’est le 9x9x6…de 9h à 9h, 6j par semaine doit 72h de travail… ils le font souvent pour assurer les études de leurs enfants.. Ils ont franchement du mérite… Et nous, on se balade.. Ça questionne quand même.

Si tout va bien, nous devrions revenir en mars ou avril par le sud ouest pour rejoindre au nord la route de la soie et les pays du moyen Orient avant de regagner l’Europe

Bye bye China, à bientôt 😉

Bye, bye

11 commentaires

Mongolie à vélo : 20 j 1136 km parcourus

👍😄A­mateurs de grands espaces et d’animaux en liberté, je vous préviens, vous risquez de courir vers votre agence de voyage préférée pour acheter votre billet d’avion pour la Mongolie. Wouaouh… Qu’elle émotion en arrivant dans ce pays.😄

Notre parcours en Mongolie sauf que sur la partie nord, nous avons emprunté 200 km de piste un peu plus à l’est et pas cette route principale

Passer la frontière a duré un certain temps. Comme il n’est pas possible de la franchir à vélo, ni à pied d’ailleurs et qu’il n’y a pas de bus, nous avons du trouver un véhicule pour nous transporter avec nos vélos…(à priori, il faut être rattaché à un numéro d’immatriculation de véhicule). Au bout d’une heure, nous trouvons un p’tit camion bâché et un gars hyper gentil qui nous accepte..

Passage frontière

4 h plus tard, et un p’tit billet pour notre super chauffeur, nous débarquons nos p’tits bolides,

 

Alessandro et Stefania

 

 

 

 

 

Après un passage banque pour retirer des…. 1euro =3000 tugrik, je ne vous dit pas le Nb de billets que l’on a dans les portes monnaie.. on pourrait se croire riche tout à coup.

Nous achetons de cartes sim locales (MobiCom qui passent très bien dans tout le pays),

Nous croisons deux italiens en tandem venant de Chine et allant en Russie. Trop sympas ces échanges 😀 toujours trop courts à chaque fois.

Ca grimpe mais toujours le sourire la miss

 

 

 

 

 

 

Des Petits villages, mais surtout

Prairies à perte de vue,  troupeaux de vaches, moutons, chèvres, chevaux et cavaliers (bon, parfois, les gardiens de troupeau sont en moto) .. Des yourtes… Pas de doute, nous sommes bien en Mongolie..c’est un autre monde.

Yourtes… À côté parfois, il y a voiture ou moto et panneau solaire

Mais pourquoi les yourtes sont-elles blanches ? Apparemment, les mots « blanc et bien ou bon“ sont très proches en Mongolien et il est bien d’avoir une bonne yourte blanche.

Comme il est difficile de les garder blanches, certains ajoutent une toile fine blanche qui se change tous les ans. Les plus  riches peuvent le faire. Les pauvres ont des yourtes grisėes avec le temps.

Souriants, agréables et très chaleureux les Mongols ! On nous klaxonne, on nous salue voire, certaines voitures s’arrêtent pour nous dire bonjour, 3 mots en Anglais et repartent.. Que du bonheur. Ce n’est pas seulement un p’tit signe de main, mais vraiment, ils ralentissent, nous regardent et saluent à pleine main si je puis dire ou bien lèvent le pouce..👍 Notre mode de locomotion doivent leur plaire 🚴‍♂️n’oublions pas qu’ils sont nomades avant tout.

Bivouac à 50 km de la frontière

1er bivouac dans une zone où il y a des pins.. Les moustiques nous ont aussi accueillis mais ç’etait supportable comparé à la Russie, on a pu rester dehors et manger hors de la tente, ça fait du bien.

Pique nique et à l’ombre.. Très rare en mongolie

 

 

 

Nous avons fait une pause déjeuner sous ce drôle d’abris coloré.. Et là, tout à coup, une voiture s’arrête, un gars se rapproche de nous avec une boite en plastique et nous propose de goûter : il s’agit de crème de vache du beurre.. Excellent.. Puis il repart… Incroyable, non?

La pente c’est bien, mais le % serait plus intéressant, tant pis

La circulation n’ est pas trop importante, les Mongols sont pas très nombreux (3 millions pour un pays 3 fois comme la France) et vivent pour 70% d’entre eux dans la capitale.

Le soir, nous arrivons à Darkhan, grande ville, de nombreux hôtels, tous associés à des karaokés ou night clubs. On ne se méfie pas, et comme on ne trouve pas d’auberge de jeunesse, on se dit qu’un bon hôtel nous ferait pas de mal… Ben oui mais il a fallu prendre une douche presque froide et écouter les chanteurs enfin ceux qui essaient de chanter, une bonne partie de la nuit.

Allez, c’est parti pour quelques jours de pistes entre Darkhan et Ulan Baatar. La route principale étant toute en travaux, les cyclistes Italiens rencontrés à la frontière nous avaient conseillés une très belle route en montagne.. Enfin j’veux dire piste bien sur😆

 

Content le Jacko 😄

Magnifiques, grandioses, ces espaces nous enchantent..

Et en plus, il fait beau. Nous sommes fin août, en été ici aussi. Il reste encore un mois et demi avant le debut de l’hiver. Il ne pleut pas beaucoup en mongolie sauf ce printemps. Il ne neige donc pas énormément non plus, en revanche, il peut y faire très tres froid.

 

Au départ, nous ne sommes pas très rassurés. Il y a souvent plusieurs pistes possibles… et pas un seul panneau, ça va de soi. Chaque fois qu’une voiture passe, nous l’arrêtons pour savoir si nous sommes sur la bonne piste.., on pourrait quasiment parler de chemins, voire des sentiers (en fait, il s’agit de relier un village à un autre ou chacun passe où il veut au milieu de la nature, à travers montagne, vallons, plaine, forêt. À peine croyable, dépaysement total.

Oups, c’ est par où ? Ça se divise en trois

2 Yourtes

Chevaux en liberté, ils sont magnifiques, il y en a tellement… Car en fait, les Mongols raffolent du lait de jument et exportent leur viande

 

Yourtes : une famille peut se loger dans 2 ou 3 yourtes en été mais dans une seule en hiver. Car même si c’est isolé avec de la laine, il y a beaucoup de déperdition de chaleur, ce n’est donc pas simple à chauffer

 

 

 

On a goûté le lait de jument.. .euh, comment dire..un petit goût aigre, difficile de ne pas faire la grimace mais il faut toujours accepter le bol, et quand on n’en veut plus, le poser.  Si on vide le bol, ils vont le remplir.

Ils ont fait 100 km de piste dans la journée pour se rendre dans la grande ville la plus proche de chez eux… On pense pour acheter les cartables pour la rentrée dans quelques jours

 

Le matin, nous avions arrêté cette moto pour savoir où passer. Nous les revoyons le soir. Cette fois-ci, non seulement ils se sont arrêtés puis ils sont revenus pour prendre une photo.

Campement sur un col. On ne savait pas que dans la ville de dessous, dans la mine de charbon, ça bossait toute la nuit. Donc moyenement calme notre camp, pourtant si beau

 

 

 

 

Nous continuons notre piste en pleine montagne. J’étais un peu surprise de voir autant de voitures à ce endroit. Et soudain au col qui précède la ville de Chariin gol, nous avons la réponse, juste après un col, au milieu de nulle part, une ville minière. Le charbon !! Aïe, ça sert de combustible dans les villes, aïe aïe..

 

Il semblerait que le charbon brut soit interdit depuis un an dans la capitale, mais..il utilisent du charbon brun ou compactė

 

Le lendemain, nous cherchons une épicerie pour notre ravitaillement, un gars nous aborde, je lui demande où trouver des bananes, je crois qu’il nous a enmenés dans toutes les épiceries du village.. Très dur de trouver des fruits et des légumes ici.  Puis notre guide nous propose d’aller voir son frère qui habite dans une yourte. Génial, Nous buvons le thé au lait et grignotons une sorte de galette croustillante et pour une fois pas trop grasse, slurp 🍪

Tapis, canapé, lit, meuble, photos de famille, un poêle au milieu.. C’est chaleureux

 

 

 

 

 

 

 

Une autre fois, ne voyant pas de voiture, nous demandons notre route dans une ferme. Le patron parle anglais. Quand on lui explique que Jacques est agriculteur, il nous fait visiter. Jacques est aux anges et moi je fais l’interprète, enfin j’essaye (voir § les champs de Mongolie). Puis, il nous invite à boire le thé (au lait.. Un peu gras et salé) puis à nous joindre à eux pour manger.

Repas à la ferme : thé, soupe, bœuf bouilli et pain, c’est la fête.. Ils se moquent les uns des autres car certains ont un peu de ventre,  ils mangent gras.. On rigole

Bon, j’vous raconte pas le bruitage de 11 gaillards qui mangent leur soupe, on fait pas dans la dentelle si vous voyez ce que j’veux dire 😉

 

 

 

 

 

Il  y a de tout autour : des béquilles, des pneus, petits coffres…

C’est ce que nous voyons au sommet de certaines montagnes ou cols, 🤔 nous n’y laisserons pas nos vélos en offrande,non non, ..

Des chameaux en liberté, qui traversent la route. Il y en a près de 300 000 en mongolie

 

 

 

 

 

 

 

Visiteurs d’un soir

 

 

 

Ce soir là, alors que nous montions notre tente, 2 motos arrivent (une chinoise et une mongole, des 150 cm3). Un des deux gars est vêtu d’habits traditionnels. On se parle (vive le langage du mime), ils regardent l’intérieur de la tente, ils rigolent. Et ils s’assoient, s’installent et discutent entre eux. Bon, pourquoi pas.  On ne sait pas trop comment faire, on a faim, il va faire nuit dans peu de temps, on n’ose pas  manger devant eux, on n’a pas grand chose à partager. Tant pis, on démarre notre popote, ils sont très intéressés, se rapprochent, nous montrent une plante qui se mange et se met dans la cuisine (petit goût d’ail) acceptent un biscuit. Puis tout à coup, ils voient une voiture, nous font comprendre qu’il doivent partir  et partent.. Étrange mais tellement spontané et bon enfant.

Un bleu très  profond

Quand j’vous disais qu’il n’y a pas d’ombre, on se cache derrière un pont pour pique niquer

 

 

 

On trouve peu de fleurs ici, mais celles-ci sont très belles, sinon ce sont des marguerites mauves au coeur jaune, le plus souvent

 

 

 

Peu d’arbres, donc peu d’ombre en Mongolie..dur dur pour se poser le midi.

 

 

 

 

 

Petit village de Thunkel

 

 

 

Ça plane pour moi….

Et le pont. Astucieux les soutennements : des supports en bois  remplis de cailloux.

 

Tellement nature

Le cavalier est très jeune. On nous explique que parfois les garçons partent s’occuper des troupeaux et ne vont pas à l’école.  Les filles sont plus sédentaires, restent dans les villes et villages, vont à l’école. C’est une société matriarcale avec tout un système complexe de responsabilités selon l’âge, le sexe…pas tout compris, là.

 

Allez, nos biclous embarqués

 

 

 

Puis, alors que nous reprenons notre chemin, un petit camion s’arrête, nous explique que ça va monter fort très fort et nous propose de nous monter. On accepte bien sur. Nous sanglons les vélos dans la benne, il nous déposera sur le col après une montée d’enfer un vrai rodéo en camion. Notre véhicule patine sur les pierres mais finit par grimper. Chouette, nous montons la tente tôt, vue 360°, on a le temps de se reposer et d’observer les chevaux, les va et vient des voitures….

Oui, oui ça va encore monter, allez courage

 

 

 

 

 

 

Descente sur une belle vallée. Maman j’ai peur dit Cathy !!!

 

 

 

Ça se voit pas trop, mais ça mooonte !

 

 

 

 

 

T’inquiète pas nous allons descendre doucement Euh…

 

 

 

Buzz pâte farci de viande de mouton, oignons

 

Même ingrédients mais frits dans l’huile

Ce midi, on arrive dans une ville, il fait chaud, pas d’ombre, on opte pour un p’tit boui boui local  et c’est bon…un peu gras, dirait Jacko…

Epicerie ou « super market » local

 

 

Trop mignone…, la petite fille, bien sûr

 

 

 

 

Notre repas de bivouac habituel, auquel nous ajoutons une boîte de p’tits pois, une carotte ou concombre mayo pour l’entrée, une pomme, des gâteaux pour terminer

 

 

 

 

 

 

 

La nuit suivante, nous bivouaquons et ces chevaux viennent brouter à 5m de nous, puis repartent.

Puis nous arrivons à Ulaan Baatar…aïe aïe…bonjour la pollution et la circulation. Ca klaxonne tout le temps, les policiers qui font la ciculation sifflent en continu.  Les pauvres, il parait que leur espérance de vie ne dépasse pas les 50 ans à cause de la polution. Le trafic est dense!

Nous sommes hébergés chez l’habitant (réseau warmshowers). Notre hôte « Froit » est hollandais, vit ici depuis 14 ans, Mariė à une Mongole.

Montage de yourte

 

Il fabrique des yourtes,  c’est une période de forte activité pour lui. Du coup, nous l’aidons à démonter une yourte utilisée dans l’après midi pour une cérémonie ..(quelqu’un de la famille avait un problème,  ils ont fait venir un Chaman et il fallait que la cérémonie ait lieu dans une yourte).

Le démontage terminé, il fallait en remonter une autre pour un client qui venait le soir…allez, au boulot les séniors.

 

Puis nous remplissons une sorte de réservoir pour prendre une douche juste derrière..hum, bonjour la couleur du bac à douche..

Rustique la douche, mais ça fonctionne

Ici l’eau est rare, tout le monde n’en a pas.

À côté de chez lui, il y a des terrains. Ces terrains sont loués pour poser des yourtes. Il n’y a pas d’eau . Ce matin, nous avons vu la voisine revenir avec un petit chariot rempli de bidons d’eau qu’elle venait de chercher, on ne sait où.

À côté encore, se trouve un petit immeuble. Des locataires, des étudiants pour la plupart qui vivent à deux  dans des chambres de 12m2 et il n’y a qu’un toilette à l’extérieur pour tout le monde (20 personnes)…dur dur la vie à Uulan Baatar.

Vue de Uulan Baatar by night. Nous dormons dans l’atelier, en haut de la maison.

 

 

C’est une ville aux contrastes forts. D’un côté des gens qui se tassent dans des yourtes sur de minuscules terrains sans eau ; et de l’autre, de grands immeubles modernes, qui étincellent la nuit… Bon, comme partout finalement.

Partie de pétanque chez Froit … Improbable, non ?

 

Nous avons été invité à un BBQ familial trop sympa et ensuite, une partie de pétanque… Alors là, on en revient pas.

 

Puis en ville ce soir, en souvenir de l’année 1939, il y a 80 ans, pour se rappeler les batailles où les Russes ont repoussé les japonnais en manchourie avec l’aide précieuse des cavaliers Mongols, Poutine était présent à Uulan Baatar, ce jour là. Donc fête, que dis-je, journée de fête nationale ici, et concert le soir…on nous a repéré sur la grande place et un policier vient nous chercher et nous place sur les chaises au 2ème rang. À côté de moi, une dame chante, elle semble connaître tous ces chants militaires.. Oups, on a intérêt à se tenir à carreau. Cela dit, meme si je ne suis pas fan de musique militaire, le Concert est vraiment de qualité, la puissance des chants et de l’orchestre vous donne la chair de poule.

Des cœurs de l’armée Russe.. Quelles voix ! , ça donnait des frissons

Feu d’artifice pour commémorer les 80 ans

 

 

 

 

 

 

 

Et feux d’artifice gigantesque.. Quelle journée !

 

 

 

 

Une petite visite du musée des dinosaures puis, nous finissons notre séjour à UB par un démontage de tente de notre hôte, sur un site qui sert aux fêtes nationales, notamment la course de chevaux la plus grande du monde, impressionnant !

Intérieur de tentes… VIP

Tout en bois sculpté

 

Dans la jarre verte, du lait de Jument..

Bon, même si notre hôte est passionnant et attachant, faut bien reprendre la route un jour.

Nous partons direction Choir, Sainshand, le désert de Gobi. C’est parti pour 650km 8 à 10j de vélo.

 

.

Route du haut = autoroute Chinoise et route du bas, vieille route Mongole

 

En sortant de la ville, il y a 2 routes : Une route un peu chaotique,  et la seconde, une très belle 2 fois 3 voies, réalisée par la Chine. Mais comme la Mongolie ne peut pas la payer, la route est fermée.(nous sommes bien en Mongolie !!!)

D’immenses espaces

 

 

 

 

 

 

Ici, il faut faire attention, la route est très bonne mais il n’y a pas de ville partout, ni d’hotel d’ailleurs …et oui le désert approche . Il faut toujours avoir une journée de réserve en eau et nourriture. Cela dit, on trouve de temps en temps des yourtes ou quelques maisons avec une toute petite épicerie. En général près de petites gares . Ces gares, espacées de 10-20 km les unes des autres, servent au croisement des trains. Nous longeons souvent cette voie ferrée, où passent des trains de marchandises (charbon) et le Transmongolien (certains d’ailleurs nous saluent à grands coups de sifflets). Ils seront eux aussi d’agréables compagnons de voyage.

 

Quelle allure avec sa perche 😘

Autre drôlerie : ces leurres disposés le long des routes. De loin c’est vrai qu’on ne sait pas si ce sont des vraies voitures de police ou pas. Celle-ci est bien faite : à partir d’une vraie carcasse, coupée en deux , ressoudėe au milieu. Malins les Mongols…

 

La météo est encore bonne en ce début septembre, le soleil tape, il faut se protėger avec de la crème solaire et baume pour les lèvres. mais les soirs et matins ça peut descendre à 10 degrés.. Brr

En général il commence à neiger en octobre en montagne.

 

 

 

Et toujours des chevaux et cavaliers.

 

Plus on descend vers le sud et plus ça devient désertique, de moins en moins vert.

Petites zones de sable

 

 

 

 

 

 

 

Sur la route, nous croisons d’énormes camions, enfin surtout leurs chargements. Mais que se cache-t-il donc sous ces bâches vertes ? Ils arrivent sûrement de Chine avec leurs lourds fardeaux, laissant dans les montées un épais nuage noir s’échapper de leur carcasse. il faut dire qu’ils ne sont pas tout jeunes. En fait ils arrivent de la frontière où ils sont chargés de produit divers chinois.

Ils sont souvent en carafe au bord de la route. Hop, ils sortent le matos de réparation, changent un roulement de roue ou démontent le moteur sur le sable et ça repart toujours, et avec le sourire. Ils sont un peu comme nous des voyageurs de long trajets ils nous saluent très souvent à coup de trompes ou lèvent le pouce pour nous féliciter. Bref, une fois de plus adorables, nos amis Mongols. Nous sommes bien en Mooongolie!!!

Désertique, non ?

 

 

 

 

 

 

Mince… Une crevaison

Oups, juste au démarrage le matin. Notre campement était dans une zone à plantes épineuses. On avait bien vérifié les pneus avant de partir, mais pas assez , il faut croire ..Euh les pneus de Cathy pas de chance .

Allez, y’a pas que les routiers camionneurs qui doivent réparer : Jacko, faut sortir la trousse à outils ! Et ça repart

Nous arrivons à Saynshand, dans le sud-est, aux portes du désert.

Statue de Chameau en dessous de laquelle se repose une chèvre, une vrai

 

 

 

 

 

 

 

Une petite journée de repos à Sainshand, dans un bon hôtel, il y a le choix içi, une fois n’est pas coutume. Nous en profitons pour faire quelques courses et s’offrir un taxi de l’hotel pour nous rendre sur 2 sites touristiques du coin à 40 km. On a bien fait d’y aller en voiture, car il a plu et sur les pistes sableuses, on aurait galéré.

Un monastère (le 14 ème Dalai lama y séjourna)

Stupa principale

Et à côté,  de superbes montagnes aux sols rouges

C’est trop beau

 

Et La montagne sacrée

…alors là…même si le site est beau, je rale quand même un peu : Le haut de la montagne n’est pas accessible aux femmes…grrr. faut les voir quand leurs petits maris reviennent du sommet,  les bras en l’air, les remercient, les félicitent…même Jacques à droit aux accolades de ces dames (vous comprenez pourquoi Cathy rale😉)

Montagne sacrée

On dit que le site est porteur d’énergie…euh oui, surtout que quand ils montent, ils embarquent un tas de bouteilles …d’alcool, pense-t’on.   ils en versent en haut, puis les femmes en boivent quand ils reviennent, ah, il y a de l’ambiance. Il y avait pas mal de monde aussi, et quand une trentaine de personnes lancent des hourra, Ça crée une certaine énergie..

Rien à des km à la ronde

 

 

 

 

 

Montagne sacrée vue d’en bas

 

 

 

 

 

 

 

Voilà, c’est parti pour nos 3 derniers jours pour rejoindre Zamyn  Uud. à la frontière Chinoise. 

2me jour, il pleut, on s’arrête pour s’habiller, la pluie redouble. Heureusement, un camion s’arrête et le gars nous dit de monter dans la cabine. Nous avons pu nous abriter, nous réchauffer.. Il rigolait de voir toute cette pluie. Quand on lui dit Français il lève le pouce et nous dit bravo pour l’équipe de France de basket qui bat les États-Unis. Et il a attendu , sans manifester aucune impatience alors qu’il devait travailler. Quelle générosité 💕☔!

Un cavalier vint à notre rencontre

Sur le bord de la route, nous nous arrêtons pour boire, aussitôt, ce cavalier qui passait dans le secteur avec son troupeau vient nous voir, regarde, dit trois mots, allume son clop et s’assoit à côté de nous, tout simplement

Chameaux devant un point d’eau

on se demande ce qu’il trouvent à manger, les pauvres

.

Y a pas foule

 

Le lendemain, super beau temps .

 

 

 

 

 

c’est un routier qui s’arrête près de nous, descend et nous porte une bouteille d’eau. Génial, on n’en avait pas assez pour notre bivouac ce soir.

Bivouac dans le désert de Gobi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les exemples se multiplient. Et c’est tous les jours comme ça.

 

Nous  arrivons à Zamyn Uud à deux pas de la frontière Chinoise. Après midi de repos. Nos intestins et estomacs ne sont pas très en forme depuis hier…faut se poser, un peu de coca, sortir la trousse à pharmacie  du sac  et ça ira mieux demain !

 

 

 

Comme à notre arrivée en mongolie, on ne peut pas franchir la frontière à vélo. Faut prendre un bus de Zamiin uud ou taxi à la frontière…..Nous avons pris l’option d’aller directement à la frontière re.. En chemin, une voiture s’arrête et nous propose de nous enmener. On négocie un peu le prix à 20 euros pour nous deux avec les vélos et c’est parti. Il a fallu attendre 2,5h dans la voiture car il y avait la queue et fallait voir le bazar, certains essayaient de se glisser dans la file de voitures… Ça passait au millimètre. Puis plusieurs contrôles dont un payant (3 euros) , descendre tous les bagages, les scanner mais personne ne nous a demandé quoi que soit, controle des passeports plusieurs fois… Ça nous a pris 4h, je crois que le bus de la ville aurait été plus rapide et encore moins cher. Pas grave, notre chauffeur était sympa. 😄

Bye bye  Mongolie, on part le coeur serré 😥, émus par cet accueil si chaleureux…😀, heureux de t’avoir traversée.  Il aurait fallu aller dans le nord ouest qui parait-il est magnifique …prochaine fois, on peut pas tout voir quand on est à vélo  !  … J 133, Allons voir si la Chine nous émerveille autant !

Petit mot de la fin de Jacques : Comment ne pas être séduit par un tel pays. Des gens adorables qui cherchent le contact de façon très spontanée sans gêne et sans retenue. Un vrai bonheur, il faut juste répondre à leurs légitime curiosité. Nous sommes un peu des oiseaux rares pour eux avec nos vélos chargés. J’avais quelques inquiétudes pour traverser ce pays, il paraissait si loin de moi, il est aujourd’hui si proche de mes pensées. Peuple de Mongolie gardez votre sourire si naturel.☺

 

15 commentaires

Russie 25 jours 930 km j88 à 112

 

Compte tenu de la taille de ce pays 12 million km2 (le plus vaste etat du monde)et de la durée de nos visas (1mois), nous  nous sommes déplacés en vélo bien sur, mais également pas mal en train (de st petersbourg au nord jusqu’à Moscou puis de Moscou jusqu’à irkoutsk à l’est près du lac Baikal).

Ce qui fait que nous avons fait 930 km en 13 Jours de vélo.

Avant de vous parler de notre aventure Russe, petite info pratique : le site www.russiable.fr : une mine d’informations pour découvrir la Russie mais aussi pour les aspects administratifs, les déplacements… Très bien fait.

Arrivée à la frontière de Narva  très très cool ..Les temps changent, ce n’est pas ce qu’on pouvait lire sur les blogs…On me pose 3 questions :

comment ça va ? que contiennent vos bagages ? et est-ce que tout ce qui est à l’intérieur est à vous ? .. Oui, bon ben OK, bonne journée.. Et Jacques, il peut passer ?.. Oui oui bye bye, dit le douanier… On ne passe même pas nos bagages dans les scanners… Même pas drôle, on s’attendait à une belle fouille en règle, plein de questions…. Niet, Rien du tout.

 

Une fois la douane passée, on voit tout de suite les changements… Route très abîmée, des fils électriques aériens, on nous avait indiqué une office de tourisme… Que neni, n’existe pas. Le DAB fonctionne mais distribue l’équivalent de 100 euros, pas plus, obligée de faire plusieurs retrait,ça fera des frais bancaires… Un monsieur qui m’a aidée à l’utiliser me dit en laissant tomber les bras « c’est la Russie »

Par contre, super gentils les gens, toutes ces 2 premières journées et même après, beaucoup nous ont proposés de l’aide spontanément. Et les salutations/klaxons et 👍 sur la route, Vraiment chouette.

Beaucoup de travaux sur cette route de 150 km environ qui va de la frontière jusqu’à St petersbourg. Les véhicules ne sont pas super neufs. Beaucoup de Lada. Bon, cette voiture là, elle n’ira pas plus loin.

 

 

 

 

 

En revanche, ce camion là, il roule…aïe,

 

 

 

bon, nous ne vidangerons pas le vélo sur le sol comme ça semble se faire ici pour les véhicules !!

 

Surprenant, nous voyons des espaces/parking avec un pont pour travailler sur ou plutôt sous les voitures. Super malin et pratique. On en a vu deux quand même !

 

 

 

 

Abri bus

 

Un peu destroy les abris bus,

les bus eux, sont bien remplis. Tout le monde n’aurait pas de voiture, en Russie ?

 

 

 

 

Les habitations ?  ben y’a de tout ! des immeubles un peu tristounets, genre blocs type soviétique,  avec des terrains vagues devant et puis souvent des p’tites maisons colorées, en bois..super beau

Restau de bord de route, regardez bien, ça fume sur la gauche… Pis, ça sent la saucisse, miam..dommage on avait acheté notre pique nique

 

 

 

 

 

 

 

 

Une petite église orthodoxe, très jolie à l’intérieur

Des productions locales à vendre devant les maisons

Pommes, pommes de terre, cornichons

 

Sur la gauche, ce sont ou des gros cornichons ou des petits concombres,  on en verra partout, ils en mangent beaucoup,  on les croque comme ça,  c’est doux et rafraîchissant.

 

 

 

Allo allo ici la terre. Comment ça va dans le vaisseau spatial !!!

 

Des cabines téléphoniques tout le long du parcours. À proximité des arrêts de bus, donc des villages, et même à St petersbourg !

 

 

 

 

 

 

Le 01 août 2019

 

Et voilà les 5000 km franchis.. On est toujours vivants 😉

 

 

 

 

Puis arrivée à St Petersbourg, le point le plus au nord de notre itinéraire ..

Mais avant d’y arriver, 30 km de banlieue.. Dur dur, on s’est pris un max de pollution et quelques axes à 3 ou 4 voies…mais la récompense valait bien cet effort là.  Ces deux jours sur la route entre narva et st petersbourg, nous ont permis de nous imprégner un peu de la vie du pays rural avant d’arriver dans le si célèbre  St petersbourg, avec un bivouac au milieu.

Nous allons mettre nos vélos en stand-by pendant 12 jours pour visiter St petersbourg, puis train pour Moscou, puis transsibérien pour irkoutsk (à l’est de la Russie).

Revenons à St petersbourg, C’est une ville où tout est monumental, c’est « bô », y’a un monde fou. Par chance notre chambre chez un particulier est très bien placée.

Nous  avons retrouvé Dasha et Guillaume (famille d’Agnès F.) avec qui nous nous sommes baladés deux après midi, nous avons visité un p’tit quartier étudiant, le musée d’histoire politique de la russie… Et bien sur des arrêts pour des p’tites gourmandises sympa…

Le cavalier de bronze

 

 

 

 

 

 

 

Dasha nous a aidé à acheter notre billet de train pour Moscow et à acheter une carte sim locale.. (ça coûte 5 euros, on va pouvoir utiliser internet illimité et WhatsApp, cool !) merci Dasha, on aurait eu un peu de mal à se faire comprendre. Surtout qu’à la gare,  la personne du guichet ne savait pas comment il fallait faire pour nos vélos : on demonte, on démonte pas, on emballe puis on emballe plus. Bref, finalement elle cherche sur de vieux documents pour dire qu’il fallait démonter les roues et pas emballer les velos.. Étrange… Et d’arriver 40 minutes avant le depart. En fait, ce sera exactement le contraire …pas grave.

Ici, il y a contrôle de bagages avec portique à l’entrée de la gare, tout le monde y passe, ensuite elle est fermée, sécurisée..

Grandioses ces monuments. Impressionnant est le bon terme puisqu’il ont été édifiés un peu dans ce but là. Une vieille ville où tous les immeubles ont du style. Bon, faut pas trop regarder derrière. Si si, vous savez !… les cours intérieures : c’est souvent vieux, abîmé, et les appartements aussi.

Les monuments, en revanche sont magnifiques, entretenus, les rues super propres, service de nettoyage permanent, nous sommes impressionnés ..

Musée de l’Ermitage

Cathédrale notre Dame de kazan

Tout un réseau de canaux dans la vieille ville, ambiance romantique avec de la musique, des chanteurs en tout genre à qui vous glissez une pièce en partant.

Nous y sommes le jour d’un  rassemblement national de Harleys Davidson. Difficile d’évaluer le nombre d’engins pétaradants, défilants dans la ville.. Mais toujours sous bonne escorte. Et oui, la police et l’armée ne sont jamais très loin dans ce pays, même sur les routes. Il faut dire qu’il y a beaucoup beaucoup de visiteurs dans cette ville.

Balade en bateau la nuit, en musique (saxophone) magnifique !

Grand magasin du Pont rouge

 

 

 

 

 

 

 

Pont levis sur la  Neva

2ème Pont qui se leve !! Des dizaines de bateau de tourisme qui attendent ça.. Il est 1h du matin

Voilà, nous prenons le train pour Moscou.. 8h de train de jour et en couchette, on a pas le choix, sinon c’est un express mais beaucoup plus chers, on voit pas forcément le paysage et les vélos.. pas simple. Ma foi, c’est confortable. Fallait juste voir la tête de la contrôleuse en voyant les vélos. Heureusement on avait les billets spécifiques avec un numéro de wagon spécial. Elles nous demande de plier les vélos, on dit ‘on pas possible … Euh, finalement on les monte comme ça. ça passe de justesse dans le couloir et ils finissent dans un compartiment réservé pour le service.. Ouf, fallait bien arriver 1h en avance. On récupère les sacoches et nous rejoignons notre wagon. Pas chèrs les trains russes 32€ pour un tel trajet.

St petersboug Moscou

Hum, côté paysages très variés, nous dirons  plutôt de la forêt, de la forêt et encore de la forêt sur 700km . Bon allez, on va dormir alors. Ah j’oubliai : quand on dit qu’on est Français à ceux qui nous demande, on nous parle  aussitôt de Macron..étrange, non ?

 

Moscou, ici Moscow… 3 jours d’arrêt.

Notre auberge de jeunesse est à 2,5 km du centre. Faut voir la chambre : sa largeur correspond à celle du lit et la cuisine est en sous-sol mais le personnel est top sympa. On met nos vélos à l’abri et c’est parti pour 3j de marche.. En bons touristes que nous sommes, on commence par la place rouge et le Kremlin, évidemment !  Wouaouh… C’est gigantesque

Cathédrale St Basile sur la place rouge

Square Des cathédrales au cœur du Kremlin

À l’intérieur du Kremlin

 

 

 

 

 

 

 

Difficile de photographier la place rouge, il y avait des chapiteaux et barrières en prévision d’une grande fête internationale.

 

Il y a énormément de gigantesques centres commerciaux de luxe, du types des grands magasins sur les grands boulevards Parisiens. L’un s’appelle « gum gum »… Nous sommes un peu décalés avec nos vêtements de voyageurs baroudeurs.

Immense centre com GUM GUM

Petit tuyau, au 3ème étage on y trouve des p’tits restaurants self ou on mange pour pas trop cher , russe, c’est bon et vue sur les allées du centre. Musique et paillettes…

 

Le 2ème jour, en passant devant l’alliance française, on s’est dit que ça serait sympa de rencontrer des russes qui parlent Français, on prétexte une demande d’info quelconque .. Tout faux, il s’agit d’une clinique esthétique pour femmes. Un médecin qui parle français descend nous voir à la demande de l’hôtesse d’accueil une peu perdue en noys voyant. Et là, le gars veut absolument nous aider, il appelle son prof de français, on a beau lui dire qu’on a pas de problème particulier ..  C’était un peu embarrassant, mais drôle. On retrouvera cette gentillesse et cette volonté de nous aider tout au long de notre séjour Russe.

Puis, Nous visitons le métro…. Wouaouh…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis, même démarche qu’à St petersboug :  nous allons à la gare pour repérer le trajet et les lieux (car il y a plusieurs gares proches les unes des autres et on partira de nuit). Nous avons reserver le transsiberien maus il nous mansue le billet pour nos vélos.. Euh, fallait voir la tête de la personne au guichet. Comme d’hab, elle dit no,no,niet…Nous demandons alors au hazard à une jeune de nous aider.. Hop hop hop, nous repartons avec nos billets.. Faut-il les emballer ? Les démonter  ? on ne sait pas mais on a nos billets. On verra bien.

Petite balade de Moscou by night, c’est très beau!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous rencontrons Katya qui revient de France et qui nous remet un câble (pour charger le tel à partir du vélo) que nous avions fait livrer à Lyon, le nôtre ne fonctionnant plus) . De là, toute une chaîne s’est créée pour ce petit bout de câble de 12 cm:

Kathia nous remet le cable

 

Véro à transmis à Nathalia de lyon, qui a Transmis à katya qui a pris l’avion avec. Un grand merci à toutes les trois. Quant à katya, la pauvre, ses bagages ont été égarés à l’aéroport mais, par chance pour nous, elle avait le câble avec elle.

 

Une petite peur nous tenaille aujourd’hui. Des piqûres d’insectes  qui datent d’un mois au moins, ont provoqué une tâche sur la jambe de Jacques qui s’agrandit, démange, c’est pas très beau. Nous nous rendons dans une pharmacie, on nous envoie dans une clinique privée..Oups 200 euros la consultation +450 euros on ne sait pas pourquoi …., on pense à une tique ou à des moustiques… nous prenons des photos et faisons encore une fois appel au réseau perso. Laetitia et les médecins qu’elle connait; Raphaëlle fait l’intermédiaire avec le médecin de famille merci à tous pour votre réactivité car on stressait un peu de l’autre côté du monde : on opte donc pour une prise d’antibiotiques tirés du sac, pour arrêter l’évolution.  Plus tard, dans le transsibérien, un gars, un scientifique, qui s’y connait un peu nous rassure…. c’est pas encore aujourd’hui le rapatriement. Ce sont les piqûres de moustiques que nous avons eu en Pologne à  répétition qui ont du provoquer une infection cutanée.

Et voilà, direction la gare pour la grande  traversée Transsibérienne. On récupère un grand sac poubelle… dans une poubelle, d’ailleurs.. (Mais propre) en  plus des sacs donnés par notre hostel. Le contrôleur n’était pas très heureux de nous voir arriver avec des vélos : il demande les billets spécifiques et d’emballer les vélos, le tout en russe et sur un ton pas trop aimable… Là encore, spontanément, un jeune nous propose son aide.. Pour traduire, emballer et porter les vélos au fond du vagon (entre 2 wagons) ouf c’était juste, le train est parti en retard.. Nous étions dans les derniers. Les vélos étaient encore dans le couloir que le train partait. On était bien arrivé 2h avant, mais ça ne sert à rien car la voie à été indiquée 40 mn avant le départ . Ouf… Sportif et un peu stressant, mais nos biclous sont maintenant collés serrés entre 2 wagons, en hauteur et àccrochés à la porte.. On verra ce que ça donnera..

Heureusement,  là encore, spontanément, ce jeune est venu nous aider et faire l’interprète.  On  passera un peu de temps ensemble le lendemain matin.

 

 

 

 

Le transsibérien : 4 nuits, 4 jours   en 3e classe,   dans un wagon d’environ 50 personnes juste séparées par des petites cloisons de 4 couchettes d’un côté  et de l’autre côté du couloir, 2 couchettes …difficile à expliquer.  c’est une expérience à part entière.

Le voilà le fameux train

Des bandes de forêt

Des villages : maisons en bois et toits en fibro-ciment, comme partout en Russie..aïe l’amiante..

Les meilleurs places sont au milieu du wagon et en bas, mais nous n’avions trouvé que 2 couchettes dans le même compartiment, une en haut et une en bas, à côté des toilettes, alors ça circule pas mal avec une porte d’accès que les gens font claquer en permanence. Ça faisait beaucoup râler notre voisine de compartiment🙄.

C’est quand même plutôt calme à l’interieur, la vie s’organise lentement, on regarde les paysages, on dort souvent💤, où au moins on essaye, on mange🍵, ça discute…avec nous c’est plus compliqué car personne ne parle Anglais,  alors le Français, vous pensez bien et pas de touristes pour bla bla !..  Il y a un grand réservoir d’eau bouillante pour se faire des boissons chaudes ou des soupes. Une voisine de couchette va nous chercher des grandes tasses que nous garderons les 4 jours. il y  un contrôleur par wagon présent en permanence.

 

 

Manger une soupe dans un train… Pas si facile, surtout une soupe de pâtes..

Nous mangeons également des plats déshydratés que l’on trouve partout en Russie, et même sur les quais quand le train s’arrête.

 

Quand on peut sortir (2 ou 3 fois/jour), on se précipite dehors pour se dégourdir les gambettes, car on est quand même un peu à l étroit dans les wagons.

Ah je languisais de sortir 🎶

Trop dôle : Une vendeuse de poisson fumé séché.. Bonjour l’odeur dans notre wagon. Nous, on a pas osé, d’autres l’ont fait.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parfois on rigole :

– les traducteurs des téléphones donnent de drôles de traductions,😁

– le contrôleur qui nous demande de lui écrire la marseillaise sur un cahier,😂

-2 filles complètement bourrées qui demandent comment on s’appelle et s’en vont mortes de rire🥂

– des tentatives de discussions, ou de mimes

Nous avons partagé une bonne partie de ces 4 jours avec ces 2 personnes : une p’tite mamie et un gars d’un autre compartiment qui venait plusieurs fois par jour parler même si on ne se comprenait pas.

Séquence émotion du départ : notre petite Mamie adorable qui nous donnait toujours quelque-chose à manger dès que nous préparions notre repas : des cornichons, du lard, du saucisson, des pommes,… Qui m’a bordée mon lit le 1er jour, nous avions tous les larmes aux yeux au moment du départ.😢

C’était quand même un peu long pour moi qui aime bouger. En revanche, encore une incroyable démonstration d’entraide à notre ėgard. Même le controleur  pas trop sympa du départ, est venu nous aider à notre départ pour sortir nos bagages alors qu’il n’était pas en service.

J’ai envie de dire pour ma part, une expérience unique qu’il faut vivre du plus profond de soi, une fois dans sa vie. 4 nuits et 4 jours au rythme du train, je peux vous dire que j’ai vécu un moment inoubliable plein de magie. Je pourrai écrire un livre sur mon ressenti lors de ce trajet.

 

 

Arrivée à  irkoutsk. Le temps de remonter les vélos,  il est 21h30. Ils n’ont pas souffert, tout va bien..

 

 

 

 

 

 

 

Irkoutsk : changement de décors, les rues pas mal délabrées, des trams et trolley destroy, et très vieux, des maisons bien abîmées, des marchés mais pas beaucoup de fruits et legumes.

Il y a quand même une particularité dans cette ville : de vieilles maisons en bois……. Pas de chance il pleut, pas idéal pour visiter ces ruelles anciennes…cela dit, des maisons en bois, colorées…on en verra après sur la route, rurales et authentiques😉

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces maisons…. qui contrastent avec ce centre commercial

Centre commercial

 

 

 

 

 

 

 

 

À côté de cette très belle église de l’extérieur comme de l’intérieur

 

 

 

 

À deux pas de cet horrible immeuble

 

 

Tram d’Irkoutsk.. Celui la en bon état

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après irkoutsk, Nous pensions pouvoir rejoindre Lustvianja au bord du lac Baikal, vers l’est, pour le traverser ou pour aller sur une grande île, mais visiblement les bateaux qui traversaient n’existent plus ou alors ce sont des bateaux privés et ça coûte un bras. Il y en a d’autres qui vont dans l’île d’okhron mais c’est pas le bon jour. L’idée etait de passer une journée sur une grande île au milieu du lac, que les Russes affectionnent particulièrement, avec plage et tout et tout🏖️… on nous propose un bus (au moins 6h de trajet) pour aller sur l’île puis  dès le lendemain matin, un bateau pour traverser … Bref, beaucoup de transport et transferts avec les vélos, à un prix élevé car c’est touristique, pour ne pas pouvoir en profiter. On abandonne le projet et on contournera à le lac à vélo, par le sud en espérant que ça soit joli. C’est parti pour 700 km vers le lac puis direction la Mongolie.

On remarque quelque chose de différent sur la route. Ça y est, vu ! Une voiture sur trois a le volant à droite dans cette région. Nous sommes dans la région de la Bouriatie, pardon République de Bouriatie.

Aah !!! ça fait du bien de reprendre nos p’tits vélos, après 12 jours. Faut d’abord sortir de cette grande ville ce qui est souvent désagréable, des 2 voies, la pollution des voitures et camions…Euh, s’il y avait des contrôles techniques ici, il y en a peu qui passeraient.😉

Ensuite, la route est plutôt belle, il y a beaucoup de camions, il passent assez près de nous, ça secoue un peu les vélos, mais dans l’ensemble, ils font attention. On porte nos gilets  jaunes et sommes bien visibles. Beaucoup de forêts, des gens arrêtés partout pour cueillir des champignons ou des baies… Et la montagne ⛰️… Ouille, aïe ça faisait longtemps, on a fait jusqu’à 1350m de dénivelé… allez, au boulot les gambettes. on se dérouille😄

D’immenses forêts

On a pas eu très chaud sur cette partie. À peine 10 degrés parfois…brrr

La voie ferrée du transiberien

 

 

Petit arrêt campement le soir à l’arrière d’un restaurant. Il a  une douche dehors, pour le personnel, on nous la propose gentillement… Parfait pour nous aussi 🏕️

Soupe et petits chaussons fourrés à la fraise, jus de fruits local, ce soir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et nous arrivons sur le lac, depuis le temps qu’on nous en parle.. aahhh… Et cette descente…  il fait beau, c’est très chouette !

Restau d’altitude et vue sur le lac sur une super descente

 

 

 

 

 

 

 

Village près du lac.. Quelques petits immeubles mais surtout les maisons en bois.

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous passons ensuite 4 jours à longer le lac, on ne le voit pas toujours, en fait. Mais c’est intéressant de voir tous ces petits villages souvent  entourés, par  une sorte d’enclos en bois, où en ferraille assez hauts. Beaucoup de chiens qui aboient et qui parfois nous courrent après mais plus de peur que de mal. Des p’tits restaurants assez espacés comme les villages d’ailleurs, du coup, faut gérer quelques réserves de nourriture.

Le poissons cuisent sur une grille dans le tonneau de fer

 

Des vendeurs ou vendeuses d’ailleurs le plus souvent, au bord de la route. Ils vendent des champignons 🍄, des baies et miam, miam du poisson.. on en goûtera, c’est fameux…,ça nous change des saucisses – saucissons que nous trouvons dans les épiceries locales.

 

 

 

 

Ici une épicerie, fallait la trouver celle-là.

des maisons, euh….

Colorées mais un peu pauvres les maisons

 

 

 

 

 

 

A propos de maisons colorées, ce sont carément les toits qui seront en couleur après : bleus en majorité,  des verts voir jaunes.. super…

Il y a beaucoup de travaux sur la route qui mène à Oulan Oude

Bonjour la poussière !

 

 

Et ce drole de side qui pėtarade et fume.. A ce propos, nous avons remarqué que les Russes fument énormément, il y a des mégots partout, le long des routes, sur les parking et en ville..! Les hommes et les femmes.

Dans le village de babouchkine.. Qui est déjà un assez grand village…des vaches dans la rue, en liberté …pourtant, elles ne sont pas sacrées ici 🤔

Il y a des pièces de monnaie partout nous marchons dessus ..

On se rapproche de la Mongolie..on dirait ! Ici au sommet d’une petite montagne.. Les automobilistes s’arrêtent sur le parking, jetent une pièce où plusieurs et joignent leurs mains comme pour prier.

Par la suite, nous constatons qu’à chaque montée ou col, il y a des pièces de monnaie partout..

 

Tête de Lénine, 7,70 de hauteur..impressionnant

Oulan-oude 

 

 

Nous arrivons à Oulan-oude, nous avons beaucoup aimé, il y a des rues piétonnes, quelques monuments et statues, musées, la population est plutôt de type Mongole, c’est à dire des bruns, plus petits, yeux bridés.

C’est une petite ville mais qui a une université,  des théâtres et donc une certaine éducation. En effet, plusieurs personnes nous entendent parler français et nous demandent d’où nous venons ….spontanément, simplement, gentillement et en Anglais….😀

Il a fait beau et c’était fort agréable. Nous avons eu du mal à trouver l’office de tourisme. Nous ne la cherchions plus, quand tout à coup, on passe devant, elle était  à peine indiquée.  Et là,  tout le personnel s’est pliė en quatre pour nous aider.  Faire la route à vėlo vers la frontière ne leur semble pas très logique.  Ils cherchent s’il y a des hôtels sur la route, nous proposent un autre itinéraire, nous accompagnent dehors pour acheter une carte, et « bato » c’est son nom, nous achète une carte postale qu’il nous signe et nous remet. Quelle gentillesse 🤗

Ressort bloquant

 

Jacques en profite pour faire une petite adaptation sur son vélo en installant un ressort (récupéré sur le bord d’une route) pour éviter que la roue avant pivote  quand il s’arrête, et que le vélo tombe et ça fonctionne, bravo le mécano 👍

Depuis 15 jours, je cherchai Le fameux ressort sur la route. Beaucoup de pièces métalliques décrochées des camions jonchent les bords de routes en Russie.

 

 

Nous partons ensuite vers la frontière Mongole. Alternance de steppe puis de la forêt de pins, puis des grands espaces de steppe…. Très joli et assez vert. Le tout tranquillement en 4 jours avec tout d’abord, à 30 km la visite d’un grand temple à Ivolguinsk. Étrange tous ces rituels de prières, on ne sait pas très bien ce qu’il faut faire ou ne pas faire, on ne voit pas de guide pour les étrangers..En tout cas, C’est haut en couleur !

Datsan d’ivolguinsk

 

Sauvage non?

Nous avons voulu rattraper la grand route  en prenant un raccourci …oui mais très vite, le réseau secondaire, c’est de la piste !

Difficile de rouler sur ces pistes qui se transforment en tôle ondulée ; et on ne voit pas mieux que sur la grande route avec ce type de paysages,  ou il n’y a ….rien à des km à la ronde.

Pis, La route principale est vraiment très bonne . On la suivra donc.

On retrouve aussi un peu de chaleur. 28 degrés aujourd’hui 23 août. Par contre, le soleil est bien là, attention coups de soleil il est brûlant. On a l’impression d’être en montagne alors que nous sommes qu’à 650 m d’altitude.

 

Fermes isolées, population Mongole et quelques villages et villes. C’est pas la foule ici.

Intérieur d’une grande yourte cafe

 

 

Arrêt boisson…on demande un coca, y’a pas, alors de l’eau !y’a pas…bien y’a rien dans les frigidaires en fait. Ils ont juste des plats locaux chauds : ces bouchées farcies de viande et du thé..🍵

Bon, on a pas faim…ce sera donc du thé et on en profite pour recharger le téléphone.

 

Traversée de vaches

Traversée de vaches sur la route principale . ici la nature garde ces droits

 

Ici, les troupeaux sont en liberté. Pas de parc, par contre ce sont les villages qui sont entourés de palissades en planches. Donc, si les vaches décident de traverser comme on le verra souvent, faut attendre, klaxonner et passer à côté.

Village

 

 

Fait chaud aujourd’hui….27 ou 28 degrés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle veut nous donner ce canevas…

 

 

 

Nous sommes rentrés dans un village pour se ravitailler et pour chercher un endroit pour dormir. On nous a conseillé de ne pas hésiter et de demander. C’est ce qu’on a fait mais personne ne semble comprendre notre demande. Hôtel, non pas ici ?  Camper oui, où vous voulez mais on nous propose pas de rester dans ou à côté d’une maison

En repartant, une femme nous arrête,  nous fait entrer chez elle, visiter son jardin. Jusque-là tout va bien. puis visite de sa maison, elle veut nous faire à manger…quand on a vu l’intérieur et la saleté, les nombreux chats les chiens, la cuisine sale…mais vraiment très sale….on a dit qu’on devait partir. Elle voulait alors nous donner quelque chose : un canevas, un petit rideau, un souvenir en bois..on lui a fait comprendre qu’en vélo c’était pas possible..on prend une photo en lui disant qu’on l’enmenait avec nous comme ça… et je dois dire..on s’est sauvé. Compliqué

Et nous sommes allés bivouaquer hors village. Malheureusement il y avait une rivière pas loin, on s’est fait dévorer par des centaines de moustiques.

Temple boudiste. Tous les moines étaient rassemblés à l’intérieur et prier…

Le lendemain, comme il faisait très chaud, on a fait peu de km et on a opté pour un petit hôtel à Gusinoozyersk et on passe un après midi, repos.  il n’y aura plus d’autres hôtels jusqu »à la frontière.

Des pins

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et voilà, nous arrivons sur la ville frontière de kyakhta, ville de la route du the. Seul passage chinois pendant très longtemps …petit passage dans une pharmacie, Jacques a la lèvre inférieure très irritée, ça suinte un peu, on va s’arrêter ici ce soir pour soigner ça. Ce matin, nous avons croisé 2 jeunes cyclistes … Français (du Jura mais qui connaissent bien le Trièves, rigolo non ? Cette rencontre à l’autre bout du monde) noemie et nico arrivaient de Mongolie, eux après 8 mois de voyage à vélo wouaouh 👍… Nous avons passé un bon moment à échanger sur nos parcours, ils nous préviennent qu’il vaut mieux s’arrêter avant la frontière parce qu’après… Sans vouloir nous faire peur, on comprend que l’aventure va vraiment commencer demain… Même pas peur les seniors !!!

La frontière, parlons en ! Impossible de la franchir à vélo. Il faut se rattacher à un num d’immatriculation donc trouver un véhicule qui accepte de nous embarquer pour passer… Euh, avec nos deux vélos, vous voyez le problème.. Immédiatement on nous propose l’affaire, c’est tout un business.. On refuse le prix, on attend un peu et on trouve un petit camion qui nous embarqué. S’en suit 6 contrôles, déballage des sacs et des médicaments… Au bout de 3h, on franchira la frontière et on donne un billet à notre chauffeur qui a perdu pas mal de temps avec nous. Tout se finit bien. 😁

On gardera un très bon souvenir de la russie et des 25 jours très agréables passés dans  cet immense pays. Il est si différent selon qu’on se trouve au nord, au sud, en campagne ou dans les grandes villes, mais toujours dans une atmosphère très bienveillante à notre égard, une grande diversité de paysages. Dommage que nous n’ayons pas pu communiquer davantage avec les habitants.

À bientôt, en Mongolie, pour la suite de notre parcours 🚴‍♀️🚴‍♂️. Bye !!

 

 

13 commentaires

Estonie : 15 jours ; 734 km (Jour 73 a Jour 87)

Le bonheur des cyclistes, ce plat pays👍. Le point maximum est à 317m d’altitude. Tout petit, la taille d’une région Française, il est peu peuplé, donc peu de circulation, même sur les grands axes. Les jours sont longs en été (19h. Cela dit, il est largement pourvu en pistes cyclables, nous avons notamment emprunté la piste n°1, bien marquée, qui longe toute la côte. Les jours sont longs en été (19h)… Et les habitants très sympa. Que demander de plus !

Frontière

 

 

 

 

 

 

 

A la frontière, nous avons assisté à une drôle de rencontre : un homme venant d’estonie rencontre un homme de lettonie, lui remet 2 bouteilles de bière, s’en suit un échange d’argent et chacun repart de son côté… Rien compris. Peut être, il n’y a rien à comprendre!!

 

 

 

 

 

Notre parcours en Estonie. Le tracé en bleu

 

 

 

 

 

 

 

Sauvage

Nous avons commencé par une jolie petite route le long de la mer, bordée de pins, abritants des myrtilles, du muguet.

Ce matin là, nous avons pris café et gâteaux au bord de l’eau… Oui bon d’accord, il faisait pas super chaud, mais c’était super beau

Wouaouhhhh !!!

 

 

Le ventre plein, nous poursuivons la route jusqu’à Parnu, jolie petite station balnéaire… Avec un bel orage au passage.

Nous arrivons un peu refroidis au camping… pas super, faut bien le dire. Pour se remonter le moral, on s’offre un p’tit resto histoire de goûter les spécialités locales et le poisson fumé

6 poissons différents

 

Heureusement il y avait les frites à côté.. J’exagère, c’était bon mais le poisson cru ou fumé mariné c’est spécial.

À propos de poisson, en voilà qui sèche

Poissons suspendus

 

 

 

 

 

 

La ville de Parnu est très chouette. Nous restons donc la journée pour profiter du soleil, de la plage et d’un super massage pour moi.. 2 mois que j’en avais envie.

Un p’tit tour au magasin de vélo du coin, diagnostic de chaîne :😥 mortes toutes les deux. Normal après 4000 km, le service de maintenance des vélos s’en doutait bien ! allez no problem, ils nous les changent Illico.

Comme nous sommes un peu en avance et que nos passeports ne sont toujours pas prêts d’arriver à Tallinn, nous partons vers l’ouest à la découverte des îles.

Un bon vent de face nous freine un peu, mais nous sommes sous le soleil.. et les fleurs  agrémentent nos guidons, merci fleuriste !

 

 

 

 

Ferry

 

 

 

1er bateau pour rejoindre l’ île de Muhu.

Il y en a 2 par heure. Cool !  Puis nous nous arrêtons dans un superbe petit camping

 

En bordure du petit port avec des voiliers et bateaux de pêche…

Île de Muhu camping et port

 

 

 

 

Un vrai p’tit paradis de calme et de beauté. Il doit bien y avoir 3 tentes et 2 bungalow occupés dans le camping …y’a aussi un sauna, mais un peu cher.. Une autre fois.

 

Nous rejoignons l’île de Saaremaa, à l’ouest par une digue

Accès pour les pêcheurs tout le long de la côte nord-est

Cette partie de l’île est très sauvage (côté est) . Nous trouvons quand même une plage pour déjeuner et se baigner … et nous prenons un autre ferry pour l’île de Hiiumaa.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les maisons d’ici sont aussi souvent en bois, colorées, et certaines ont des toits en chaume

Face à la mer

 

 

 

 

 

 

 

Tres jolis également, certains abris bus, qui servent aussi de boîtes aux lettres.

Arrêt de bus

 

 

 

 

 

 

 

Petit port tranquile.

 

 

 

 

Petite astuce pour les routards, il y a toujours une douche sur les ports pour les marins, ça nous sera utile plusieurs fois après nos bivouacs.

Cette île compte une quantité incroyable de moulins à vent. Il y a fort longtemps, chaque ferme avait son moulin..

On disait alors qu’il n’y avait pas assez de vent pour tous les moulins. Mignon, non ?

Beaucoup ont été détruits

 

 

 

Il semblerait qu’il y ait des élans dans ce pays, mais on en a pas croisés . Allez pas besoin d ‘élan on va assez vite!

 

vaches à la  mer !

 

 

 

Les vaches aussi ont droit à un petit bain (voir rubrique les champs d’estonie)

 

 

quelle sensation que de sortir de ces bateaux pour regagner la terre

 

Nous prenons ensuite un autre ferry (il doit y en avoir 5 ou 6 par jour) pour rejoindre le continent.

 

Là,  nous rencontrons un groupe de 9 cyclistes  Belges avec qui nous passons un bon moment et qui nous donnent de bons tuyaux sur la route vélo n°1 qui longe la côte et surtout le site web  « RMK » qui indique les campings et « campements avec feu » s’est à  dire des lieux pour camper, équipés  de barbecues, tables, et toilettes , ce qui nous a permis de trouver des petits endroits vraiment top et sauvages.

Campements avec feu

 

 

 

Vous avez du remarquer nous sommes souvent couverts. Non ce n’est pas qu’une question de froid, mais une protection contre nos plus gros ennemis :  les moustiques😣😫😤 (voir rubrique des champs marécageux).

Autre danger : les tiques. Malheureusement, Jacques en a hébergée une. On avait bien la pince spéciale pour les retirer, alors on espère qu’il n’y aura pas de suite, comme la maladie de Lime, car c’est une vrai galère qui dure toute la vie. Bon, on croise les doigts et on surveille l’évolution. 🤞

Accès à la mer

La mer est juste 4 mètres derrière elle nous a bercés cette nuit là..

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas de filtre pour la photo qui suit. L’appareil photo travaille tout seul et nous, on attend.. jusqu’à environ 22h et on admire, régalez vous

Coucher de soleil sur la Baltique

 

 

 

 

 

 

Myrtilles

 

 

Oh Jacques à repéré quelque chose..

bien sûr des myrtilles pour compléter notre petit déjeuner

 

Pique nique à la Robinson

 

 

 

 

 

 

 

Allez, il est temps de gagner la capitale et de récupérer nos passeports qui sont arrivés et que Merike (Présidente de l’alliance Française de Tallinn) à bien voulu recevoir à son domicile.

Rencontre de Merike

Quelle pêche, Merike va nous consacrer cette journée et nous faire visiter sa ville avec tous les témoignages qui donnent du corps à ce que nous voyons

 

L’église musée st Nicolas,

St Nicolas. Église et musée

 

 

 

 

 

 

 

 

L’église st esprit, le parc du mémorial des Maarjamae érigé en mémoire aux victimes du communisme, estoniens ayant subi la terreur soviétique.

Mémorial où sont recensés les victimes

 

 

 

 

 

 

 

 

puis l’esplanade des chants de Tallinn d’où à demarré en 1988 la « révolution chantante » contre le pouvoir soviétique . Il s’y déroule une gigantesque fête tous les 5 ans, nous sommes arrivés juste après..

 

puis le palais de Kadriorg

style baroque avec des tableaux et collections d’art étranger.

 

 

..avant de regagner notre auberge de jeunesse

Hostel villa Kadrior

 

 

 

 

Dont nous avons  un peu décoré la chambre

Séquence lessive

 

 

 

 

 

 

 

Tram a Tallinn

 

 

 

 

Petite visite du château le lendemain, aussi musée retraçant  l’histoire grandiose de ce lieu

Château de toompea

Cherchez l’erreur

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis un après midi sur internet pour la résa du transsiberien (merci à  Natalia  pour son aide précieuse , à distance et au téléphone, car les sites Russes ne sont pas évidents à maîtriser, même avec les traductions. Petite Info : les sites « tutu.ru » ou tutu travel sont les sites utilisés par les Russes.

Et petit nettoyage-révision des vélos pour Jacques, le mécano.

Nous avons également Rencontré un autre cycliste avec qui nous avons passé une soirée.. Quel bonheur toutes ces rencontres à l’improviste

Sven, cycliste Allemand, trop sympa

Un moulin, oui bon ça se voit, d’accord

Très nombreux ici, des constructions de l’ère soviétique, pas souvent en très bon état

 

 

 

 

 

 

C’est un peu triste parfois tous ces bâtiments d’habitation et encore, ici ils sont occupés mais il y a aussi beaucoup d’ habitations ou batiments agricoles abandonnés…

 

 

Heureusement, il y a aussi de très belles maisons

comme celle-ci, tout en rondins de bois

 

Jolie maison jaune

Maison rouge

 

 

 

 

 

 

La route longe la mer. Nous sommes bien 50m au dessus de l’eau, rare en Estonie

 

 

 

 

 

 

 

 

Parfois petite piste sable et montée… Ben oui, faut pousser, hop hop hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voila, nous arrivons maintenant à l’extrêmitė Nord-Est de l’Estonie et de l’Union Européenne. Nous ne pouvons plus avancer, un fleuve nous arrête, de l’ autre côte c’est la Russie.

 

Fleuve séparant Estonie et Russie

 

 

Nous descendons le long de ce fleuve qui sert de frontière. Des bouées  rouges en dessinent les limites au milieu.

Tank Russe

 

 

 

 

 

 

 

De nombreux mémoriaux, cimetière, stelles, le long du  fleuve nous rappellent que ce lieu a été  le théâtre  de féroces combats.

Dernière ville « Narva » avant de passer la frontière. Il fait froid et gris, et la ville est un peu triste également. Des blocs d’immeubles abîmés, des immenses  centres commerciaux,

Notre hostel et au loin, des centres commerciaux

notre auberge est aussi un peu étrange, très peu de lumière…

Salle commune,

Étrange ambiance, on ne voit personne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

******

Bravo et merci au peuple Estonien qui, malgré un passé très tourmenté, un climat un peu rude, nous ont accueillis partout avec un grand sourire. Encore ce matin, nous étions sur le trottoir à la recherche d’une épicerie ; un couple s ‘arrête et nous demande « vous avez besoin d’aide? » très gentillement ils nous indiquent ce que nous cherchions. Nous les croisons un peu plus tard  et il s’en suit de grands signes d’au revoir entre nous. Mais aussi les nombreux encouragements comme ça 👍que nous avons reçu des motards, des automobilistes, des gens que nous croisons.

Autre chose remarquable :  leur conduite automobile exemplaire.🤗 Inutile de regarder aux passages piétons, ils s’arrêtent avant même que nous soyons arrivés.

Même si l’on ressent de la difficulté  pour ce pays, de gros efforts sont fait pour l’entretenir. Il est très propre, pas d’ordure le long des routes etc….

Il se dégage de ce pays quelque chose de difficilement qualifiable. Les gens semblent calmes, tranquilles. Encore bravo nous recommandons de venir découvrir cet agréable pays : A pied ,à  cheval ,à  vélo ,en bateau..peu importe et surtout sur la partie ouest du pays.

●○●○●○●○●○●○●○●○□○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○○●○●○●○●○●○●○●

Voilà, la partie Européenne 2019 de notre périple s’achève.

Allez, quelques chiffres sur ces   87 jours passés en Europe. 

4 913 Km parcourus

355 Heures de vélo (aïe, ouille)

13,66 moyenne générale… Moui, ça veut pas dire grand chose 

25 176 m  De dénivelé positif 

64,73 Pour notre vitesse max

Nous avons totalisé :

32 Nuits en camping 

20 Nuits de bivouac

14 Nuits chez l’habitant, don’t 7 par l’intermediaire du réseau « warmshowers »

22 nuits en Hôtel ou Auberge de jeunesse ou Guesthouse 

 

Bye, bye les amis ! Quant aux prochaines mises à jour ou envoi de news par le blog, il faudra attendre fin août…😕 Alors, bonnes vacances à ceux qui ne sont pas encore partis .. 🌴⛱️😀 Et à très bientôt !

8 commentaires

Lettonie : 6 jours, 326 km

 

Après avoir traversé la Lituanie sous la pluie, nous prévoyons de gagner la mer, à Riga, le plus vite possible. On a notre carte bancaire à récupérer la bas envoyée par Véro, pourvu qu’elle arrive à temps!

Pas de grands changements pour le moment. Des p’tites maisons en bois et en brique blanche. Globalement plus riche, mais n’avons nous vu que la capitale et le côté mer, donc touristique … d’ailleurs les prix sont légèrement plus élevés qu’en Lituanie.

Des villages et des p’tits magasins ouvert de 8 à 22h, parfois même le dimanche (impensable pour nous en france mais tellement intéressant pour nous cyclistes qui ne souhaitons pas nous alourdir)

Encore un peu de pluie au début, Du coup, on ne fera pas trop de km le premier jour, on a emprunté des grands axes pour aller plus vite mais aussi pour éviter les pistes de sable. Nous avons établi un record : une ligne droite de plus de 100 km et sur du plat. Un peu monotone je vous l’avoue.

Sur ces grands axes, comme on se fait arroser et secouer par les camions (le déplacement d’air le pire avec les nombreux camions de bois qui roulent comme des dingues). Petite recherche sur internet : pas de camping ; bivouac sous la pluie, on laisse tomber ..bon et c’est parti pour un prémier hébergement pas cher en auberge de jeunesse.

Euh..hum…cool le gars qui s’en occupe, mais le ménage, il connaît pas bien

il  nous a laissé sa chambre après un p’tit délai pour ranger, on y a même mis nos vélos … et aspergé la chambre d’huile essentielle pour les odeurs ..ce n’est pas le cas de toutes les auberges de jeunesse, je vous rassure.

 

Jelgada

 

Plutôt joli et super entretenu cette partie de la ville.

Allez, le lendemain,  on part sous le soleil. Grande route qui déboule sur une quatre voies. Oups, nous prenons l’option route secondaire, donc piste 🙄

Piste en forêt

 

Finalement super cette piste : pas trop de sable, ça roule pas trop mal, ça va. On se régale même avec des framboises cueillies le long de la piste.

Goudron pour les vélos et sable pour les voitures.. Ha ha

 

Puis trop drôle,  on arrive sur une autre piste cyclable qui est goudronnée alors que la route à côté, pour les voitures, ne l’est pas😁 .

Drôle de piste

 

 

Décidément, cette journée est pleine de rebondissements. Cette fois la piste nous emmène sur une voie ferrée qu’il faut traverser.. Pas grave, c’est pas comme si on avait des bagages sur les vélos..

À propos de trains, il nous semble que les gens ici utilisent beaucoup les transports en commun trains ou bus, on voit toujours des gens qui attendent aux arrêts.

Autre étonnement :

Bon, vl’a que maintenant faut éviter les canards

Drole, non ?

 

Arrivée à Riga, la capitale

Arrivée à Riga

La vieille ville

..Jolie, animée, de la musique sur toutes les places de la vieille ville.

 

 

 

Trop bien

 

 

Puis l’appel de la mer se fait sentir. Nous décidons de laisser cette jolie ville pour aller mettre les pieds dans l’eau. Et nous avons pu profiter dès le premier soir d’un magnifique coucher de soleil.

 

 

22h00 samedi soir.

Ici, le soleil se lève à 4h du matin et il fait jour jusqu’à 22h30. Les journées sont très longues.

Et le lendemain, relax plage

Le matin très tôt

Max 20 degrés et eau à 16 degrés

Brrr, non on ne s’est pas baignés. On a pas été très courageux sur ce coup là. Mais relax et dodo à l’abri du vent, c’est bien aussi ! 💤

Séquence romantique

 

 

OH, c’est mignon ! ☺️

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bon, c’est bien joli tout ça, mais il faut reprendre la route. Petite halte à nouveau à Riga pour changer les roulements de mon vélo… Ça commençait à grincer et m’sieur Mécano avait repéré des traces de rouille.Faut pas jouer avec ces petites billes là, on aurait pu continuer encore mais combien de temps.. Pour les non-initiés, c’est un peu comme une courroie de distribution sur une voiture, quand ça lâche, on reste sur place. Super on se pointe à l’ouverture d’un magasin sur notre route, le gars confirme le diagnostic et nous le change illico. Quelle chance 👍

Allez, on repart pour le nord, le long de la mer.. Qu’on voit de temps en temps de la route, à la recherche de l’eurovelo n°13.. véritable partie de cache-cache avec cette piste cyclable très mal signalée.

Eh hé, nous venons de franchir nos 4 000 km.. Cool 👍

La région est très belle :

Route sous les pins

Pris la main dans les myrtilles

 

Non, mais quel gourmand celui-là 😃

Il y en a partout et elles sont grosses en plus, miam !

Et un petit camping tranquilou sous les pins

 

 

La popote du soir.

Aujourd’hui c’est lentilles, carottes, oignons courgettes, quelques épices du bon pain, un petit fromage français et hop.. On ne se laisse pas mourir de faim et même pas de boîtes, du frais ! non mais. Manque juste un petit verre de vin pour nous réchauffer.

Et voilà dernier jour en lituanie, malheureusement sous la pluie et un peu de piste en tôle ondulée. Un vrai plaisir n’est ce pas!!!

Piste de sable tout près de la mer et en forêt

. Alors pour se réchauffer, nous avons opté pour une chambre avec kichnette chez l’habitant… séchage décoratif, non ?

Des kilomètres de plage tout le long de cette baie de la mer baltique. Quel dommage cette pluie, car c’est super beau, très sauvage, peu de monde..

Immenses plage, sous la pluie

73 ème jour de voyage.

Nous continuons vers le nord vers l’Estonie, dernier pays balte.. à la recherche des ours polaires . À très bientôt 😊

Notre tenue de pluie : pantalon de pluie,veste goretex, sur veste de pluie, casquette, lunette. Bon, c’est à peu près  étanche à la pluie et au brouillard fait par les camions qui nous doublent, certains font d’ailleurs bien attention à nous et on apprécie.

Une des particularités de tous ces derniers pays traversés est le drapeau européen qui flotte au côté de celui du pays.

À côté  de nombreux édifices : pont, piste, route, place de village qui on été aménagés avec l’aide des subventions européennes.

3 commentaires

La lituanie 8 jours 466 km

Ça y est, nous sommes dans les pays baltes. Nous avons pris une toute petite route, donc pas de poste frontière. Sauf que, on s’est un peu perdu et on s’est retrouvé sur des pistes de sable..

Oups, dur dur les gambettes, faut mouliner dur.

Allez, courage, plus que 8 km 

Du sud est vers le nord ouest

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons retrouvé notre monnaie en euro, plus besoin de calculer. Par contre nous avons changé d’heure, et une de plus, et une !

Pays du Nord, très respectueux des vélos,  des feux, on passe aux feux tricolores quand les p’tits bonhommes sont verts pas avant… pour nous, c’est dur.

Et comme les pays voisins, les commerces sont ouverts avec une amplitude horaire incroyable.. Souvent 8h à 22h 6j/7..fabuleux quand on est cycliste.

 

Petit bain. Grande baignoire

 

 

 

 

 

 

Et notre 1er bivouac en Lituanie. Très sauvage, au bord d’un lac, un ponton rien que pour nous. L’eau chaude, que demander de plus !

 

 

Beaucoup de maisons colorées et en bois, isolées mais aussi dans les villages

Du rose, du jaune

 

 

 

 

 

Petit dej sur la place

De toutes petites maisons, rustiques

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous arrivons à Trakai : très joli site avec ce superbe château, et tous les lacs aménagés.

Château de Trakai

 

C’est touristique mais très sympa. Dommage, nous avons eu de la pluie et il faisait un peu froid. Idéal pour visiter le château.

Et nous, on passe où ?

 

 

 

 

 

 

Ah suis-je bête, on arrive « à la capitale » bien sur, Vilnius. Mais par où ?

Petite capitale avec sa partie vieille ville bien sûr

Nous y avons rencontré Jacline, une française qui voyage aussi à vélo toute seule. Nous avons passé une super soirée ensemble à l’auberge de jeunesse où nous dormons

Soirée avec Jacline de Lyon

 

 

 

Départ pour le nord ouest. Le plus long, c’est de sortir des capitales et là, on apprecie le GPS. Problème, il ne se charge plus en roulant : le câble à l’air d’être abîmé et nous n’en trouvons pas ici.. À suivre, va falloir chercher sur internet.

 

Petites routes tranquilles. Mais pas que. Nous évitons les toutes petites routes qui sont bien souvent des pistes de sable, on a trop galéré les jours précédents . Alors tant pis, parfois nous empruntons des routes nationales, très fréquentées par les camions, très droites très longues…très très longues, mais c’est mieux que le sable.

Il n’est pas rare de voir une seule vache dans un champs ou dans les villages, attachée par une corde ou une chaine.

Allez, on rentre à la maison !!

 

 

 

 

 

 

 

Au centre de la lituanie, une vaste plaine, plate… À vrai dire, quelque peu ennuyeuse d’autant que nous n’avons pas eu beau temps. Un peu de pluie tous les jours et environ 16 degrés. Pour nos hébergements, on a plus visité les hôtels que les forêts pour bivouaquer..

Nous sommes tombés sur quelques lieux sympas :

Jolies fresques murales

 

 

 

 

 

 

 

Des sculptures en bois comme cet espace de jeux pour enfants

Sculptures en bois

 

 

 

 

 

 

 

Puis ce site remarquable, lieu de pèlerinage « la colline des croix »….près de « Siauliai » au nord.

 

Des milliers de croix, chapelets, objets de cultes qui traduisent un acte de résistance, de lutte pour la liberté et pour l’identité Lituanienne. Ainsi, En 44, À chaque fois que les soviétiques retiraient les croix et rasaient le site, les lituaniens en remettaient autant. ça a duré longtemps : jusqu’en 1985 !

Et cela dit, on voit des croix partout dans le pays.

 

Repos dans un arrêt de bus joliment décoré

 

 

La lituanie, c’est vraiment plat mais il y a du vent… Oui ben faut bien trouver une excuse, non ?

 

 

 

 

Petit village perdu au milieu de nulle part

Un village en Lituanie…

Maisons en briques blanches

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et notre activité du jour après le vélo : trouver un petit magasin et faire les courses…

Supermarché local… Fallait le trouver celui là

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis, le dernier camping vraiment sympa. On y a trouvé 2 françaises en stage ingénieur et surtout Olga (et ses pétales de roses😉.. Ça, c’est entre nous, hello Olga?)

Camping avant joniskis au nord

qui y travaille et qui nous a réservé un accueil très chaleureux. Elle nous a fait trop rire quand elle prononçait des mots en français

On y a même goûté le cidre local. Super

 

 

 

Et voilà, ça fait 67 jours que nous sommes partis et quelques km parcourus. En pleine forme, nous poursuivons vers le nord et vers la mer… Bye, bye à bientôt !!

 

 

 

 

 

 

3 commentaires

La Pologne : 20 Jours 1 242 km

Majoritairement plat, le pays devrait plaire aux cyclistes seniors que nous sommes. Voyons ça …

Nous sommes arrivés par le sud.

Comme chez son voisin Tchèque, la langue reste très compliquée. Pas d’euro, ici, on paye en zloty (on divise par 4,20).

Un pays attachant, au rythme lent, qui nous émeut, nous surprend pourtant pas épargné par une histoire dont les occupations germaniques ou russes ont séparé bien des familles.

Et pour les gourmands, on trouve toujours de bons desserts…hein, quoi devinez qui k’est visé ?

 

 

 

 

 

Sympa, mais gare aux moustiques !

 

Nous avons eu notre lot de galères le premier jour (une chute pour Cathy, mais sans gravité, et casse du cale-pied du vélo de Jacques) .

Il y a beaucoup de pistes cyclabes un peu partout, en forêt, le long des rivières, en ville..

Des grandes places,

De belles maisons, mais aussi beaucoup en construction et ….en dehors des grands axes : des petites fermes, en brique, parfois en bois, vers l’est notamment.

Camping sauvage au bord d’un lac

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis, Nous nous sommes dirigés vers Auschwitz (oswiecim) pour visiter le camp de concentration,brrr…

« juste effrayant »
« Jews are à race that must je total exterminated »

 

 

 

 

 

 

 

Fin de piste…Nous sommes attaqués par des armées de moustiques

 

Puis, piste cyclabe jusqu’a Cracovie, enfin presque, car brusquement la piste s’arrête..

 

Les petits villages sont assez souvent très étendus. Des maisons se suivent, et à l’arrière, des bandes de terre cultivées. Un jardin, quelques poules, pour la consommation de la famille. De ce fait, sur cette partie de la Pologne, nous avons parfois du mal à trouver une forêt pour camper en toute discrétion.

Des P’tits villages un peu partout

 

 

 

 

 

 

Petit dej  sous haute protection

 

La nuit précédente, ‘il y avait tellement de moustiques que nous nous sommes jetés sous la tente, nous avons grignoté ce qu’on pouvait sans utiliser notre rechaud  en attendant le lendemain.

Puis pliage de tente en 4eme vitesse et nous avons petit déjeuné où c’était possible, Moustiquement parlant …si on peut dire.

 

Petite réparation de tente, car dans la précipitation de la veille, un arceau à souffert.

 

 

 

Arrivée à Cracovie… très belle ville, spacieuse, vivante, touristique mais un tourisme très supportable.

Cracovie

 

 

 

 

Au sud, à environ 15km, visite de la mine de sel et son incroyable chapelle Ste Cunegonde situee  100m sous terre. Quel sens du culte dans ce pays.

Nous avons fait les fainéants et avons utilisés les services d’un tour operator venu nous chercher au camping’ puis visite guidee….

un peu de shopping également cet après-midi là : Nous avons trouvé un support pour le téléphone qui nous sert de GPS. Jusqu’à présent, il était posé sur la sacoche de Jacques, sous le plastique,la où il y a la carte mais avec la chaleur ‘, il  commençait à souffrir le pauv’.

Nous voilà équipés comme les jeunes. Hum, on maîtrise pas tout quand même.

Puis piste cyclable le long de la Wista (vis-tu le)

Point de gonflage, outils…. Le long une piste

Avec ses aires de gonflage..

C’est plat, peu de vent, nous enchaînons les km : 70, 75, 80 par jour.

 

Mais un soir, ne trouvant pas d’endroit pour camper, Jacques décide de demander dans une ferme. Surpris, ils nous disent rapidement OK puis reviennent 10 minutes après, nous proposer une douche chaude, puis une bière, une  soupe… Et le matin un p’tit dej(café, tartine pâté+tomate+cornichons, pain.. Que d’émotions cette famille avec les 3 générations sous le même toit.

Et toujours l’émotion du depart

 

 

 

 

 

 

 

 

Au s’cours, Ça gratte

Nous partons avec la feuille d’une plante dont on ignore le nom, mais qui sert à calmer la démangeaison des moustiques. Trop bien et Efficace, en plus.

 

 

 

 

 

Le lendemain est férié, les églises sont bondées, 4 ou 5 messes ce jour-là. Les gens y viennent de partout. Tous bien habillés, c’est émouvant tous ces rassemblements, dans le calme et le recueillement.

Ce jour là, Les fleurs jetées lors des processions. Nous traversons plusieurs fois la wista. Un autre temps.

Cela dit, les autres dimanches, nous voyons également les églises remplies. même celles de petits villages. C’est sérieux ici.

 

Nous traversons plusieurs fois la Wista (vistule) parfois c’est payant, parfois pas.

 

Et sur cette partie de la Pologne, toujours un agriculture très morcelée et vivrière (cf les champs de Pologne) beaucoup de fruitiers (Miam) . On voit beaucoup de faisans, chevreuils et lièvres, ici.

Puis, nous sommes encore une fois accueillis par des habitants à kazimierz dln, via  le réseau warmshowers dans une villa de famille. La grand mère parle 4 langues, le petit fils Aleksander aussi (dont le francais). Il nous éclaire beaucoup sur la vie en pologne.

Cimetière juif : les pierres des tombes avaient été enlevées sous l’occupation germanique pour « recouvrir les routes ». Malins, les polonais avaient mis la face inscrite côté terre pour les concerver. elles ont été récupérées et occupent maintenant un mur de recueillement

Kazimierz, Ville très touristique, romantique, mais aussi connue pour ses « canyons »

Voie crée par érosion.

..nous sommes sous le charme un fois de plus.

 

Aleksander nous invite à  rester une journée,  prend sa voiture pour nous montrer plusieurs points de vue, un cimetière juif, un cimetière de militaires russes et nous expliquer aussi l’histoire de ce pays qui n’a pas été épargné par les invasions et les guerres.

 

 

 

 

 

Vue sur la vista, vraiment un endroit charmant.  C’est l’heure du départ. Après un super petit déjeuner préparé par Aleksander.

Séquence reparation

Oh surprise une des sacoches du vélo de Jacques semble avoir un problème. Il faut dire que nous venons de faire 10 km sur une route où nous ne touchions pas souvent la selle tellement le revêtement est endommagé. En fait, une vis de fixation est partie. Comment faire , nous n’en  avons pas de rechange. Solution : en prendre une qui ne sert pas et l’échanger nous permet de repartir après une pause. Malin le garçon !

 

 

 

Green velo 2800 km de routes velo

 

 

 

 

Nous continuons notre route, direction le nord est ďe la pologne en essayant de récupérer une voie cyclable qui ce nomme « green velo ». Elle devrait nous enmener en limite avec la biello Russie où nous devrions voir une magnifique forêt primaire et peut être des bisons.?

Trop de sable. Allez Jacques pousse plus fort

Sur le papier, cette route vélo est super chouette, il est vrai qu’elle passe toujours dans des endroits très intéressants. En revanche, elle se divise souvent, il n’y a pas les directions, et parfois, sur la partie est nord est, la route vélo se transforme en piste de sable et cailloux. Là, on se fait méchamment secoués, on dérape, on patine. Bref il faut rester calme se détendre et continuer tout fini par s’arranger. Vive le yoga du soir!

C’est beau, sauvage mais pas adapté à nos velo-sacoches.

 

 

 

Toujours des églises très belles, très bien entretenues, fleuries, et très fréquentées

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Styles très différents, n’est-ce pas ?

Arrêt hôtel classé… 28 euros avec pdj..

 

Une fois n’est pas coutume mais il faisait chaud, on avait la flemme de monter la tente n’importe où et pour ce prix là, on a voulu tenter « l’aventure » . Les vélos dans le couloir, pas de problème pour eux.

 

 

 

 

Miam.. Les myrtilles polonaises

 

Nous passons maintenant le plus  à l’est possible à quelques km de la frontière Biélorussie.. Zone beaucoup plus sèche, du sable et des pins, c’est étonnant. Sur un de nos bivouac, nous trouvons des myrtilles et fraises des bois.. Un vrai régal et si inattendu.

 

On est prévenu,. Ici territoire des pmbisons… Plus futés que nous en tout cas, on a vu que des bisons ….de bois dans la ville. Il aurait fallu prendre un guide, se lever à 2h du matin et payer un bon prix pour ça.

 

 

 

 

 

 

 

Rencontre de Claude et Michel au camping, ça fait du bien de discuter avec des français qui connaissent bien les pays baltes et nous donnent plein d’infos pour la suite de notre parcours

Puis départ vers le nord..

 

 

7 km de camions qui attendent de passer en Biélorussie

Sur un poste de frontière pour la Biélorussie, des km de camions qui attendent de passer. C’est dingue, nous abons compté 7 km. Il peut leur arriver d’attendre 36h nous dit-on.

C’est plat, sec et chaud

Bivouac en forêt… Pas de rencontre de bison

 

 

 

 

 

 

 

Ici, on fait traversée la barge avec la force des bras. Une sorte de bâton taillé  agrippé un câble et on tire..c’est drôle, rustique, ils ont bien rigolé en voyant la petite Frenchie s’activer.

 

Des cigognes

 

 

On a jamais vu autant de cigognes. Elles sont presentes sur toute la partie Est du pays, et suivent les travaux des champs avec attention pour leur pique-nique

 

 

Des barrières pour les trains un peu partout

Typique. Petite maison clôturée. Beaucoup de chiens en Pologne un peu partout, mais heureusement pas sur les routes, car c’est bien connu, ils n’aiment pas les vélos

Et les trains près d’une fabrique de traverse de chemin de fer. oups une odeur forte plane sur le village!

 

 

 

 

 

 

 

 

Et voilà , 3 000 km dans les pattes depuis notre départ.  C’est un peu plus que prévu à ce stade du voyage. Il faut dire que prendre les itinéraires velo rallonge pas mal. Sans compter les fois où on se perd un peu… hein? mais non j’l’ai pas dit

 

Mince, la béquille à encore cassé

 

 

Vraiment pas solides ces bequilles du commerce. Cette fois, on change pas. Un morceau de ferraille acheté à Leroy merlin, du bon scotch bien solide, un peu de savoir-faire et hop, on verra si ça tient cette fois, non mais !

 

Arceau de tente réparé, yessss plus solide que du neuf.

Idem pour l’arceau de la tente, Jacques à déniché un tube de rideau… en aluminium qu’il a fait découper toujours dans ce même magasin et notre arceau est réparé.  En voyage, vaut mieux être bricoleur et inventif !

 

 

 

Puis nous arrivons au nord est vers la région des lacs. Il fait chaud, quel bonheur de s’y détendre un peu le midi.

 

 

Puis, au hazar d’un chemin, alors que nous hésitons sur la direction à prendre, Nous sommes abordés par quelqu’un un  qui nous propose de l’aide. Il nous entend, il parle le français pour avoir vécu il est même né en France. Il est en week-end avec son père au coeur du parc naturel biebrzanski .On peut se baigner il nous invite à le suivre.

Son père 87 ans, parle également français ayant travaillé au consulat en France. Mais quel plaisir de s’être baignés ensemble parmi les poissons, d’avoir partagé le repas, d’avoir pu parler de la politique de la pologne.

 

 

 

 

 

Paisible

Dernier jour en Pologne magnifique région des lacs et des forêts de pins (pins écossais et épicéas) avec des sols tapissés de myrtilles et fraises des bois.. On ne résiste pas. C’est beau et en plus, la forêt nous coupe le vent

Et voilà,  nous avons passé une vingtaine de jours en pologne, un peu plus que prévu. Un pays tranquille, accueillant. Bon, ils boivent un peu beaucoup de bière dans ce pays. Dommage également qu’il y ait pas mal de canettes et bouteilles plastiques au bord des routes. Faut dire que pour trouver des poubelles, c’est difficile.

Sur cette dernière partie, les gens que l’on croise ne sourient pas au premier abord, ni dans les commerces, Mais dès que le contact est établi, alors tout change. Nous y avons fait de superbes rencontres. Étonnant également : ils connaissent bien la situation sociale en France et ont suivi avec intérêt l’arrivée de notre dernier président, intéressés de savoir ce que ça allait changer. on serait bien incapable de citer le nom de leur président.

Comme  dit Cathy, Beaucoup de choses pourraient encore être écrites sur ce pays très  attachant que je vous invite à découvrir pour vos vacances. Je voudrai aussi dire un grand bonjour à toutes celles et ceux qui nous suivent et nous rejoignent en cours de voyage au travers de ce blog. Bienvenue dans le monde du voyage tranquille qui nous habite maintenant.

Jour 58 : nous sommes en forme et contents de continuer notre chemin pour d’autres decouvertes. Demain, les pays Baltes, à commencer par la Lituanie.  

Pendant ce temps, à Lyon, les copines s’activent : merci Christine qui  suit de près nos visas russe,chinois et mongoles, puisqu’il a fallu refaire les dossiers. C’est bon pour les 2 premiers, mongolie en cours. C’est bon nous devrions les avoir à temps.

Merci Véro qui a débloqué la carte bancaire, va nous la renvoyer avec quelques bricoles et qui assure des opérations que l’on ne peut pas faire sur le blog avec le tel ou la tablette.

Grâce à Serge et chantal, nous pouvons utiliser notre tablette en lien avec le réseau du téléphone.

Et enfin, merci à tous ceux qui nous envoient des p’tits messages et qui ne nous oublient pas. Ça rend le voyage encore plus agréable..

J + 57 : tout va bien !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13 commentaires

République Tchèque : 705 Km, 14 jours

Frontière Tchèque

Changement de décor. Après l’Autriche et l’Allemagne, le contraste est clair. A tous les niveaux.

La langue est un peu compliquée, il faut prononcer un mot avec un c un y, un z, un k… Ou qui commence par 3 ou 4 consonnes… Dur dur.

Pour la monnaie, faut diviser par 24 ..mince, faut rebrancher le cerveau. oui, on sait, le tel fait ça aussi..encore faut il l’avoir dans la main.

Nous sommes arrivés en « bohème du sud ». Avant de cibler Prague, nous avons visé des lacs au sud.. Petite station touristique fort agréable,

 

 

 

 

 

Surprenant, mais à quelques km de la frontière, énormément de voitures Autrichiennes qui envahissent les magasins free et les restaurants

Puis, on sort de la grand route, et de la station et on voit une autre Tchequie:

 

 

 

 

 

Et

 

Un peu abîmé, désertique.

Sinon,  nous  trouvons beaucoup de campings au bord de l’eau. la saison n’ayant pas encore débuté, nous sommes souvent les seuls sous tente. Du coup, nous utilisons les équipements, par exemple ici

Barbecue du restau

Le restau n’étant pas ouvert, nous avons utilisé la Table, le barbecue pour installer notre rechaud biolite. Ouf, pas besoin de se mettre à 4 pattes.

Et comme il s’est mis à pleuvoir, c’était le top

 

 

 

 

 

 

Ensuite, nous avons continué à longer des rivières pour « monter » jusqu’à Prague

 

Euh, pas que des rivières

On est vraiment aux pieds.. Impressionnant et effrayant également. Comme des champignons sortis de terre.

Et puis arrive Prague..impressionnant cette ville. Comme dirait Christine, on est vite sous le charme, il suffit d’ouvrir les yeux. Chaque bâtiment, immeuble porte des petites statuettes ou décorations très travaillées. c’est une capitale, et pourtant assez petite, le centre historique est accessible facilement. C’est vivant, chaleureux…C’est très beau, on s’y sent bien. Dommage qu’il y avait autant de monde. De véritables marées humaines.

 

 

 

L’horloge

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

By night

 

 

 

Saint Nicolas

 

 

 

 

 

 

Coucou !

Trop fatiguant de faire les touristes

 

Bon.. Prague, c’est bien joli, mais il y a vraiment beaucoup de monde. Et pis, faut bien repartir.. allez, c’est reparti, Direction plein Est.

Des champs à  perte de vue (voir rubrique des champs)

...des cerisiers aussi. Pris en flagrant délire..

 

 

 

 

Il y a des jours qu’on oublie pas. Grâce à Bernard (collègue de Cathy) nous avons passé un dimanche après midi avec Pavel, Alema et leur 2 enfants.

qui nous ont chaleureusement  accueillis et fait visiter leur ville « Olomouc » ils nous ont guidés, nous ont emmené en voiture voir une basilique et un joli point de vue sur toute la ville. Un grand merci à eux.

Classe Unesco

 

 

 

 

 

 

 

 

Et des soirs si sympa comme ces cyclistes Australiens (hello Janette!). Que nous avons rencontré  en camping. Malheureusement pas de photo.

Vers ostrava

Nous remontons vers la frontiere le long d’une riviere à la recherche d’un camping ou d’un lac. Car il fait plus de 30 degrés..et là, un magnifique camping nous attendait avec un lac et tenez vous bien l’eau doit être à 24 degrés du coup c’est décidé nous restons un jour pour nous baigner et profiter de la wifi du camping.

 

 

 

 

 

 

 

Voilà,  nous quittons le rep tchèque où Il a fait bon rouler à vélo. Des particularités :

Les routes sont bordées  d’arbre fruitiers  anciens  ou nouveaux  plantés récemment.

Dans les villages et les villes, il y a souvent une très très grande place, pietonne,  entourée de petites immeubles ou grandes maisons aux architectures travaillées, colorées, des pavés…

De bonnes saucisses et des bières,

Une ruralité bien différente de la nôtre (voir ch. Les champs de tchequie),

Prague, bien à part du reste du pays, comme toutes les capitales, direz-vous

Des gens tres gentils, de belles rencontres. comme ce policier qui, voyant Jacques dormir dans la forêt le réveille, pensant qu’il avait besoin d’un « docktor ». Et souvent des personnes qui veulent nous aider à trouver notre route ou nous parler. mais nous pas parler tchèque et eux souvent pas l’anglais .Alors ça fini en rigolade.

Nous y avons passé 14 jours très très agréables. Nous avons eu assez chaud 32 degrés mi juin, c’est pas mal. K

Climat continental, il y fait très froid en hiver paraît-il.

Miam les glaces

 

 

 

C’est un pays qui bouge, qui travaille,il y a des travaux partout . On peut voir de partout le logo de financement de l’Europe. On nous dit qu’il n’y a quasi pas de chômage. Ils ont besoin de main d’oeuvre étrangère dans beaucoup de domaines.  Faut juste parler cette langue difficile.

Sbohem à brzy se uvidime..

11 commentaires

Les routards au quotidien après 1,5 mois et 2000 km

Bien que nous soyons  en Europe et que les modes de vie des pays traversés ne soient pas franchement différents de ceux de la France, C’est plutôt notre mode de vie qui a changé.

Notre rythme boulot, dodo, we, a laissé la place à d’autres……et etrangement,  petit à petit, des rituels s’installent.

Les 2 premières semaines, on avait la sensation de devoir se dépêcher tout le temps, de courir après notre objectif de devoir être à tel endroit…il faut dire qu’on avait programmé de voir des amis ou  des hotes du reseau « warmshowers » sur notre route. Maintenant, si on veut réserver une nuit avec warmshowers, on demande la veille ou le matin même..tant pis si c’est trop tard et qu’on a pas de réponse, on fait autrement, sinon, ça met trop de pression.

De même, au début, la tenue du blog,  les messages de réponses au  mails et WhatsApp étaient trop chronophages et mettaient trop de pression..on gère mieux maintenant.

Côte organisation : chaque chose commence à trouver sa place, même si ce qu’on cherche, c’est bien connu est toujours au fond du sac.. Enfin, ça c’est pour les mecs.. Les filles, no problèm évidemment 😉

Chacun semble aussi trouver ses marques sur qui fait quoi. Bien sûr pour communiquer en anglais, prevoir les visites, faire des résa,commencer les articles du blog ..le bla bla quoi, les courses et les repas, c’est cathy qui s’y colle mais pour l’entretien du vélo, le feu, faire cuire le repas, trouver le bivouac, consolider la tente c’est plutôt Jacques. Le reste est partagé.

Côte équipement :

Les vélos : Nous avons déjà du procéder a 2 bons nettoyages : chaine, cassette, derailleur. Après les pluies, la boue commencait à s’agglutiner.  Une crevaison également en autriche heureusement en fin de journée, ça tombait bien, on avait envie de s’arrêter . Un p’tit contrôle à permis de détecter que le câble de lumière frottait sur la roue et aurait cassé si pas vu. Les roues et chambres à air du vélo de cathy ne sont pas neufs, il faudra les changer avant d’arriver en Russie.

Nos selles prennent la forme de nos postérieurs.. euh, à moins que ce soit le contraire. C’est surprenant de voir le cuir de la selle s’adapter ainsi  et du coup, plus de douleur voire du confort, si si!  La béquille du vélo de Jacques donne des signes de fatigue et ne tient pas bien. Faut dire que son vélo est très haut et lourd, elle ne va pas tenir très longtemps, l’option j’appuie mon vélo contre un support est donc indispensable.

La tente est étanche mais un peu petite quand même surtout pour les grandes pâtes de Monsieur. les matelas autogonflants pas très épais mais  on s’y habitue. Le petit  oreiller gonflable est top !

Cathy ne regrette pas le petit siège qui s’adapte sur le matelas pour être

Sur le petit siège :toile légère qui s’adapte sur le matelas

assise lors des bivouacs.

Parfois les campings sont équipés de tables et chaises ou bancs. super pour les cyclistes. Mais pas les bivouacs, alors, une souche d’arbre satisfait Monsieur.

Aspects électroniques :

La tablette ne nous sert pas beaucoup car on se sait pas la connecter au téléphone. Dommage, car pour nos doigts de pianistes c’est pratique un clavier plus gros. Tant pis, c’est jacques qui « porte ».

Nous utilisons souvent nos téléphones, pour le blog, pour les messages et nous guider en route avec « maps me » ou « maps ». Nous arrivons toujours à les charger : soit le soir dans les campings ou hôtels ou bien, photo ci dessous, super efficace avec le réchaud à bois lors des bivouac. L’adaptation du chargeur branché sur la dynamo du velo s’avére OK également. petit bémol il faut rouler à 15km/h sinon pas de charge.

Seul pb du rechaud : avec les jours de pluie à répétition, difficile de trouver du bois sec, il a fallu se débrouiller. Maintenant on fait une petite réserve pour être autonome 1 soir.

Sinon le matin, on met le réveil du tel vers 6h30, le temps de plier la tente, de déjeuner, un rapide brossage de dent et hop !à cheval…vers 8h au début du voyage et plutôt 9 ou 9h30 après et 8h00 maintenant qu’il fait plus chaud .. »ç’est pas si pire »..

Très dure la vie

La p’tite sieste si la météo le permet.

La route

Parlons de nos déplacements au quotidien : Des pistes cyclables qui peuvent être  très droites et plates le long des cours d’eau avec un peu de monotonie. Suivre les trajets proposés par notre application « maps me », nous fait visiter des endroits complètement inattendus que seuls les vélos peuvent emprunter et encore ! Parfois, faut pousser pour franchir les arbres, ruisseaux, ou descendre et  monter des escaliers. Mais souvent des paysages magnifiques, des odeurs de fleurs, des haies, de blé en fleur et aussi la découverte de la vie dans les petits villages.

Vélos décorés selon ce que trouve le prince charmant

Et  toujours la rencontre avec des gens qui nous aident à trouver notre chemin que nous même n’avons parfois pas trop défini à l avance.

Les rencontres avec d’autre voyageurs en vélo sont inattendues et fort agréables. la dernière en date : un couple d’australiens vraiment très  sympas. Dommage que nos chemins n’étaient pas les mêmes, nous aurions bien aimé rouler avec eux. Nous avons échangé nos adresses blog.

Nous essayons de faire un mix : des grandes routes pour avancer un peu plus vite. La, c’est autre chose : Nous sommes un peu crampones à nos guidons même si les semi remorques  font très attention, enfin surtout pour madame, le déplacement d’air a tendance à nous pousser un peu dans le fossé ce que tout cyliste connaît. Depuis que nous sommes en Tchéquie, un autre constat celui là moins drôle : c’est de voir beaucoup d’animaux sauvages écrasés par les véhicules. Des hérissons, chevreuils, oiseaux et oui, des oiseaux (grives ,merles, etc..) même des oies en bordure de lac.

Côté miam miam (important ça! pour des cyclistes et Français de surcroît😃

En milieu de matinée, le ventre de Jacques gronde, il est temps de s’arrêter pour un p’tit gâteau, il essaie toutes les spécialités du pays) et un café pour Madame qui grignote un peu dans l’assiette de son voisin..chut

Un petit camping ou on pouvait déguster une sorte de fromage épicé avec des oignons, de l’huile..très bon et…la bière

Nous n’avons pas de réserve de nourriture ce qui fait qu’il faut s’arrêter plusieurs fois par jour pour faire des courses pour le moment. C’est un peu contraignant mais ça fait aussi une pause et le quotidien des habitants.

Pas toujours si simple de s’alimenter en itinérance. Nous trouvons des petites supérettes des « lidl ». Mince, moi qui refusait d’y mettre les pieds en France…,bon, faut pas faire les difficiles et pis il faut un peu d’imagination pour ne pas manger tous les jours la même chose.

Enfin, faut penser aux dimanches où tout est fermé. On s’est  laissé surprendre par l’ascension qu’on avait complètement oublié. On ne comprenait pas pourquoi tout était fermé ..

Chaque jour, il faut faire une petite lessive, car nous avons peu de vêtements. Ca sèche le soir et le lendemain sur le vélo.

Vêtements : merci Francine pour les casquettes, elles ont été très bien pour les pluies du mois de mai et le seront aussi par les grandes chaleurs qui nous attendent. Cathy a rangé ses grosses baskets au fond du sac contre les sandales…

Sans commentaire

ça respire, par contre côté bronzage, c’est plutôt rigolo

 

 

 

 

 

Voilà, somme toute, rien d’exceptionnel. Les fondamentaux : se loger, se nourrir,  se vêtir. Pas de grand confort mais, on est un peu rustiques,tout le monde le savait. On apprécie avec grand plaisir de trouver table, chaise,un bon lit, un repas chaud, l’électricité mais nous sommes bien équipés et après 1 mois tout va bien. Un peu les copines qui manquent à Madame. Heureusement il y a les p’tits messages…

Une vie qui passe au rythme que nous choisissons et ça, c’est du pur bonheur.Bien sûr, il faut quand même appuyer un peu fort sur les pédales pour avancer surtout

Au milieu de nulle part

quand notre GPS de tel avec « Maps me » nous fait passer dans la campagne ou forêt profonde. Mais quel plaisir de sortir des chemins battus et de la foule de touristes des grandes villes que nous rencontrons ça et là.

Allez Cathy, pousse plus fort !

Petit désagrément hier. Nous avions laissé notre popote et un peu de nourriture dans la cuisine du camping, comme souvent, car nous sommes peu nombreux. Oui mais ce camping là étant ouvert à tout le monde..ce matin, il manquait du matériel et un peu de bouffe..pas les fruits, notre voleur à sélectionné..La prochaine fois, nous serons plus prudents.

Bye bye ..prochain feuilleton du quotidien des routards, avant de rentrer en Asie.

6 commentaires

Sejour en Autriche (4j) 253 km

Visite éclair en Autriche. Nous avons suivi le canal de l’INN pour rejoindre le Danube jusqu’à Linz, puis remontee par la haute Autriche (euh, ça porte bien son nom, parole de cycliste)

 

Architecture bien typée et de la couleur, n’est-ce pas ?

Nous cheminons tranquillement le long de l’eau. Les chemins sont souvent en terre/gravier, mais c’est plat, il n’y a pas de vent, facile quoi.

Passau (Allemagne)

 

 

 

 

 

 

Nous passons régulièrement D’un côté à l autre de l’INN soit en Autriche, soit en  allemagne.

Puis le Danube, un peu tourmenté, l’eau n’est pas très claire. ça déborde sur les bords.

Mince, 1ere crevaison pour cathy

 

 

Squence réparation suite crevaison.. Heureureusement en fin de journée. Allez, Jacques, au boulot ! Il faut dire que cathy est un peu étourdie et ne fait pas trop attention où elle roule. Enfin, elle est toujours vivante malgré les nombreux automobilistes qui la klaxone. Toujours au milieu la fille !

Pff, même pas vrai, C’est pas pour ça qu’ils klaxonnent !

Pause bronzage au bord du Danube. Trop dure la vie..

 

 

 

 

 

 

 

En haute Autriche

Voilà juste quelques photos pour illustrer un court séjour dans un pays où tout est super clean, super entretenu, super vert… Mais comment parler d’un pays quand on y reste 4 jours, on se tromperait forcément. 

Petite rubrique

santé de maître Jacques :

POLYPODE.. Miam !

 

 

 

 

 

 

 

 

On arrache la plante avec ses rhyzomes qu’il faut nettoyer de la terre et de la mousse, puis on le mache par petit bout ou on le garde au coin des levres. Ça donne un Petit goût de réglisse rafraîchissante très agréable.

On retrouve cette plante bien sur chez nous dans les endroits ombragés un peu humides, sur les rochers en général, dans les bois. Plein de vertues pour notre santé.

Ca fait environ 1400 km que l’on roule, on avance bien. Tout va bien. Les routines commencent à s’installer, les affaires trouvent leur place, les rythmes ralentissent.

Nous passerons beaucoup plus de temps en République Tchèque (15 jours) et là, il y aura plus de changements : la langue, la monnaie, le niveau de vie… À suivre et donc à bientôt (environ 15 jours)

11 commentaires